Audi dévoile son SUV hybride pour conquérir le Dakar

Après avoir mené des premiers essais, Audi Sport a dévoilé en avant-première le RS Q e-tron, le SUV hybride qui prendra le départ de l'édition 2022 du Dakar.

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
1/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
2/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
3/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
4/11

Photo de: Audi

Présentation de l'Audi RS Q e-tron
Présentation de l'Audi RS Q e-tron
5/11

Photo de: Audi

Présentation de l'Audi RS Q e-tron
Présentation de l'Audi RS Q e-tron
6/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
7/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
8/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
9/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
10/11

Photo de: Audi

Audi RS Q e-tron
Audi RS Q e-tron
11/11

Photo de: Audi

Mercredi, certains médias, dont Motorsport.com, ont pu découvrir en avant-première l'Audi RS Q e-tron, le SUV hybride que Carlos Sainz, Stéphane Peterhansel et Mattias Ekström devront peaufiner au cours des prochains mois en vue d'une participation au Dakar en janvier 2022.

Le look de l'auto est saisissant. Ses lignes dessinent une silhouette imposante, et pour cause, elle mesure 4,5 m de long, 2,30 m de large (le maximum selon la nouvelle réglementation T1E) et 1,95 m de haut.

À l'avant, on trouve trois fines bandes de LED bleues logées sur de petits phares à LED blanches. L'énorme prise d'air sur le toit se fond dans un aileron de requin. À l'arrière, une bande de LED rouges et les mots "Future is an attittude" ("Le futur est une attitude") complètent l'identité du modèle de la marque aux quatre anneaux. La livrée, qui n'est pas tout à fait définitive, arbore pour le moment différentes nuances de gris et une pointe d'orange fluo sur la prise d'air, les jupes et les roues de 17 pouces.

Le groupe propulseur hybride se divise en plusieurs éléments. Premièrement, le MGU05 utilisé en Formule E (250 kW et 33 kg) est situé au-dessus de l'essieu avant. Les batteries à 13 modules de 266 cellules chacun (52 kWh et 375 kg) partent du tunnel entre le conducteur et le copilote et s'étendent jusqu'aux flancs du RS Q e-tron.

Le réservoir de 295 litres est placé 1,1 m derrière l'essieu avant et alimente le moteur quatre cylindres TFSI de 2,0 litres utilisé en DTM. Le bloc fonctionne entre 4500 et 6000 tr/min pour optimiser la consommation de carburant et il est relié au deuxième MGU afin de recharger la batterie et de récupérer l'énergie au freinage. Enfin, le troisième MGU entraîne les roues arrière et n'est pas relié mécaniquement à l'essieu avant.

Lire aussi :

Sur la piste d'essai d'Audi Sport, Carlos Sainz et Lucas Cruz ont été les premiers à tester le SUV, qui pèse encore plus de deux tonnes, bien au-dessus du minimum de 2000 kg autorisé par le règlement. Et après deux jours de shakedown sur le tarmac, Sainz, Ekström et Peterhansel ont mené la semaine dernière un programme d'essais tout-terrain de 200 km au centre Area 39 de Gröningen. De nombreux points doivent encore être améliorés d'ici janvier mais selon Andreas Roos, les premières impressions de Sainz, Ekström et Peterhansel sont "plutôt positives".

"Nos pilotes étaient très satisfaits dès les premières minutes qu'ils ont passées dans la voiture, même si nous avons déjà établi une longue liste de choses à faire", a indiqué le chef de projet. "Mais nous sommes impatients de relever ce grand défi ; nous ne voulons pas faire de la figuration, nous voulons réaliser la meilleure performance possible. Bien sûr, nous sommes conscients qu'il y aura une courbe d'apprentissage, c'est la voiture de course la plus complexe que nous ayons jamais construite, encore plus complexe que nos LMP1. Avec elle, nous voulons suivre les traces de la légendaire Audi Quattro en rallye."

Trois défis pour les prochains mois

Comme l'ont confié plusieurs cadres d'Audi Sport à Motorsport.com, trois grands défis attendent la marque : se rapprocher le plus possible du poids minimum, atteindre une fiabilité exemplaire et perfectionner le logiciel. Ce dernier point est capital car le véhicule est doté de technologies de pointe et compte plus de quatre kilomètres de câbles. Ainsi, 22 ingénieurs et dix mécaniciens ont été mobilisés lors du premier test et n'ont cessé de peaufiner le RS Q e-tron depuis.

Pour la première fois en rallye-raid, la télémétrie en direct a été utilisée pour analyser le comportement du véhicule et des systèmes haute tension (12, 48 et 800 V). Sans compter le moteur thermique et le troisième MGU, le SUV peut également être rechargé sur une borne. Actuellement, Audi Sport collabore avec Amaury Sport Organisation, organisateur du Dakar, dans la création de zones de recharge d'énergie respectueuses de l'environnement.

La semaine prochaine, Audi fera cap sur l'Aragón, en Espagne, pour poursuivre ses essais. Un deuxième exemplaire du RS Q e-tron devrait être assemblé dans le courant du mois d'août. Le lancement du SUV dépendra de l'évolution du programme de développement. Audi espère néanmoins participer à "une ou deux courses" avant de rejoindre la ligne de départ du Prologue du Dakar, le 1er janvier 2022.

"Si nous ne connaissons pas de gros problèmes durant ces prochains mois, nous réaliserons quelque chose d'unique et d'incroyable. L'objectif est de terminer ce premier Dakar, tout le reste sera du bonus. Mais je pense que nous pouvons avoir quelques surprises", conclut Sven Quandt, directeur de Q Motorsport et principal partenaire d'Audi Sport dans le développement du RS Q e-tron.

partages
commentaires
KTM prêt à soutenir Danilo Petrucci au Dakar
Article précédent

KTM prêt à soutenir Danilo Petrucci au Dakar

Article suivant

Prodrive présente le nouveau BRX Hunter de Loeb

Prodrive présente le nouveau BRX Hunter de Loeb
Charger les commentaires