Le programme Peugeot ? La "meilleure expérience" de Peterhansel

Bien qu'il n'ait pas réussi à décrocher une nouvelle victoire sur le Dakar, le Français admet avoir passé quatre années inoubliables avec la marque au lion.

Une victoire lors des deux dernières éditions, un départ annoncé de Peugeot à l'issue de l'épreuve, les sources de motivation pour viser un 14e succès sur le Dakar ne manquaient pas début janvier pour Stéphane Peterhansel.

"Monsieur Dakar" a d'ailleurs tenu la course lors de la première semaine, après avoir laissé s'échapper dans les dunes péruviennes son coéquipier Cyril Despres, et profité ensuite des mésaventures de celui-ci pour prendre la tête du rallye-raid.

Mais tout a basculé pour le Français à mi-parcours, sur la septième étape précisément, et première portion de l'étape marathon concoctée par les organisateurs aux autos. Car en évitant le pilote de quad Kris Koolen, le même qui a dénoncé, à tort, le vainqueur final de l'épreuve Carlos Sainz de l'avoir percuté, Peterhansel n'a pu esquiver une pierre cachée dans la végétation, et qui a ruiné sa course.

Résultat : près de deux heures de perdues, et un retour en piste qu'il ne doit qu'à la formidable aide de l'autre "ex-motard" de la marque au lion, Cyril Despres, dont le natif de Haute-Saône a, de ses propres dires, "cannibalisé" le 3008 DKR.

Alors, même s'il a pu rejoindre l'arrivée à Córdoba, en Argentine, c'est une pointe de déception qui est perceptible chez celui qui nous a accoutumés à l'excellence jusqu'ici. "C'est quand même mitigé nous concernant parce que j'ai fait trop d'erreurs, et cela nous a écartés de la victoire finale", regrette le Français dans une interview accordée à Motorsport.com. "C'est donc une grosse frustration et quand même une contrariété de ne pas avoir été bon, surtout sur une édition où c'était compliqué et dur, alors que d'habitude on s'en tire plutôt bien dans ce genre de conditions."

Peterhansel a dès lors cru pouvoir sauver les apparences grâce à une place sur le podium, mettant même un temps la pression sur Nasser Al-Attiyah, deuxième. Mais une dernière erreur l'a finalement écarté d'une place dans le top 3.

Un parcours difficile, pour marquer le coup

Mais loin de rejeter la faute sur autrui, le pilote Peugeot, endosse la pleine responsabilité de sa performance et reconnaît même qu'A.S.O. a mis l'accent sur la difficulté pour cette 40e édition.

"Je pense que c'était bien, c'était une belle course", reconnaît-il ainsi. "Déjà, on a commencé par le Pérou : cinq jours d'affilée de dunes, de navigation, d'enlisement, donc des étapes pas faciles par le terrain. Et après, d'autres étapes encore compliquées en Bolivie, rendues difficiles par l'altitude et la pluie. Même les étapes en Argentine, c'étaient les plus compliquées. Et là on en a fait très peu [des étapes], mais c'étaient les plus dures d'Argentine, et du coup tout a été compliqué du début à la fin."

Ainsi, ce n'est pas sa quatrième place finale qui va gâcher le bilan d'ensemble de Peterhansel avec le constructeur de Sochaux. Celui-ci, qui avait expliqué avant le départ de l'épreuve, fin 2017, que Peugeot était le team "le plus évolué" qu'il avait eu l'occasion de côtoyer durant sa carrière, assure également que ses quatre participations au Dakar avec la marque française resteront comme les meilleures de sa vie.

"On est vraiment partis de zéro, on a conçu une voiture qui a gagné trois fois, dans une équipe avec une bonne ambiance mais aussi des équipes à forte notoriété et palmarès, et il n'y a jamais eu un accroc entre nous", relate-t-il. "Donc ces quatre années ont été la meilleure expérience en sports mécaniques dans ma vie. Il y a eu un pincement au cœur au moment où on a fini ce Dakar 2018, et que Bruno Famin [directeur de Peugeot Sport] remercie tout le monde pour ces quatre années fabuleuses passées ensemble, et que c'est la fin, c'est la dernière course. On le savait, mais cela reste émouvant."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Stéphane Peterhansel
Équipes Peugeot Sport
Type d'article Interview