Roma : "C'est l'année la plus incertaine" sur le Dakar

Nani Roma affiche une grosse méfiance avant un Dakar 2022 qu'il estime être le plus incertain qui soit dans la catégorie autos.

Roma : "C'est l'année la plus incertaine" sur le Dakar

Après une première participation compliquée l'an passé, l'équipe BRX revient sur le Dakar avec des ambitions plus grandes, forte d'un travail assidu consenti tout au long des derniers mois. Néanmoins, avec l'introduction de la nouvelle réglementation T1+ ainsi que l'arrivée d'Audi avec son véhicule hybride, les cartes ont été rebattues en ce qui concerne la victoire finale.

Pour Nani Roma, il ne fait aucun doute que l'édition 2022 est l'une des plus incertaines depuis très longtemps. L'Espagnol, vainqueur du rallye-raid à moto (2004) et en auto (2014), a été essentiellement impliqué dans le développement du nouveau Hunter T1+, désormais plus imposant et doté de roues plus larges qui devraient limiter les soucis de crevaisons à répétition rencontrés l'an passé.

Équipe gérée par Prodrive, BRX aborde le Dakar qui débutera le week-end prochain en Arabie saoudite avec une étiquette de candidat à la victoire, puisque deux autres Hunter seront confiés à Sébastien Loeb et Orlando Terranova. Un statut dont jouissent inévitablement aussi Toyota et Audi. Sauf que tout ce petit monde ne s'est encore jamais affronté en compétition avec les machines qui seront en lice dans quelques jours.

"Il est clair que Nasser [Al-Attiyah] est celui qui a le plus couru cette année et qui a donc un niveau de compétition plus élevé que les autres", explique Nani Roma à Motorsport.com. "Nous sommes ceux qui avons le moins couru, nous n'avons fait que la Baja Aragón. Donc Nasser, a priori, sera compétitif comme il l'est toujours, car il est en meilleure forme. Mais sur le plan technique, c'est l'année la plus incertaine et nous devrons avancer au jour le jour."

Nani Roma va participer à son 26e Dakar.

Nani Roma va participer à son 26e Dakar.

La nouvelle catégorie T1+ devrait logiquement se tailler la part du lion au classement général et la présence d'outsiders équipés de machines répondant à l'ancienne réglementation T1 n'inquiète pas vraiment le pilote espagnol, à moins d'une hécatombe aux avant-postes.

"Je pense que si les T1 se retrouvent dans la bataille, ce sera parce que les T1+ auront des problèmes techniques", avance-t-il. "Il est vrai que les buggys MINI étaient très compétitifs en 2021 et que, même si la bride a été réduite, ils peuvent continuer à l'être, car l'an dernier Carlos [Sainz] et Stéphane [Peterhansel] n'ont pas eu beaucoup de problèmes. Mais les 4x4 ne pourront être là que si nous avons des problèmes. Au niveau de la compétitivité, je ne pense franchement pas qu'ils aient une chance."

Le parcours mis en place par les organisateurs en Arabie saoudite devrait lui aussi tenir un rôle majeur, d'autant que les hostilités seront très vite déclenchées avec un menu gargantuesque d'emblée. Même si le directeur de l'épreuve, David Castera, s'est défendu de tout piège tendu, le fait que l'étape Marathon intervienne dès la deuxième étape constitue un gros obstacle à franchir.

"C'est sans doute ce qui m'inquiète le plus", concède Nani Roma. "Dès le deuxième jour, au premier bivouac, on part pour le marathon. C'est inquiétant car [à ce stade] tout le monde se positionne encore dans la course. Pour moi, il est très important d'atteindre le troisième jour sans avoir de problèmes, ensuite nous pourrons partir plus détendus. Le marathon se déroule généralement après la journée de repos, mais ce sera la même chose pour tout le monde."

Propos recueillis par Sergio Lillo

Lire aussi :

partages
commentaires
Enfin négatif, Giniel de Villiers tente de rejoindre Djeddah
Article précédent

Enfin négatif, Giniel de Villiers tente de rejoindre Djeddah

Article suivant

Dakar 2022 - Le guide pour suivre la 44e édition

Dakar 2022 - Le guide pour suivre la 44e édition
Charger les commentaires