WRC
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto3
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Moto2
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
40 jours
FIA F2
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
WTCR
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
C
Sepang
13 déc.
-
15 déc.
Prochain événement dans
5 jours

Eric Berguerand : "Je prends encore beaucoup de plaisir"

partages
commentaires
Eric Berguerand : "Je prends encore beaucoup de plaisir"
Par :
, Motorsport.com Switzerland
13 nov. 2019 à 13:07

Sacré Champion de Suisse de la Montagne pour la sixième fois cette saison, le Valaisan, pensionnaire de l'Atelier de la Tzoumaz, a toujours soif intactes de victoires et de compétition, comme il l'a expliqué dans un entretien avec Motorsport.com.

Quelles modifications avez-vous apportées à la Lola avant le début de cette saison ?
J'ai principalement changé le moteur, pour monter un Cosworth AC de dernière génération. J'avais pas mal de problème moteur avec le bloc précédent, et le nouveau m'a permis d'avoir plus de puissance. Il y avait moins besoin de se cracher dans les mains pour aller chercher dans les mains cette saison, également grâce à tout le travail effectué sur le châssis pendant l'intersaison.

Vous n'avez finalement pas eu le temps de faire des essais avec ces nouveaux éléments avant la première course…
Non, le temps m'a manqué, j'ai pensé à faire une course en Allemagne avant mais c'était plus compliqué qu'autre chose. Je me suis finalement dit que j'allais me lancer comme ça, et advienne que pourra ! Ça a finalement bien marché tout de suite.

Lire aussi:

Eric Berguerand, Lola FA99, Atelier de la Tzoumaz

Eric Berguerand, Lola FA99, Atelier de la Tzoumaz

Photo de: Denise Steinmann_myphoto.ch

Pensiez-vous dominer autant cette saison ?
Mais Marcel [Steiner] a fait de super chronos tout au long de la saison ! J'ai gagné beaucoup de courses, certes, mais il a toujours été très proche, avec un niveau de performance toujours élevé, ce n'était jamais facile. Il y avait juste un "trou du c…" qui allait un peu plus vite, sans quoi c'est lui qui aurait tout gagné ou presque. Je ne me suis pas posé de question, j'ai pris les courses les unes après les autres. Parfois cela fonctionne, parfois un peu moins bien.

Sur trois ou quatre courses cette saison, j'en ai un peu gardé sous le pied.

Eric Berguerand.

Après six titres nationaux, la motivation est-elle toujours là ?
Oui car, cette année, il y a eu le fait de disposer d'une voiture enfin de la même puissance que les autres. Ça permet de prendre davantage de plaisir avec une voiture plus stable, avec laquelle on peut montrer qu'on sait encore piloter ! Je prends encore beaucoup de plaisir, même si avec l'âge, avec la famille, on réfléchit plus aux priorités, à ce que cela implique. Et c'est vrai que, sur trois ou quatre courses cette saison, j'en ai un peu gardé sous le pied.

Y aura-t-il d'autres évolutions sur la voiture en fin de l'année prochaine ?
Pour le moment, on a surtout prévu une révision. Ce sera surtout sur des petits détails. Après, on ne peut vraiment aller beaucoup plus vite que ça. On commence à atteindre les limites physiques pour le pilote, ce n'est pas l'objectif.

La saison se termine en septembre pour ne reprendre qu'en juin. Une pause trop longue pour un pilote ?
Ça permet de retrouver la motivation et l'envie. La saison est quand même intensive, les week-ends s'enchaînent très vite sur une courte période, on est même un peu content que ça se termine ! Mais on reste toujours occupé dans cet intervalle, on ne s'ennuie jamais.

Louis et Eric Berguerand

Louis et Eric Berguerand

Photo de: RK Photography

Comment va votre papa, Louis [81 ans, gravement blessé au bras lors d'une sortie de route fin juillet sur la course de Ayent-Anzère] ?
Il récupère tout doucement, ça lui prend du temps, c'est long. Il était quand même très touché au niveau du bras, il y a eu des complications par la suite. Mais ça va, on a eu de la chance dans la malchance. Il a quand même passé un bon mois à l'hôpital, c'était un moment très compliqué.

Cela ne sert à rien de s'imposer des choses. On dépense de l'argent, du temps, des efforts pour notre passion, il faut qu'il y ait une notion de plaisir avant tout, il n'y a aucune obligation.

Eric Berguerand.

Cet accident vous a-t-il freiné psychologiquement par la suite ?
Il est évident que la motivation était moins grande par après. On a passé du temps en famille auprès de lui pour voir comment il allait. On a mis un peu moins de cœur dans la compétition, c'est sûr.

Depuis votre accident en 2007, où vous avez été sérieusement blessé aux jambes, vous n'avez plus disputé la course de Ste Ursanne-Les Rangiers. Y retournerez-vous un jour ?
Je ne sais pas. Déjà, je ne suis pas fan des courses ultra-rapides et des grandes vitesses. Cela ne sert à rien de s'imposer des choses. On dépense de l'argent, du temps, des efforts pour notre passion, il faut qu'il y ait une notion de plaisir avant tout, il n'y a aucune obligation.

Eric Berguerand, Lola FA99, Atelier de la Tzoumaz

Eric Berguerand, Lola FA99, Atelier de la Tzoumaz

Photo de: Christian Eichenberger

Quel regard posez-vous sur le championnat de Suisse de la montagne aujourd'hui ?
La seule chose qui me gêne actuellement c'est que l'on est trop pointilleux sur certaines choses. Nous sommes des amateurs, nous faisons ce sport en plus d'une activité professionnelle, nous n'avons pas le temps de passer notre temps à étudier des pages de règlement, et les règles sont très strictes. Il faut des règles, c'est certain, mais pas aussi draconiennes. C'est beaucoup trop rigide aujourd'hui, certaines équipes sont pénalisées car elles ont oublié un détail sur leur fiche, c'est embêtant. Il y a dix ans, il n'y avait pas autant de contrôle, tout allait très bien.

Aucun doute, on reverra Eric Berguerand en 2020 ?
A priori oui, si on a suffisamment de travail au garage ces prochains mois, on peut se permettre de repartir l'an prochain. Tant qu'on peut le faire, on y va !

 
Article suivant
Les calendriers 2020 des championnats suisses dévoilés

Article précédent

Les calendriers 2020 des championnats suisses dévoilés

Article suivant

Portraits de champions : Martin Bürki

Portraits de champions : Martin Bürki
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Montagne Suisse
Pilotes Eric Berguerand , Louis Berguerand
Équipes Atelier de la Tzoumaz
Auteur Emmanuel Rolland