Peugeot 3008 DKR : un concept "similaire à une monoplace"

partages
commentaires
Peugeot 3008 DKR : un concept
Par : Jean-Philippe Vennin
22 nov. 2016 à 14:30

Peugeot Sport a dévoilé ce mardi les couleurs de ses quatre nouvelles 3008 DKR qui disputeront le Dakar en janvier prochain. L'occasion de revenir avec son directeur, Bruno Famin, sur les différences majeures par rapport à sa devancière.

#304 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
Peugeot 3008 DKR
#304 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
Peugeot 3008 DKR
#304 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
Peugeot 3008 DKR
#304 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#304 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz

C'est avec une 2008 DKR déjà profondément remaniée par rapport à sa première année de participation que Peugeot avait remporté l'édition 2016 du Dakar avec Stéphane Peterhansel et Jean-Paul Cottret. Et si la robe a changé, la nouvelle 3008, dont un exemplaire confié à Carlos Sainz et Lucas Cruz a fait ses débuts en compétition au Rallye du Maroc, le mois dernier, est elle-même une évolution du modèle précédent. Mais les différences n'en sont pas moins notables.

Le concept de la voiture n'a pas changé. La différence, entre la 2008 et la 3008, n'est pas énorme, mais nous essayons d'améliorer la voiture partout d'une année sur l'autre”, expliquait Bruno Famin il y a quelques semaines à Motorsport.com. “Les principaux points que nous améliorons sont les suspensions, puis nous travaillons sur la géométrie, notamment sur l'essieu avant. Et nous travaillons sur les amortisseurs, un élément clé.”

Cette suspension à double triangulation, à l'avant comme à l'arrière, n'est pas sans rappeler le concept d'une monoplace, ce que confirmait Famin : “L'architecture de la voiture est très similaire aux monoplaces, pour le moteur et la boîte de vitesses. La suspension est installée directement sur la boîte de vitesses. C'est très similaire à un concept de monoplace.” 

Après de premiers tests en Espagne et au Maroc, puis ses débuts en course conclus sur une deuxième place derrière la Toyota de Nasser Al-Attiyah, la 3008 a poursuivi, toujours au Maroc, ses tests qui se sont terminés début novembre et ont porté sur deux autres points en particulier.

Outre les suspensions, nous travaillons sur la souplesse du moteur, très importante malgré la réduction d'un millilitre de la bride par la FIA, ce qui fait environ 20 chevaux de moins”, a expliqué Bruno Famin. “Nous essayons de récupérer ces 20 chevaux. Nous travaillons principalement sur le système du turbo.”

Nous travaillons aussi sur le poids, nous essayons de le maintenir ou de le réduire. Il est trop élevé par rapport au poids minimal, qui est quasiment impossible à atteindre. Avec le concept que nous avons choisi, avec le moteur diesel, avec les grosses roues, il faut faire des compromis. Nous préférons avoir de grosses roues que réduire le poids davantage. Peut-être est-il possible d'atteindre le poids minimal, mais pas avec ce concept de voiture. Chaque kilo que nous pouvons perdre est bon, donc nous essayons de travailler là-dessus.”

La question du poids

Une des nouveautés présentes sur la 3008 est l'arrivée d'un élément qui fera sans nul doute le bonheur des quatre équipages, mais, forcément, ne va pas dans le sens d'une réduction du poids...

Nous avons ajouté le système de climatisation, qui pèse dix kilos de plus, et nous essayons de compenser ce poids supplémentaire”, précisait Famin, qui ne pouvait cependant donner plus de détail sur l'impact des kilos en trop sur la performance.

C'est très difficile. Nous avons une idée, mais c'est beaucoup moins significatif que sur circuit, car faire des simulations est très difficile en conditions de rallye-raid, et la voiture n'est presque jamais utilisée à 100% de son potentiel - sinon on a vite un accident !”

On ne peut pas raisonner de la même façon. Tout le monde sait que plus la voiture est légère, meilleure elle est, mais c'est très difficile de donner un chiffre au kilomètre. Nous en utilisons un comme critère pour savoir à quel développement donner la priorité, mais cela n'a pas le même sens qu'en Formule 1 ou au Mans.”

Reste à savoir si les choix qui ont été faits auront été les bons pas rapport à ceux effectués par Toyota et Mini pour leurs nouvelles voitures.

Avec Franco Nugnes et Benjamin Vinel

Article suivant
Maroc, étape 5 - Despres remporte la spéciale, Al-Attiyah le rallye

Article précédent

Maroc, étape 5 - Despres remporte la spéciale, Al-Attiyah le rallye

Article suivant

Loeb, Peterhansel et Despres de retour sur le Silk Way Rally

Loeb, Peterhansel et Despres de retour sur le Silk Way Rally
Charger les commentaires