Pénalité de Sainz : une sanction qui ne satisfait personne

partages
commentaires
Pénalité de Sainz : une sanction qui ne satisfait personne
Par : Willy Zinck
16 janv. 2018 à 09:37

Le leader du classement général auto dit être victime d'une injustice suite à la pénalité de dix minutes qui lui a été infligée, alors que Kees Koolen estime que la sanction aurait au contraire dû être exemplaire.

#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
#303 Peugeot Sport Peugeot 3008 DKR: Carlos Sainz, Lucas Cruz
Kees Koolen montre les blessures causées par Carlos Sainz
#267 Barren Racer: Kees Koolen
Kees Koolen montre les blessures causées par Carlos Sainz
#267 Barren Racer: Kees Koolen

Même si l'affaire a été tranchée hier soir, elle n'a pas encore fini de faire quelques remous. Leader du Dakar depuis samedi, Carlos Sainz a été la cible des accusations du pilote de quad Kees Koolen, qui prétend avoir été percuté par l'Espagnol sur le premier tronçon de l'étape marathon, samedi justement, reliant La Paz à Uyuni.

Le Néerlandais assure en effet que le pilote Peugeot n'a pas daigné s'arrêter pour lui porter secours, comme l'y oblige le règlement sportif. Conséquence : la direction de course a infligé lundi soir une pénalité de dix minutes au vainqueur de l'édition 2010.

Une sanction qui n'est pas du goût des deux parties dans ce dossier, Sainz assurant ne pas être entré en contact avec le Batave. "C'est très injuste car je n'ai vraiment pas eu le moindre accident", assène le double Champion du monde des Rallyes. "Dieu merci, je ne suis pas entré en contact avec lui […]. Je suis très déçu et dégoûté mais je ne vais pas laisser cela m'influencer. Je vais continuer mon chemin, mais c'est vraiment une décision injuste."

Une version des faits infirmée par Koolen, qui certifie avoir été percuté par le 3008DKR et s'estime heureux d'être encore en vie suite à cet accident. "J'ai entendu le système Sentinel [un émetteur-récepteur qui indique, dans le cas des motos sur la fourche, la proximité d'un autre concurrent], j'ai regardé autour de moi et au même moment je me suis retrouvé dans les airs. Je pense que je roulais peut-être à 20 km/h, alors que la Peugeot était à fond, quelque chose comme 120, 150 ou 180…"

Un précédent pour Sainz

En 2015, Carlos Sainz avait connu une mésaventure similaire, en percutant le motard français Laurent Dumoulin, victime alors d'une jambe cassée et d'un traumatisme facial. À l'époque, l'Espagnol n'avait en aucun cas nié les faits et avait même rallié l'arrivée de la douloureuse étape en pleurs.

Mais cette fois-ci, l'accusé semble sûr de son fait, et dénonce une injustice. "Pourquoi dix minutes ? Pourquoi pas une heure ?" s'interroge-t-il ainsi. "Je n'ai touché personne, la voiture n'a aucune marque liée au contact avec son quad. Il a fini l'étape en 12e position… si je l'avais percuté avec ma Peugeot de deux tonnes…"

Là encore, les récits divergent, puisque Koolen certifie qu'une partie de son quad arbore les stigmates de sa rencontre avec le bolide de Sainz. "Il a percuté le quad. Vous pouvez constater qu'il y a beaucoup de dommages dessus", explique-t-il, estimant que la pénalité de dix minutes de l'Ibère est dérisoire au vu de la situation. "Je pense que la pénalité devrait être très élevée, non pas à cause de Carlos, mais à cause de la situation. Cela devrait être un exemple. Il dit qu'il ne m'a pas touché. J'ai une formation d'ingénieur-mécanicien. Je vais demander aux ingénieurs de calculer l'impact sur la partie qui a été touchée et déformée. Pour cela il faut peut-être 1500 ou 2000 kg."

Des pièces endommagées qui serviront sans doute de pièces à conviction dans un proche avenir, puisque l'affaire n'est pas encore close, Peugeot ayant fait appel hier soir dans la foulée de sa sanction de la décision de la direction de course.

Pour l'heure, la pénalité de Sainz reste effective, et réduit l'avance de ce dernier à un peu moins de 57 minutes sur Nasser Al-Attiyah, au volant de son Toyota Hilux. Kees Koolen occupe pour sa part la huitième position au général chez les quads, à près de quatre heures du leader, le Chilien Ignacio Casale.

Propos reccueillis par Sergio Lillio

Prochain article Dakar
Étape 10, le point - Benavides à l'offensive

Previous article

Étape 10, le point - Benavides à l'offensive

Next article

Sainz pénalisé, Peugeot va faire appel

Sainz pénalisé, Peugeot va faire appel

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Carlos Sainz , Kees Koolen
Équipes Peugeot Sport
Auteur Willy Zinck
Type d'article Réactions