Bill Gates - La société doit préparer l'homme à la technologie de conduite autonome

Bill Gates fait partie de ces entrepreneurs dont les propos ont toujours une très longue portée, et son point de vue sur les questions liées à la révolution provoquée par Uber sur le traditionnel marché des taxis ou voituriers privés est fort intéressant.

Le fondateur de Microsoft pense en effet que la polémique entourant Uber n’est qu’anecdotique face au tournant qu’est sur le point de prendre le monde de l’automobile -et ainsi la société- dans les décennies à venir, avec l’arrivée programmée des véhicules autonomes, sur lesquels planchent très activement de nombreux constructeurs automobiles de premier plan, ainsi que de grands groupes industriels comme Google et Apple.

 

Uber condamné à 7 millions d'amende en Californie

 

Les esprits doivent se préparer à une révolution technologique

Les questions posées par la montée en puissance du service Uber sont ainsi déjà hors-sujet, selon Gates, lorsque l’on connaît les efforts déployés pour faire en sorte que la mobilité de demain se fasse sans conducteur, jusqu’à un niveau institutionnalisé.

"Uber ne représente qu’une réorganisation du marché du travail dans une forme plus dynamique. La vraie révolution sera lorsque la capacité [à se déplacer] sera totalement basée sur la machine", estime ainsi Bill Gates dans le Financial Times.

Si la société, et plus particulièrement les gouvernements, semblent avoir du mal à s’adapter aux innovations proposées par Uber, qui ne demandent pourtant que des ajustements fiscaux et de nouvelles règles du travail, la donne du futur bouleversera bien plus que quelques corporations et lobbies, rappelle Gates, qui annonce un vrai virage technologique, annonciateur d’ajustements radicaux dans les mœurs.

 

Uber n'est qu’une réorganisation du marché du travail dans une forme plus dynamique. La vraie révolution sera lorsque la capacité [à se déplacer] sera totalement basée sur la machine

Bill Gates

 

Ainsi, les plus perturbés seront "ceux qui n’auront pas réalisé" que la substitution de l’homme par la machine, qu’elle soit aujourd’hui une application de mise en relation géolocalisée, ou un logiciel capable de conduire une auto par un itinéraire optimisé et sans conducteur demain, est inévitable. Et tout porte à croire que des corporations comme Uber seront justement les porteurs de tels projets.

"Cela signifie que si l’on n’éduque pas correctement la population, on risque d’avoir des segments condamné à des activités totalement financées par le gouvernement, par la société, si l’on veut que ces personnes [taxis] aient des emplois", prévient Gates, qui se garde de porter une appréciation personnelle sur un tel changement sociétal.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Auto
Type d'article Analyse
Tags autonome, bill gates, business, futur, opinion, politique, société, technologie