Loeb : "Au Dakar, ça ne va pas être simple"

Deuxième du classement général au Maroc derrière Nasser Al-Attiyah et sa Toyota, avec une seule victoire d'étape à son actif, le pilote Peugeot estime que le prochain Dakar s'annonce difficile pour l'équipe française.

Après une remarquable démonstration vendredi dernier lors de la première vraie spéciale du rallye, suivant le prologue de la veille, Sébastien Loeb et Daniel Elena ont eu pour objectif principal de gérer leur avance sur Al-Attiyah. Toujours en tête samedi soir à l'issue d'une étape au déroulement assez confus en raison de la météo, ils y sont parvenus le lendemain. Mais un problème d'amortisseur (que le directeur de Peugeot Sport, Bruno Famin, supposait dû à un "lourd impact" et qui a également touché l'autre pilote de l'équipe, Carlos Sainz) lors de l'avant-dernière étape, lundi, les a contraints de céder le commandement du rallye au Qatari et à son copilote Matthieu Baumel. Et la dernière étape, hier, n'allait rien y changer.

"Cette étape s'est passée à peu près bien", a expliqué l'Alsacien. "On a eu une double crevaison à la fin de la spéciale et on a fini au ralenti. Mais de toute façon, [ne pas avoir ces crevaisons] n'aurait pas changé grand-chose, car on avait perdu beaucoup de temps dans la poussière de la voiture devant nous, pour la rattraper puis la doubler. On n'aurait donc pas pu aller chercher Nasser dans ces conditions. Mais on a fini le rallye, en deuxième position, ce n'est pas si mal."

Le Maroc était pour Peugeot Sport, comme pour ses principaux rivaux que sont le team Overdrive, qui prépare les Toyota Hilux, mais aussi X-Raid avec ses Mini, la dernière séance d'essais grandeur nature avant le Dakar. Même si les 3008 DKR n'étaient pas dans la version Maxi plus large et attendue plus performante que Loeb a étrennée sur le Silk Way Rally, en juillet dernier, ce dernier estime que la tâche ne sera pas aisée en janvier prochain avec un règlement technique modifié ne faisant pas l'affaire des buggys deux roues motrices du Lion face aux transmissions intégrales de ses adversaires.

"On a pris une bonne expérience ici, avec deux trois petits soucis qu'on a eu hier sur les amortisseurs, qu'il va falloir résoudre pour le Dakar. Je pense que ce sera fait. Après, pour le reste, on s'y attendait, mais en perfo, ça va être compliqué face à Nasser avec la Toy, et avec les nouvelles règles, on n'est pas mal désavantagés", a poursuivi Loeb. "Ici au Maroc, sur un terrain qui normalement nous est favorable, déjà on n'y arrive pas. Alors au Dakar, ça ne va pas être simple. Mais bon, c'est long un Dakar, on sait que tout peut arriver, il faudra se battre et on verra bien."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Rallye-Raid , Dakar
Événement Rallye du Maroc
Pilotes Sébastien Loeb
Équipes Peugeot Sport
Type d'article Réactions