Carlos Sainz : "La compétition, c'est le test ultime"

Alors qu'il a subi une casse mécanique durant la cinquième étape du Dakar 2022, Carlos Sainz admet que le manque de kilomètres de course est un handicap pour Audi.

Carlos Sainz : "La compétition, c'est le test ultime"

Carlos Sainz et Lucas Cruz se battaient pour le top 5 lorsque leur journée a déraillé au 195e des 395 km chronométrés de la cinquième étape de ce Dakar. L'amortisseur arrière gauche de leur Audi RS Q e-tron a lâché dans un atterrissage et la casse a par ailleurs entraîné la perte d'un ventilateur du prototype. Leur salut n'a pu venir que de Stéphane Peterhansel et Édouard Boulanger, arrivés sur place en bons samaritains pour leur fournir une pièce de rechange et leur permettre de repartir.

Après avoir perdu environ une heure dans cet arrêt, le duo espagnol a roulé à un bon rythme jusqu'à un passage délicat en termes de navigation. À l'arrivée de l'étape, ils pointaient à 1'03"54 de Henk Lategan, vainqueur ce jeudi pour la première fois.

"La vérité, c'est que ça se passait bien, surtout juste au moment où nous avons cassé", relate Carlos Sainz de retour au bivouac de Riyad. "On était déjà derrière Loeb, on le voyait, mais on a eu une casse dans une réception, la même chose que ce qui a cassé pour Stéphane hier. Il faut que l'on voie ce qui se passe, parce qu'il se passe quelque chose et il faut voir si nous allons pouvoir le réparer d'ici à la fin du rallye."

"Ensuite, on a continué très fort, on a fait une bonne section. On a perdu du temps dans un endroit compliqué, mais sinon ça se passait très bien", ajoute le triple vainqueur du Dakar.

Interrogé par Motorsport.com afin de savoir si ce type d'incident était courant pour un programme dont le Dakar est la première course, Sainz a répondu : "Le problème, c'est de ne pas avoir fait de compétition. Parce que c'est bien de faire beaucoup de tests, mais en fin de compte la compétition c'est le test ultime. C'est désormais le moment de tout mettre au point et de tout préparer pour l'avenir. Même si, pendant les tests, nous n'ayons pas eu de problèmes avec cette pièce."

Avec 3'19"14 de retard sur Nasser Al-Attiyah, les chances de l'Espagnol sont pratiquement inexistantes, mais il voit l'Audi RS Q e-tron comme un projet d'avenir et entend donc continuer à mettre son auto à l'épreuve. Ainsi, en vue de la journée de demain, Sainz prévient qu'il compte bien attaquer pour cette sixième étape de 345 km chronométrés : "Je ne sais pas d'où on partira, s'il y aura de la poussière ou non, mais on va aller à fond demain."

Lire aussi :

partages
commentaires
Danilo Petrucci entre dans l'Histoire du Dakar
Article précédent

Danilo Petrucci entre dans l'Histoire du Dakar

Article suivant

La France pose la question d'une annulation du Dakar après l'explosion à Djeddah

La France pose la question d'une annulation du Dakar après l'explosion à Djeddah
Charger les commentaires