Une journée cauchemardesque pour Toyota

partages
commentaires
Une journée cauchemardesque pour Toyota
Par : Emmanuel Rolland
5 janv. 2017 à 09:29

Alors qu'elles faisaient jeu égal avec les Peugeot 3008 DKR lors des deux premières étapes du Dakar 2017, les Toyota Hilux ont vécu une troisième journée apocalyptique, qui a d'ores et déjà ruiné ses espoirs de victoires sur le Dakar.

Nasser Al-Attiyah, Toyota Gazoo Racing, après son crash
#301 Toyota Gazoo Racing, Toyota: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel, après le crash
#301 Toyota Gazoo Racing, Toyota: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel, après le crash
#301 Toyota Gazoo Racing Toyota: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel
#301 Toyota Gazoo Racing Toyota: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel
Giniel De Villiers, Toyota Gazoo Racing
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
Nani Roma, Overdrive Racing
#305 Overdrive Racing Toyota: Nani Roma, Alex Haro
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz

Après une belle entrée matière lors des deux premières spéciales, le clan Toyota comptait pas moins de trois pilotes dans le top 5. Vainqueur de la première journée, et premier leader de l'épreuve, Nasser Al-Attiyah occupait en effet le deuxième rang à 28 petites secondes de la Peugeot de Sébastien Loeb mercredi matin. Quant à ses équipiers Giniel de Villiers et Nani Roma, ils se positionnaient à des encourageants quatrième et cinquième rangs.

Mais la troisième étape entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy, en Argentine, a tourné au cauchemar pour le constructeur japonais. En premier lieu pour Al-Attiyah, qui pointait virtuellement en tête de la spéciale et en voie de récupérer la première place du général lorsqu'il a heurté un rocher sur la fin du parcours, endommageant très sérieusement son Toyota Hilux. 

"Game over" pour Al-Attiyah

Après avoir perdu plus de deux heures dans sa mésaventure, le pilote qatari, qui a rejoint Toyota cette année, ne pouvait que reconnaître que ses chances de succès étaient désormais réduites à néant.

"Game over", soufflait Al-Attiyah mercredi soir. "Ce n'était pas de chance. Nous avons frappé un gros rocher et nous avons complètement arraché la roue."

"C'était une erreur, mais une erreur est une erreur. Ce n'est pas de chance, mais c'est la course : c'est le Dakar, vous savez. Nous faisions vraiment du bon travail, nous étions devant, mais voilà. Il va falloir patienter une longue année encore [pour gagner l'épreuve]."

Giniel de Villiers vise encore le podium

De son côté, Giniel de Villiers, chef de file de l'équipe Toyota l'an passé, a perdu plus d'une demi-heure en raison d'un problème d'alimentation en essence sur sa voiture. Le Sud-Africain se montrait lui aussi fataliste à l'issue de cette journée.

"C'est comme ça que ça se passe sur le Dakar", commente-t-il. "Cette course peut être cruelle, un jour tout peut se passer parfaitement, et le lendemain tout peut se retourner. Et c'est ce qui s'est passé aujourd'hui pour nous, mais nous n'abandonnons pas, nous allons continuer à pousser, il reste une dizaine de jours, beaucoup de choses peuvent arriver."

La frustration est d'autant plus grande pour l'équipe Toyota que les Hilux se sont montrés plus performants que prévu, malgré l'altitude à laquelle évoluaient les concurrents lors de cette étape.

"Je pense que la voiture marchait très bien", continue de Villiers. "Vous pouvez voir aussi que Nasser était sur un très bon rythme aujourd'hui avant son accident, malheureusement. Cela montre que la voiture fonctionne vraiment très bien à altitude élevée. Nous avons mis beaucoup d'efforts pour arriver à cela, et ça a l'air plutôt bien."

"Notre problème [de pompe à essence] est vraiment dommage, sans cela nous étions encore dans la bagarre. Trente-cinq minutes du leader, la course est encore longue, mais on n'a pas envie de perdre autant de temps face à une adversité pareille."

"Dans tous les Dakar que j'ai disputé, 35 minutes, cela peut mettre sur le podium. Si ce n'est pas la deuxième place, c'est la troisième, mais c'est souvent la seconde position. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire d'autres erreurs, mais nous avons encore une chance de grimper sur le podium."

Nani Roma sauve les meubles

Autre pilote Toyota affecté lors de cette journée du mercredi, Nani Roma a toutefois sauvé les meubles, l'Espagnol ayant perdu quelques minutes en raison d'un problème électrique sur son Toyota Hilux, mais pointe encore au cinquième rang à 13 minutes du leader Loeb.

"Je crois que j'ai été sauvé par le gong !", se consolait le Catalan. "Cela fait partie de la compétition. Parfois il faut souffrir, nous essaierons d'être meilleurs demain. À la base, il s'agit d'un problème électrique. Nous avons essayé de le réparer, de changer plein de choses. Mais cela n'a pas bougé. Nous avons à nouveau stoppé et changer des choses, et finalement cela a commencé à mieux fonctionner."

Propos recueillis par Sergio Lillo 

Prochain article Dakar
Nasser Al-Attiyah jette l'éponge

Previous article

Nasser Al-Attiyah jette l'éponge

Next article

Étape 3, autos - Bérézina chez Toyota, trois Peugeot en tête

Étape 3, autos - Bérézina chez Toyota, trois Peugeot en tête

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar 2017
Pilotes Giniel de Villiers , Nani Roma , Nasser Al-Attiyah
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Réactions