Il y aura du suspense dans la Coupe Suisse de la Montagne

Dans ce championnat pour les moins cylindrés et les voitures historiques, la situation à deux manches de la fin est totalement ouverte. La décision ne va pas tomber avant la finale.

Il y a une demie douzaine des favoris dans la Coupe Suisse de la Montagne où les points sont attribués par classes et non selon le scratch. Le nouveau champion et successeur de Danny Krieg ne sera pas connu avant la dernière course aux Paccots le 17 septembre.

Chez Jürg Ochsner, on pourrait remarquer une certaine nervosité qui peut-être ne va plus disparaître... Dans sa course domicile dimanche passé, le pilote d’Oberhallau était sous pression. Mais il ne commit aucune faute et a remporté sa classe InterSwiss (IS) à 2000 même si ses chronos n’étaient pas époustouflants. Il a gagné cette fois devant René Tschirky devenu plus fort sur une autre Opel Kadett C GT/E et Philip Niederberger sur la Kadett C City.

Après son troisième succès lors d’une course de côte, Ochsner se trouve en tête du classement intermédiaire de la Coupe Suisse de la Montagne et du trophée IS. Comme nous l’avons annoncé, Giuliano Piccinato a perdu la première position après Oberhallau (même s’il n’a jamais été battu en 2017) en raison d’un cinquième concurrent nécessaire en SuperSérie 2000. Ainsi, comme à St-Ursanne, sa nouvelle victoire ne vaut que dix au lieu de vingt points.

Aussi, nous avons indiqué le progrès des meilleurs pilotes Clio du Renault Classic Cup. Après cinq des sept courses de côte, ils occupent les positions 2 (Philip Krebs après sa troisième victoire), 3 (Denis Wolf, le leader de ce Coupe privé) et 6 (Ralf Henggeler).

 

Ex-aequo avec Wolf, Stephan Burri figure au troisième rang du classement. En IS-1600, le pilote VW Polo dût se contenter de nouveau de la deuxième place derrière Christoph Mattmüller sur sa belle VW Scirocco, déjà vainqueur la semaine avant aux Rangiers. Les deux étaient même plus rapide que tous les concurrents de la classe à deux litres!

Au Gurnigel, Burri et Mattmüller se verront confrontés par le recordman Martin Bürki sur sa VW Polo. Mission possible ou non, ça sera dur pour les deux. Vraisemblablement, un des pilotes Renault pourrait en profiter pour doubler Burri. Ochsner, Krebs et Burri/Wolf ne sont séparés que par cinq petits points.

Malgré son absence à Hemberg, Mattmüller est déjà devancé à la septième position. Avec un résultat à biffer, il pourrait même devenir champion s’il continue à gagner.

Après son succès aux Rangiers sur la vielle BMW 320 E21 du slalom, Manuel Santonastaso est revenu avec la E46 WTCC plus moderne. Mais les problèmes électroniques pas disparus, il n’était pas capable de faire mieux que 6ème en IS-2000.

Le Suisse le plus rapide à Oberhallau avec une voiture tourisme à deux litres fut Martin Bürki. Le champion en titre avait engagé sa BMW 320 STW en KW-Berg-Cup de l’Allemagne. Dans l’addition, seul Björn Wiebe sur une Renault Laguna BTCC était neuf centièmes plus rapide que le champion des années 2014 et 2015. Sous la pression de Bürki et Dirk Preisser sur une Opel Kadett, l’Allemand a payé cher cette victoire sut terrain Suisse avec une violente sortie de route dans sa troisième montée, mais heureusement sans gravité pour le pilote. Une demie heure plus tard, Martin Witter sur la Peugeot 205 du groupe E1 s’est tué presque au même endroit!

 

Stefan Schöpfer (Audi 50) de nouveau a gagné le duel avec Hansueli Mathys (Fiat Uno) en IS-1400. En E1-1400, on notait quasiment deux vainqueurs différents. Avec un temps record dans la troisième manche interrompue peu après son arrivée, Marc Buchser (VW Polo) semblait avoir remporté cette classe. Mais après l’annulation, Lukas Naef (Suzuki Swift avec moteur Kawasaki), le plus rapide après la deuxième manche sur le mouillée à cause d’une courte pluie, restait en tête.

En E1-1600, l’Allemand Florian Arlt sur une petite VW Lupo était clairement devant. En absence des vainqueurs précédents Beat Oertig (Hemberg et Reitnau), Olivier Jeanneret (Anzère) et Sylvain Chariatte (St-Ursanne), Joël Werthmüller sur sa Peugeot 106 était premier Suisse.

Bei den E1-Zweilitern lag Daniel Wittwer vor dem Start zu dem wegen des Unfalls seines Bruders abgebrochenen dritten Lauf an der Spitze. Dahinter folgten Peter Niederer im Opel Kadett und Reto Steiner im Ford Escort RS2000 mit Mondeo-V6-Motor. 

Victoire très amère pour Daniel Wittwer chez les voitures E1 à 2 litres qui, avec sa VW Golf toujours pilotée rapide et spectaculaire, était en tête avant son départ pour la manche finale quand son frère a trouvé la mort. A côté de lui sur le podium imaginaire, ç’étaient Peter Niederer sur une Opel Kadett et Reto Steiner sur sa Ford Escort à moteur Mondeo V6.

Après que Joel Burgermeister avait battu trois concurrents sur les autres TracKing du groupe E2-Silhouette selon règlement Suisse à St-Ursanne, il ne laissait aucune chance à son seul adversaire Dani Fauler. C’est vraiment dommage que les performances étonnantes du jeune pilote de la Thurgovie ne sont pas récompensées avec points pleins.

Par contre, pour la deuxième fois après la course à Anzère, les pilotes des voitures historiques ont reçu tous les points. Avec ses temps sur sa Porsche 935 Turbo de 40 ans, Alain Pfefferlé aurait fini deuxième en groupe IS où il parti auparavant. Avec ce bolide de plus de 700 CV (ça dépend de la pression turbo), le Valaisan était trois fois le vainqueur du Championnat Suisse de la Montagne de 1999 à 2001...

InterSwiss Trophy - standings after 9 rounds

Swiss Hillclimb Cup - standings after 5 rounds

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Montagne suisse
Événement Oberhallau
Sous-évènement Dimanche, course
Pilotes Daniel Wittwer , Frédéric Neff , Jürg Ochsner , Philipp Krebs , Marc Buchser , Stefan Schöpfer , Josef Koch , Christoph Mattmüller , Alain Pfefferlé , Joel Werthmüller
Équipes RCU Rennclub Untertoggenburg , Autersa Racing , MB Motorsport , Equipe Bernoise , All-in Racing Team , MST Zentralschweiz
Type d'article Résumé de course
Tags suisse