L'offensive de Loeb contrariée par un problème moteur

Sébastien Loeb regrette les soucis de moteur qui ont touché son BRX Hunter en fin de septième étape, limitant le temps repris à Nasser Al-Attiyah.

L'offensive de Loeb contrariée par un problème moteur

Vainqueur d'étape pour la deuxième fois sur le Dakar 2022, Sébastien Loeb ne cachait toutefois pas une forme de frustration ce dimanche à l'arrivée de la septième spéciale. Si le Français et son copilote Fabian Lurquin ont connu une journée parfaite, leur effort n'a pas été totalement récompensé en raison d'un pépin technique survenu en fin de parcours.

Après avoir vu l'écart sur Nasser Al-Attiyah culminer à 6'38, l'équipage du BRX de Prodrive a vu son élan être brisé par un souci moteur qui doit encore être identifié. Des petits caprices qui ont fait perdre du temps, avec une avance finale de 5'26 qui, si l'on lit entre les lignes, aurait pu être plus importante.

"On a essayé de bien rouler dans celle-là et on a fait une super spéciale, jusqu'à 50 km de la fin où on a eu des problèmes moteur", regrette Sébastien Loeb. "On a fini parfois arrêtés… elle repart, elle s'arrête. Je ne sais pas ce qu'on a, un problème de pression d'essence mais quoi ? Difficile à dire. Donc un peu frustrant parce qu'on était à bloc depuis le début et on perd gros sur la fin. Au final on fait quand même le meilleur temps donc on ne va pas s'en plaindre, c'est plutôt bien, mais c'est clair qu'on perd du temps à la fin."

Avec cette performance du jour, les deux hommes ont récupéré leur deuxième place au classement général tout en réduisant la marge toujours confortable du leader à 44'59. Un scénario qui, en ce début de deuxième semaine, ne laisse aucune place aux calculs. "Il n'y a pas de question à se poser, on n'est pas en position de force, donc on fait notre course, on essaie d'attaquer, on essaie de faire de belles spéciales, et puis le reste, on verra à la fin", résume Sébastien Loeb.

Avec comme probable difficulté supplémentaire le fait de devoir ouvrir la route lundi, sur une étape annoncée difficile et avec 395 km chronométrés. "De toute façon, comme je dis, on s'en fout, on n'a pas de stratégie", tranche toutefois le nonuple Champion du monde WRC. "Aujourd'hui on n'est pas dans une position où on peut gérer quoi que ce soit. Donc qu'on ouvre ou qu'on parte derrière, ça ne change rien, il faut faire notre boulot et puis on prend du temps, on en perd, on verra bien. Il n'y a pas de stratégie possible."

Toujours confortable leader et ayant parvenu à contenir sa perte de temps ce dimanche, Nasser Al-Attiyah reste quant à lui concentré, toujours dans la quête du bon équilibre entre prudence et prise de risques.

"La deuxième semaine du Dakar est une autre course", rappelle le Qatari. "Ce matin, on n’a pas trop cherché à attaquer, on l’a fait un peu plus sur la fin. Je n’ai pas de stratégie, mais si on peut gagner des spéciales on ne s’en privera pas, mais on va surtout s’attacher à donner le meilleur chaque jour en espérant que cela donner un bon résultat à la fin du Dakar."

Lire aussi :

partages
commentaires
Autos, Étape 7 - Vainqueur, Loeb relance la chasse !
Article précédent

Autos, Étape 7 - Vainqueur, Loeb relance la chasse !

Article suivant

Daniel Sanders souffre de fractures après sa chute

Daniel Sanders souffre de fractures après sa chute
Charger les commentaires