Famin critique l'interdiction des cartes sur le Dakar

Bruno Famin, directeur de Peugeot Sport, a critiqué la récente décision d'interdire les cartes pour les concurrents du Dakar.

Famin critique l'interdiction des cartes sur le Dakar
Sébastien Loeb, Peugeot Sport, Bryce Menzies, MINI X-Raid Team
#308 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres, David Castera
Bruno Famin, Peugeot Sport
#308 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres, David Castera
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#306 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#308 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres, David Castera
#308 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#300 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#308 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Cyril Despres, David Castera

La règlementation du rallye-raid le plus exigeant au monde a évolué avant le départ de la quarantième édition, prévu ce samedi au Pérou. Alors qu'auparavant, seules les cartes utilisant des images satellite étaient interdites, c'est désormais toute forme de support qui n'a plus sa place dans l'habitacle des autos participant au Dakar.

Une restriction supplémentaire a été apportée aux concurrents dits "Élite", puisqu'ils n'auront pas non plus le droit d'avoir un quelconque dispositif électronique (téléphone, tablette, montre GPS), autre qu'un téléphone satellite, à utiliser en cas d'incident, pour des raisons de sécurité.

Directeur de Peugeot Sport, Bruno Famin a critiqué la décision de l'organisation, estimant que la volonté est de maintenir artificiellement le suspense tout au long des deux semaines de course, avec la possibilité d'avoir des changements fréquents en tête de course.

"Je ne prends pas cela comme quelque chose de personnel. Mais par contre je prends ça comme quelque chose qui n'est pas fair-play, clairement. Malheureusement, ils veulent que des choses se passent. Ils ne veulent pas le même leader qu'au premier jour, [ils veulent] qu'il y ait quelqu'un qui puisse se perdre", réagit-il.

Famin estime que la notion même de sport s'en retrouve bafouée : "Pour moi, ça n'est pas du sport. Dans n'importe quelle catégorie, celui qui gagne le plus est puni. Il y a beaucoup de catégories où c'est comme ça, c'est normal."

Un Dakar transformé en "loterie"

"Mais au sujet des cartes, je ne comprends pas. Cela transforme le Dakar en une loterie. Il y a des planètes que vous n'arriverez jamais à aligner. Je pense que c'est ce qu'ils recherchent, un résultat inattendu. C'est la seule façon pour moi de comprendre cette décision."

Directeur sportif du Dakar, Marc Coma explique de son côté que la seule volonté d'A.S.O. (société organisatrice du rallye) est de ramener au premier plan l'aspect navigation, réduit ces dernières années en raison de la présence de technologies toujours plus avancées.

"Récemment, les équipes professionnelles avaient un niveau de détail des cartes qui les aidait énormément dans la navigation, et depuis mon arrivée à la direction sportive de la course, mon cheval de bataille a toujours été de me battre car la navigation fait partie du jeu", a-t-il déclaré à Motorsport.com.

"Cela ne vise personne. Pour moi, les équipes doivent avoir les mêmes éléments : un Trip Master, un GPS et le road book fourni par l'organisation. Avec ces trois éléments, ils doivent s'orienter. L'objectif est de rendre la navigation importante, et que le pilote et l'équipe qui lisent mieux le road book soient récompensés."

Deux des adversaires de Peugeot, à savoir Mini et Toyota, ont eux exprimé leur satisfaction quant au changement de règlement : "[Peugeot] avait un système précisément pour les cas où ils se perdraient, pour retrouver plus facilement leur chemin avec les coordonnées [GPS]. Je pense qu'on est tous au même niveau maintenant. Globalement, vous ne devez pas vous perdre, c'est la stratégie", explique Alex Haro, copilote de Nani Roma chez Mini.

Le directeur de l'équipe Toyota, Glyn Hall, salue quant à lui la possibilité offerte aux amateurs de revenir un peu au classement, ces derniers n'étant pas concernés par l'interdiction des dispositifs électroniques.

"[C'est] plus juste pour tout le monde, et cela va permettre aux amateurs d'être plus proches des teams d'usine. Et c'est plus équilibré pour les équipes aux avant-postes. Je comprends que Peugeot ne soit pas content car ils ont passé beaucoup de temps sur les cartes, ce qui n'était pas juste je pense. On devrait rendre le sport plus accessible aux pilotes qui le rendront viable dans le futur."

partages
commentaires
Que réserve la première semaine du Dakar aux concurrents ?

Article précédent

Que réserve la première semaine du Dakar aux concurrents ?

Article suivant

Motos, étape 1 - Sunderland remporte la courte première spéciale

Motos, étape 1 - Sunderland remporte la courte première spéciale
Charger les commentaires