Audi dévoile la composition de son moteur Dakar électrique

Audi Sport donne un aperçu du groupe propulseur majoritairement électrique qui sera utilisé dans le cadre de son retour au Rallye Dakar, prévu en 2022.

Audi dévoile la composition de son moteur Dakar électrique

À la fin de l'année, Audi se retirera des circuits de Formule E et de DTM pour concentrer ses activités sportives sur le Dakar, où la dernière participation du constructeur allemand remonte à 1987. Et ce come-back n'est pas thermique mais électrique ! Audi base son projet autour du MGU utilisé en Formule E, auteur de multiples victoires et de deux titres.

Dans le championnat de monoplaces électriques, le MGU05 d'Audi offre une puissance de 250 kW, soit 335 ch environ. Cependant, la marque aux quatre anneaux a précisé que les chiffres qui seront vus au Dakar "dépendront de la réglementation de la FIA".

Certes poussée, la technologie 100% électrique ne permet pas encore de disputer les longues étapes du Dakar dans leur intégralité. De ce fait, Audi comptera sur son moteur Classe 1 de DTM afin de recharger les batteries. Le groupe propulseur comprendra une boîte de vitesses et un différentiel adaptés pour le rallye-raid tandis que les batteries seront également développées par la marque allemande. Un premier test grandeur nature est prévu pour le mois de juillet si aucun retard n'est pris lors de la phase de développement.

"Nous avons encore besoin de l'efficacité de notre moteur TFSI à combustion interne car les étapes du Dakar sont bien trop longues pour pouvoir recharger les batteries et réussir à rallier l'arrivée", explique Andreas Roos, chef de projet chez Audi Sport, dans le cadre d'une interview accordée à certains médias, dont Motorsport.com.

"La voiture en elle-même aura une apparence très similaire à celles que vous avez l'habitude de voir sur le Dakar", poursuit-il. "Notre transmission sera entièrement électrique. Donc, le MGU que nous avons développé pour la Formule E cette année, et dont nous sommes vraiment fiers, sera aussi utilisé au Dakar. Bien sûr, nous avons besoin de procéder à quelques modifications parce que le désert est un peu différent des villes où nous courons en Formule E. [Cela] ajoute quelques défis supplémentaires."

Lire aussi :

"Nous essayons de transférer toutes nos connaissances de la Formule E et aussi de notre passage au Mans, lorsque nous y avons couru avec l'e-tron quattro. Cette voiture sera une sorte d'e-tron quattro mais sous une nouvelle forme. Nous utiliserons un MGU pour chaque essieu afin d'avoir la traction quattro électrique. Le troisième MGU sera utilisé comme générateur pour recharger les batteries, ce qui est nécessaire en raison des longues distances."

"Le dernier composant sera notre convertisseur d'énergie, qui sera un moteur thermique conventionnel. Vous connaissez ce moteur grâce à nos années de succès en DTM, surtout les dernières, et il servira de base à notre moteur Dakar. C'est un bloc incroyablement efficace en matière de poids et de consommation de carburant, c'est de l'art."

Au cours des prochains mois, Audi relèvera de nombreux défis, l'un d'entre eux sera de poursuivre le développement de sa voiture en attendant que la FIA définisse la future réglementation et la Balance de Performance (BoP) par rapport aux voitures de la catégorie T1.

Lire aussi :

"La FIA n'a pas défini de BoP, il est donc trop tôt pour parler de puissance et de performances car nous devrons les adapter en fonction de ce que la FIA décidera à ce sujet", commente Sven Quandt, propriétaire de Q Motorsport et associé d'Audi pour ce projet. Roos a fixé un calendrier de trois ans pour la première victoire d'Audi au Dakar, admettant que les premières sorties se feront au cours d'une "année d'apprentissage".

"La pression est grande, c'est sûr. C'est un concept vraiment unique", avoue-t-il. "Et c'est un grand défi pour nous. Nous voulons être en mesure de nous battre pour la victoire au classement général parce que nous avons connu le succès dans le passé et nous voulons aussi le connaître aujourd'hui. C'est un très grand défi pour nous avec cette transmission électrique que nous utiliserons au Dakar."

"Mais je pense que 2022 sera une année d'apprentissage, nous ferons plus de progrès en 2023. Et ensuite, avec un peu de chance, nous pourrons vraiment nous battre pour les victoires sur le Dakar en 2024."

Les responsables d'Audi n'ont pas encore précisé combien de voitures seront au départ l'an prochain mais nous savons d'ores et déjà qu'il y en aura "plus d'une et moins de cinq". Il y a également eu une réticence de la part du constructeur allemand quant à la composition des pilotes. Selon plusieurs sources, le triple vainqueur du Dakar Carlos Sainz pourrait faire partie intégrante du projet. Et Stéphane Peterhansel, vainqueur de l'épreuve à quatorze reprises, pourrait accompagner El Matador.

partages
commentaires
Elena écarté : Loeb assume "un choix difficile mais qui s'imposait"

Article précédent

Elena écarté : Loeb assume "un choix difficile mais qui s'imposait"

Article suivant

Tenant du titre sur le Dakar, Benavídes quitte Honda pour KTM

Tenant du titre sur le Dakar, Benavídes quitte Honda pour KTM
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Auteur Sergio Lillo