Jean-Paul Cottret, le triomphe dans la discrétion

Stéphane Peterhansel n'est pas le seul homme à avoir remporté son sixième Dakar en catégorie voiture, le week-end dernier. Son navigateur, Jean-Paul Cottret, était à ses côtés lors de chacune de ses victoires.

Jean-Paul Cottret, le triomphe dans la discrétion
Les vainqueurs chez les autos #302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
Les vainqueurs chez les autos #302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
Les vainqueur chez les autos, #302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#302 Peugeot : Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
Jean-Paul Cottret, Daniel Elena

Si le nom de Stéphane Peterhansel a fait le tour des médias samedi après la victoire du pilote Peugeot au terme de la dernière étape du Dakar, celui de Jean-Paul Cottret ne doit pas “parler” à grand monde en dehors des passionnés. Résultat: celui qui le porte ne reçoit pas le crédit qui lui revient. Mais cela n'a pas l'air de le déranger.

Je n'ai pas de problème avec ça. Je n'ai pas de problème avec mon ego. Je suis là pour faire mon travail de la meilleure façon et la relation que j'ai avec Stéphane est très bonne. Bon, je pense qu'on fait du super boulot et pour moi, c'est ce qui compte,” dit-il à Motorsport.com.

S'il ne tient pas forcément, à l'entendre, à ce que sa présence et son rôle soient mis plus en avant qu'ils ne le sont, ce qui ne serait pas difficile, il a néanmoins conscience de leur importance – et c'est bien normal.

Pendant la course, nous sommes une équipe. Après la course, sur le podium, nous sommes une équipe. Une équipe, ce n'est pas seulement Stéphane sur le podium, c'est tous les deux ensemble.”

Même avec une avance d'une quarantaine de minutes sur la Mini de Nasser Al-Attiyah et Matthieu Baumel, les 180 kilomètres de la dernière et plus courte spéciale du rallye, samedi, n'ont pas été une balade de santé, le coude à la portière, pour l'équipage de la 2008 DKR 16 n°302.

À tous les checkpoints, je vérifiais chaque instrument, mais aucun ne fautait,” dit Cottret. “Il n'y avait pas de pression, mais il faut être prudent au Dakar, savoir gérer et avancer. Le Dakar n'est jamais joué, des problèmes mécaniques sont toujours possibles. Il faut être prudent pour atteindre son objectif, et avoir confiance en soi.”

“On ne peut jamais se relâcher, car il nous est déjà arrivé à Stéphane et moi de perdre le podium le dernier jour.”

Un parcours difficile

Comme la majeure partie du plateau, Cottret admet que la première semaine de course n'a pas été très exigeante en matière de navigation, ce pour quoi beaucoup de participants sont présents. Mais il ajoute aussitôt que la seconde était tout à fait digne d'un vrai Dakar.

Cette année, en première semaine, de nombreuses portions étaient similaires à ce qu'on voit en WRC,” le travail du copilote dans cette discipline étant de décrire la route et non d'indiquer un cap. “La deuxième semaine, on ne pouvait se reposer. Les trois jours à Salta, Belén et La Rioja ont été de vrais défis, plus compliqués à tout point de vue. Du vrai Dakar. Fiambalá aussi était une étape purement Dakar, qui fait partie de son histoire.”

La navigation n'est jamais une chose facile. Chaque jour, il y a de la pression car on peut se perdre ou manquer un checkpoint, ce qui coûte trois ou quatre minutes. Rester concentré était important pour atteindre notre objectif.”

Il l'ont atteint et pour la sixième fois, après les victoires déjà acquises avec Mitsubishi (trois) et Mini. À noter qu'ils se sont aussi retrouvés sur le podium en 1994, année où ils s'étaient fait une infidélité, mais respectivement... 2e et 3e (Cottret courant alors avec Philippe Wambergue).

Raison de plus pour ne pas s'arrêter en si bon chemin, et surtout remettre ça ensemble.

Propos recueillis par Luis Ramirez

partages
commentaires
Cyril Despres - "Ça me donne de l'espoir pour la suite"

Article précédent

Cyril Despres - "Ça me donne de l'espoir pour la suite"

Article suivant

Nasser Al-Attiyah ferait-il de l'œil à Peugeot?

Nasser Al-Attiyah ferait-il de l'œil à Peugeot?
Charger les commentaires