Paccots : un champion clair et un deuxième pas au courant...

Avec un nouveau succès en classe, le favori Giuliano Piccinato s’est assuré la Coupe Suisse de la Montagne 2017. Par contre, Alain Pfefferlé ne savait pas qu'il pouvait être champion avec sa Porsche 935 historique...

Avec ses quatre concurrents en Super Serie à 2000, Giuliano Piccinato a dû accomplir son dernier devoir – gagner encore une fois. Mais il l'assure: "Tout le weekend, j’étais nerveux comme jamais. Une faute et on n’est plus dans la course au titre…"

En 2015, le garagiste de Bättwil SO de 54 ans finissait deuxième dans cette coupe pour des voitures moins cylindrées et historiques, derrière Martin Bürki. L’année passée, il s’engageait en catégorie LOC aux slaloms avec une Caterham.

Il est revenu à la course de côte en 2017 avec une Honda Integra Type R éprouvée (millésime 2000 avec 80 000 kms) avec l’objectif de chercher ce titre. Mission accomplie, il a remporté les sept manches, même si deux d'entres elles n'ont attribué que la moitié des points. C’est son deuxième titre national depuis 1993, quand il s’est imposé au Championnat Suisse des voitures de série sur une Suzuki Swift. 

Si Piccinato avait perdu une seule fois, on verrait un champion inattendu. Alain Pfefferlé n’est apparu qu’à partir de la troisième course de côte, chez lui à Anzère. Au lieu de courir avec le groupe InterSwiss, il a roulé chez les voitures historiques avec sa Porsche 935 âgée de 40 ans.

Avec des chronos stupéfiants, le Valaisan de 64 ans a gagné son groupe H cinq fois. À St-Ursanne seulement, ils n’étaient que quatre voitures au départ, dont son ami fidèle Nicolas Bührer sur sa splendide BMW M1.

"Je ne me suis pas occupé de ce championnat. Je roule par plaisir et je cherche à réaliser des temps rapides comme à l’époque ou même aller plus vite", déclare le pilote Porsche. Après la cinquième victoire aux Paccots, il est passé de la huitième place provisoire à la deuxième au classement final. Avec le même voiture, Pfefferlé avait remporté la Coupe Suisse de la Montage, toutes catégories confondues, de 1999 à 2001! 

Changeant du groupe IS au groupe E1 avant la clôture des engagements, Stephan Burri a saisi son ultime chance de finir sur le podium de la Coupe Montagne. Ainsi il n'a pas eu à lutter avec l’imbattable Martin Bürki en classe IS-1600, les deux sur VW Polo.

Ainsi, Burri a dominé la classe E1-1600. Dans les conditions météo variables et meilleures pour son groupe, il était aussi plus rapide que son rival Martin Bürki.

Mais grande surprise à la vue des résultats quand Burri fut classé premier en IS-1600 devant Bürki. Celui a appelé Auto Sport Suisse lundi après la course et demandé de vérifier ce cas. Apparemment, il s'agissait d'une faute de communication – le vendredi, cinq jours après la course, Auto Sport Suisse a publié un nouveau classement pour les classes IS-1600 et E1-1600.

Avec les 20 points attribués à Burri, il finit troisième au classement final, avec un point d’avance sur l’ancien leader Philipp Krebs. Malheureusement, la dernière course n’était pas au calendrier de la Coupe Renault Classic. Par conséquent, Krebs ne pouvait plus se défendre, tout comme Denis Wolf qui figurait au deuxième rang devant Paccots à égalité avec Piccinato et Burri. 

Jusqu’à ce que le cas Burri soit clarifié, Beat Oertig sur sa Peugeot 106 Maxi sera le vainqueur en classe E1-1600 juste devant Sylvain Chariatte sur VW Golf. Olivier Jeanneret, qui était le plus rapide des trois, a dû abandonner avec sa Golf 16S suite à des problèmes de boïte de vitesses. 

Après la première manche, Sébastien Coquoz sur son Opel Kadett devançait la Honda CRX F20 de Ruedi Fuhrer de 14 millièmes seulement. Le pilote de Brienz se montrait beaucoup plus rapide dans la deuxième montée sous la pluie et ainsi gagnait la classe. Coquoz finissait deuxième devant un Frédéric Leuenberger fort dans les deux montées sur sa Renault Clio.

Grande joie chez Thomas Andrey après la troisième manche de course, sous la pluie tombante, après avoir dépassé le premier leader Patrick Vallat. Mais hélas, en raison de l’addition des deux premiers temps seulement après l’arrêt de la course, le pilote Golf du canton de Jura restait en tête du classement devant le Fribourgeois sur la Peugeot 405 Mi16 de Thierry Eggertswyler.

Finalement, grande déception pour Jürg Ochsner lui aussi. Avec une quatrième victoire en classe IS-2000, il aurait été deuxième de la Coupe Montagne derrière Piccinato. Au départ, tout se passait comme prévu, il prenait le commandement avec 45 millièmes d’avance sur Andrey et une seconde sur Vallat.

Dans les deux autres montées sous la pluie, pas de chance pour le pilote de l’Opel Kadett 16S contre les concurrents avec les voitures à traction avant. Malgré son attaque, il dut se contenter de la sixième place en classe aux Paccots et au championnat, qu'il menait après sa course domicile à Oberhallau…

Châtel Saint Denis-Les Paccots - Résultat Catégorie National

Swiss Hillclimb Cup - standings after 7 rounds (Final)

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Montagne suisse
Événement Châtel Saint Denis-Les Paccots
Sous-évènement Dimanche, Course
Pilotes Giuliano Piccinato , Stephan Burri , Patrick Vallat , Beat Ortig , Alain Pfefferlé , Ruedi Fuhrer
Équipes RCU Rennclub Untertoggenburg , Ecurie des Ordons , Autersa Racing , MB Motorsport , Ecurie Basilisk
Type d'article Résumé de course
Tags suisse