Le "pique-nique" rusé de Daniel Sanders

Dominateur pendant la majeure partie de la troisième étape du Dakar, Daniel Sanders a opté pour une pause casse-croûte très calculée en fin de journée.

Le "pique-nique" rusé de Daniel Sanders

Il avait le rythme pour s'offrir une deuxième victoire d'étape sur ce Dakar (le troisième scratch en y ajoutant le Prologue), mais Daniel Sanders n'en a pas voulu. Le chrono est sans appel, car l'Australien est bel et bien passé en tête à tous les points de contrôle de la troisième étape ce mardi. Confirmant son statut d'homme fort tout au long des 255 km de spéciale, on s'attendait à le voir triompher après avoir perdu du temps la veille dans sa position d'ouvreur. Raté ! À l'arrivée, le pilote KTM a concédé 2'55 au vainqueur du jour, Joaquim Rodrigues. Une erreur ? Un pépin technique ? Plutôt une stratégie assumée.

"C’était très rapide ce matin avec de belles dunes, j’ai repris pas mal de temps dans les 60 premiers kilomètres, et je suis revenu à une minute sur les gars devant", raconte l'ex-leader du classement général. "J’ai continué mon effort car l’étape était assez courte avec environ 260 km. Sur la fin, j’ai continué à attaquer, je n’ai commis aucune erreur de navigation."

Jusqu'au moment où il a estimé être suffisamment à l'abri, en mesure de contrôler les éléments pour parvenir à rester bien placé sans pour autant avoir à mener la danse mercredi, sur l'une des plus longues étapes du rallye entre Al Qaisumah et Ryad.

"Je me suis arrêté pour un pique-nique car je savais que j’avais roulé à un bon rythme toute la journée et que je devais être en tête de la spéciale", révèle Daniel Sanders. "Je me suis arrêté trois minutes, j’ai regardé ma montre et je suis arrivé parfaitement placé, je pense en quatrième position, ce qui est idéal pour ne pas ouvrir demain."

"On a parlé avec Jordi Viladoms [directeur sportif de KTM en rallye-raid] hier soir, l’étape de demain est longue et ce sera plus intéressant de partir derrière pour rattraper les pilotes devant. Aujourd’hui, c’était bien de ne pas perdre de temps dans la bataille. Je reste sur le podium, c’est le jour 3. Cela aurait été cool de remporter une nouvelle victoire d’étape mais on est là pour douze jours, pas pour accumuler les victoires d’étape. On doit être malins"

Daniel Sanders n'est pas le seul à avoir privilégié cette approche ce mardi, mais il est probablement celui qui s'en est le mieux sorti. Leader du général depuis la veille, Sam Sunderland a conservé les rênes pour quatre petites secondes devant Adrien van Beveren. L'Anglais avait prévu de ne pas trop en faire aujourd'hui, mais il s'est aussi perdu, lâchant plus de sept minutes.

"C’était une étape plutôt rapide, mais comme il a plu il fallait faire très attention", explique le vainqueur de l'édition 2017. "Joan [Barreda] a fait un bon boulot d’ouverture mais c’était assez compliqué en navigation, on s’est un peu perdus tous les deux. C’était un peu frustrant mais au final on s’est tous regroupés et on arrive ensemble. Je ne voulais quand même pas trop attaquer aujourd’hui, car je sais que demain nous allons avoir une étape longue et très difficile, donc il vaudra mieux partir d’un peu loin."

Lire aussi :

partages
commentaires
Autos, Étape 3 - Sainz se rebelle, Loeb perd une demi-heure !
Article précédent

Autos, Étape 3 - Sainz se rebelle, Loeb perd une demi-heure !

Article suivant

Loeb : "On s'est fait toute la spéciale en traction"

Loeb : "On s'est fait toute la spéciale en traction"
Charger les commentaires