Adrien Van Beveren - "Sur le Dakar, il faut s'adapter en permanence"

partages
commentaires
Adrien Van Beveren -
Par : Willy Zinck
10 janv. 2017 à 12:10

Le pilote français a connu une spéciale compliquée hier, marquée par une chute ayant provoqué des dommages réversibles sur sa Yamaha.

#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren
#6 Yamaha Official Rally Team: Adrien van Beveren

Le Dakar est une affaire de gestion et d’endurance, où il faut sans cesse rester concentré sur sa navigation et son pilotage pour prévenir toute bévue. Une gageure d’autant plus délicate lorsque vous évoluez en milieu connu, celui des dunes en l’occurrence pour le jeune Adrien Van Beveren. Vainqueur des trois dernières éditions de l’Enduropal, c’est pourtant bien sur ce terrain que le natif d’Hazebrouck a failli abandonner hier.

Plus de peur (quoique non selon ses dires) que de mal pour le Nordiste, qui est revenu hier sur sa chute au pied d’une dune lors de la septième étape, au micro de France TV : "On est tombés. Même pas le temps d’avoir peur car j’étais concentré sur ma navigation. Je regardais le cap au loin et j’ai pris un trou, ou une herbe à chameaux comme on appelle ça."

Rapidement remis en selle, Van Beveren a constaté un comportement erratique de sa machine et de nouveau stoppé quelques mètres plus loin en raison de menus dommages sur sa moto. "Je ne me suis pas fait mal, j’ai juste arraché mon antenne GPS et j’ai du remettre mon protège-main qui appuyait sur l’embrayage. C’est une chose où il faut faire super gaffe car si tu appuies sur l’embrayage et que tu ne t’en rends pas compte, tu peux le cramer en peu de temps. Et comme on est en étape marathon, forcément…"

J'aurais pu cramer l'embrayage, et comme on est en étape marathon, forcément...

Le Français a donc pris le temps de remettre les choses dans l’ordre, hormis le guidon qui a lui aussi souffert dans la chute : "J’ai un peu le guidon tordu. Je vais remettre ça et on s’adapte. C’est ça le Dakar, il faut s’adapter en permanence."

Le triple vainqueur du Touquet a cependant pu refaire une bonne partie de son retard grâce à son expertise sur le sable, malgré une perte de temps estimée à 10’52’’ suite à son accident. "L’étape était vraiment sympa, il y avait beaucoup de sable. J’ai voulu attaquer pour faire la différence, d’abord parce que j’aime ça mais aussi parce que je suis rapide sur le sable. Le problème c’est que je me suis perdu, mais jamais totalement. J’ai loupé des traces, des pistes, mais je les ai toujours retrouvées assez rapidement, donc je suis satisfait. Ce n’est pas parfait mais ça progresse bien."

Pour sa seconde participation sur le Dakar, après une belle sixième place obtenue l’an passé, Van Beveren pointe actuellement à la troisième place du général, à moins de cinq minutes de Pablo Quintanilla (Husqvarna), et avec plus de six minutes d’avance sur Gerard Farres Guell (KTM). De quoi envisager un podium en fin de semaine à Buenos Aires ? Le Français garde la tête froide : "Il n’y a pas beaucoup d’écart. J’apprends, j’essaie d’être meilleur chaque jour, et peut-être d’ici un ou deux ans je ne ferai plus d’erreur. On y pense forcément un peu. Maintenant quand je suis sur la moto avec mon roadbook sous les yeux, je pense seulement à naviguer. Mais c’est vrai que cette position est super."

Le chemin est encore long avec cinq étapes qui restent à disputer. La première aujourd’hui entre Uyuni et Salta sur un parcours modifié

Prochain article Dakar
Peterhansel - Loeb est "prêt à gagner" le Dakar

Previous article

Peterhansel - Loeb est "prêt à gagner" le Dakar

Next article

Sam Sunderland - "C'était dur, physiquement dur"

Sam Sunderland - "C'était dur, physiquement dur"

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar 2017
Catégorie Étape 7 : La Paz - Uyuni
Pilotes Adrien van Beveren , Gerard Farres , Pablo Quintanilla
Auteur Willy Zinck
Type d'article Actualités