DTM
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
WRC
03 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Prochain événement dans
3 jours
WEC
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
08 nov.
-
10 nov.
EL1 dans
18 jours
MotoGP
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
Moto3
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
Moto2
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
IndyCar
30 août
-
01 sept.
Événement terminé
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
Formule E
C
E-Prix d'Ad Diriyah
22 nov.
-
23 nov.
Prochain événement dans
32 jours
C
E-Prix de Santiago
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
88 jours
FIA F3
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
FIA F2
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
C
Yas Marina
28 nov.
-
01 déc.
Prochain événement dans
38 jours
Formule 1
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
ELMS
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
C
Portimão
25 oct.
-
27 oct.
Prochain événement dans
4 jours
WTCR
13 sept.
-
15 sept.
Événement terminé

Arnaud Remy (Michelin) : "Notre investissement en Suisse porte ses fruits"

partages
commentaires
Arnaud Remy (Michelin) : "Notre investissement en Suisse porte ses fruits"
Par :
, Motorsport.com Switzerland
4 sept. 2019 à 09:00

Le responsable Rallye chez Michelin Motorsport s'est entretenu avec Motorsport.com Suisse, évoquant l'implication du manufacturier français sur la scène du rallye suisse depuis quelques années maintenant, et ce avant l'avant-dernier rendez-vous du Clio R3T Alps Trophy, le Rallye du Mont Blanc-Morzine, ce week-end.

Comment Michelin est venu au sponsoring rallye en Suisse ?

Historiquement, Michelin était présent en Suisse depuis quelques années, via un distributeur local. Lorsque je suis arrivé à la division rallye, la présence de Michelin dans le pays était effective, mais cela vivotait. Nous vendions des pneus, mais sans plus. Nous avons décidé de nous investir davantage.

Lire aussi:

Pourquoi ?

La Suisse a un fort potentiel, avec l'essor des voitures R5, il y a désormais de belles voitures du côté des pilotes suisses. Mais, à l'époque, nous regardions ces pilotes suisses surtout lorsqu'ils disputaient des épreuves frontalières, en France. Nous suivions ces pilotes qui évoluaient sur d'autres pneus, et nous trouvions cela dommage. Nous avons décidé d'être plus présents en Suisse, et nous avons mis en place une stratégie en ce sens en collaboration avec BZ Consult, avec qui nous étions en contact. Etant déjà partenaires de Renault, le Clio R3T Alps Trophy constituait une porte d'entrée naturelle.

 

Puis s'est ajouté le partenariat avec le Championnat de Suisse des Rallyes Junior…

Oui, et là la démarche était bien précise. Nous avions la volonté d'accompagner les jeunes pilotes dès leur entrée en compétition afin qu'ils aient l'habitude de rouler en Michelin, avec l'espoir qu'ils nous restent fidèles à mesure qu'ils gravissent les échelons, voire éventuellement jusqu'au plus haut niveau. S'ils devaient avoir un choix à faire en arrivant au top, ils seraient en terrain connus avec les Michelin.

Nous voulons créer une relation sur le long terme avec les pilotes amateurs.

Arnaud Remy, responsable Rallye chez Michelin Motorsport.

Et puis, en 2019, vous avez lancé le Trophée Michelin, réservé aux amateurs. Pouvez-vous nous expliquer le concept de cette nouvelle catégorie ?

Depuis 2015, où nous avons commencé à accentuer notre présence sur la scène des rallyes en Suisse en collaboration avec BZ Consult, nous avions une bonne visibilité et une bonne présence sur les formules de promotion. Mais il manquait quelque chose pour répondre à la demande des pilotes amateurs purs et durs, qui ne disputaient pas de formules de promotions, qui n'étaient pas Junior, mais aussi qui n'avaient pas le budget pour s'aligner au volant d'une voiture R5 pour aller jouer la victoire à chaque rallye. Avec le Trophée Michelin, nous nous adressons à ces amateurs. C'est quelque chose qui existait déjà en France, et nous avons voulu appliquer cette formule à la Suisse, en proposant à ces derniers un support financier par le biais de jeux de pneus ou de primes. Ce sont des gens qui ne jouent pas la victoire, mais que nous souhaitons récompenser pour leur fidélité.

Lire aussi:

Sergio Pinto, Sarah Buchard, Renault Clio S1600, Chablais Racing Team

Sergio Pinto, Sarah Buchard, Renault Clio S1600, Chablais Racing Team

Photo de: Project Diffusion

Etes-vous satisfait de l'évolution du Trophée Michelin cette saison ?

Oui car c'est une formule qui a rencontré pas mal de succès depuis son lancement, et qui nous a permis d’asseoir notre présence en Suisse. Un chiffre parlant : lorsque nous étions uniquement sur des formules de promotions, nous équipions environ un quart des concurrents. Avec le Trophée Michelin, environ la moitié des concurrents roulent avec des pneus Michelin. Nous pouvons dire que nous avons réussi notre coup, notre investissement en Suisse porte ses fruits, et nous nous en félicitons. Surtout, nous voulons créer une relation sur le long terme avec les pilotes amateurs, et nous mettons tout en œuvre pour cela.

Styve Juif, Cyliane Michel, Renault Clio RS, Juif Sport

Styve Juif, Cyliane Michel, Renault Clio RS, Juif Sport

Photo de: clior3.com

Comment jugez-vous le Rallye en Suisse ?

Comme sur le continent européen en général : il s'agit d'un marché mature, c’est-à-dire que ce sont des championnats bien installés, où l'on n'enregistre pas vraiment d'augmentation notable du nombre de concurrents. Mais, en Suisse comme ailleurs, le succès rencontré par la catégorie R5 a contribué à hausser considérablement le niveau des pilotes amateurs, et le niveau est vraiment élevé aujourd'hui.

Lire aussi:

La Suisse est-elle un marché spécifique pour un manufacturier de pneus ?

Il y a certaines spécificités oui. De l'extérieur, les gens croient parfois que l'argent n'est pas un problème en Suisse, mais c'est finalement comme partout, certains en ont, d'autres moins. La principale difficulté réside toutefois dans le fait que la Suisse, de par son statut "hors Union Européenne", engendre des droits de douanes qui n'existent pas dans d'autres pays. Les Michelin étant évidemment fabriqués en France, cela engendre un certain surcoût, qui n'est pas anodin. D'autant que nous ne sommes pas forcément les moins chers, ce qui est logique car la qualité se paie. C'est donc un marché relativement compliqué mais c'est un challenge que nous avons décidé de relever, et nous ne le regrettons pas puisque nous tirons les dividendes de notre implication dans le pays.

Article suivant
Duel très attendu à l’ombre du Mont-Blanc !

Article précédent

Duel très attendu à l’ombre du Mont-Blanc !

Article suivant

Styve Juif – Cyliane Michel intraitables sur les routes du Mont-Blanc !

Styve Juif – Cyliane Michel intraitables sur les routes du Mont-Blanc !
Charger les commentaires