WRT signe la première victoire d’une Audi GT3 à Monza

partages
commentaires
WRT signe la première victoire d’une Audi GT3 à Monza
22 avr. 2018 à 18:50

Le trio formé par Christopher Mies, Alex Riberas et Dries Vanthoor, héros de la fin de course, s’est imposé au nez et à la barbe de la Ferrari SMP (longtemps en tête) puis des Mercedes-AMG Black Falcon et Strakka Racing.

Miguel Molina, au volant de la Ferrari SMP, négociait bien son départ devant Alex Fontana et sa Jaguar, tandis que Maro Engel, parti 6e, parvenait vite à placer sa Mercedes en 3e position devant la Lamborghini Gallardo de Niederhauser, l’Audi de Mies et la Mercedes de Parente. 

 

On s’acheminait vers les premiers arrêts de ravitaillement et changement de pilotes (avec dorénavant cette année l’autorisation de changer les pneus simultanément), et Molina avait pris un peu de champ sur Fontana et Engel. Après 47 minutes, un débris rejeté par une Bentley déclenchait un bref “full course yellow“. Au feu vert, Engel surprenait Fontana avant la Parabolique et se hissait en deuxième position.

Engel cédait son volant à Stolz au 31e tour, Molina et Fontana à Aleshi et Zaugg au tour suivant. La Ferrari ressortait en conservant la tête devant la Mercedes. Niederhauser décalait son ravitaillement mais sa Lamborghini perdait beaucoup de temps dans l’opération. Malheureusement pour le team Black Falcon, Stolz allait devoir céder sa 2e place, un ordre de “drive-through“ lui étant signifié au 38e tour, à cause du non-respect de la procédure lors du premier “full course yellow“. La Mercedes chutait au 11e rang.

Débarrassé de Stolz, Aleshin allait devoir se méfier du retour d’un Maximilian Buhk menant grand train avec Mercedes Strakka. L’Allemand débordait la Jaguar juste après qu’un nouveau full course yellow fut déclaré au 51e tour pour un ballot de ralentisseur envoyé sur la piste. A la relance, la Mercedes prenait la 2e place à Zaugg. Peu après, Tristan Vautier, remonté 4e avec sa Mercedes AKKA ASP, devait purger à son tour un drive through, pour une touchette avec une Lamborghini.

De l'action en tête de la course

Buhk poursuivait son relais de haute volée et recollait à Aleshin au 58e tour, la Ferrari du Russe ayant passé trop large une courbe dans la poussière. Au 60e tour, la Mercedes prenait la tête au prix d’un magnifique dépassement par l’extérieur en deuxième partie de la Parabolique. Aleshin rentrait pour le ravitaillement au tour suivant, imité par les deux Audi de Riberas et Schothorst, eux remontés sur la Jaguar de Zaugg.

Buhk décalait son arrêt au 64e tour, juste après un court troisième full course yellow, après lequel on pointait au 67e passage, une fois tous les changements effectués, un Maximilian Goetz en tête avec 3“7 d’avantage sur Dries Vanthoor. Le Belge venait de passer Engelhart (Lamborghini Grasser). Revenu dans le coup en 4e position, la Mercedes Black Falcon de Yelmer Buurman figurait devant la Jaguar de Grenier. En revanche, la Ferrari SMP longtemps leader, aux mains de Davide Rigon, perdait des places et finissait par rentrer au stand au 69e tour.

Le début de l’ultime relais mettait en lumière l’assaut lancé par Vanthoor. Après avoir abaissé le meilleur tour, il pointait à 1“3 de Goetz. Plus étonnant, le beau rythme du Canadien Grenier, toujours 5e à peine à 10“ de la tête avec la “vieille“ Jaguar d’Emil Frey Racing.

La victoire se jouait à l’orée de la dernière demi-heure de course. Au 78e tour, Vanthoor se faufilait à l’intérieur pour déborder Goetz, profitant du trafic. Mais le pilote belge avait empiété sur la ligne blanche le long de l’entrée des stands. La direction de course lui intimait de rendre la tête au pilote Allemand. Sitôt exécuté, Dries retentait le dépassement au tour suivant, cette fois par l’extérieur au freinage de la première chicane. Goetz ne lui faisait pas de cadeau, sa déviation provoquant une touchette après laquelle Vanthoor, en travers et deux roues dans l’herbe, sauvait son Audi R8 du tout-droit. Cette fois la direction de course, jugeant l’action de la Mercedes fautive, demandait à Goetz de laisser passer le pilote WRT. Par la suite, celui-ci parvenait à se défaire de la menace du pilote de Strakka Racing, qui devait se contenter de la 2e place.

La bataille pour la 3e place s’avérait tout aussi indécise, et c’est finalement la Mercedes Black Falcon bien remontée, aux mains de Buurman, qui finissait par avoir raison de la résistance de la Lamborghini Huracan Grasser de Christian Engelhart à trois boucles de l’arrivée, l’Allemand sauvant la 4e place devant Mikael Grenier. Derrière la Jaguar d’Emil Frey Racing, vainqueur de la catégorie Silver, les deux Audi d’Attempto Racing (Pieter et Steijn Schothorst-Kelvin Van der Linde) et Belgian Audi Club WRT (Stuar Leonard-Sheldon Van der Linde-Robin Frijns) qui reléguait l’autre Mercedes Strakka (Adrien Tambay-Lucas Auer-Davide Fumanelli) au 8e rang. Le top dix est complété par l’Aston Martin R-Motorsport de Alex Brundle-Marvin Kirchhöfer-Maxime Martin) et la Mercedes Black Falcon de Abdulaziz Al Faisal-Hubert Haupt-Gabriele Piana).

Victoire Suisse en catégorie AM

Le clan Emil Frey Lexus Racing a amené la meilleure de ses jeunes RC F3 GT3 (Christian Klien-Marco Seefried-Albert Costa Christian Klien-Markus Palttala-Norbert Siedler) au 17e rang, la seconde au 21e rang (Stéphane Ortelli-Markus Palttala-Norbert Siedler). 

 

L’équipe vainqueur en Pro-Am, classé 18e, est celui de la Ferrari de Rinaldi Racing formé de Rinat Salikhov-Dominik Schwager-Alexander Mattschull). La Ferrari du team suisse Kessel Racing (Bronizewski-Pier Guidi), malgré deux pénalités, a obtenu la 5e place de la catégorie, position qu’elle détenait dès le début de la course.

Enfin, le trio composé du Suisse Philippe Giauque (de retour après un an sans compétition), Eric Debard et Fabien Barthez (lui de retour en GT avec le team AKKA ASP de ses débuts), s’est imposé assez confortablement en catégorie AM avec la Mercedes-AMG de l’équipe française.

Jean-Luc Taillade

Article suivant
Une Ferrari en pole position devant la Jaguar d’Emil Frey Racing

Article précédent

Une Ferrari en pole position devant la Jaguar d’Emil Frey Racing

Article suivant

Le programme du week-end sur Motorsport.tv

Le programme du week-end sur Motorsport.tv
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu