Rémy Vauthier après son abandon : "On a les jambes coupées"

partages
commentaires
Rémy Vauthier après son abandon : "On a les jambes coupées"
Par :
, Motorsport.com Switzerland
8 janv. 2020 à 17:31

Contraint à l’abandon dès la deuxième étape du rallye Dakar en raison d’un défaut de fabrication sur le réservoir de son buggy Optimus, Rémy Vauthier a confié sa déception à Motorsport.com à l’heure de reprendre le chemin de Genève.

19e du classement général à l’issue du Dakar 2019 en Amérique du Sud, Rémy Vauthier était bien décidé à faire mieux encore lors de cette édition 2020 du plus mythique des rallyes-raids.

Après une bonne première journée, le Genevois et son navigateur Gérard Dubuy pointaient au 30e rang du général au volant de leur buggy Optimus développé par MD Rallye Sport. Mais, avant même de prendre le départ de la deuxième étape, les deux hommes allaient se voir contraints à l’abandon en raison… d’une pièce défectueuse.

Lire aussi:

En effet, un défaut au niveau de la poche du réservoir souple de leur véhicule leur avait déjà fait perdre de l’essence la veille. Un problème confirmé la nuit au bivouac : impossible de poursuivre dans ces conditions.

"C’est une pièce qui ne peut être remplacée, d’ailleurs nous n’en avions pas de rechange », a expliqué Rémy Vauthier à Motorsport.com Suisse. "J’avais remarqué une consommation excessive lors de la première journée, et les mécaniciens ont constaté la fuite en effectuant le plein sur le bivouac dans la nuit de dimanche à lundi. Il était inconcevable de continuer notre route."

Remy Vauthier, Gerard Dubuy, Optimus, MD Rallye Sport

Remy Vauthier, Gerard Dubuy, Optimus, MD Rallye Sport

"Il y avait ce défaut à la base, qui s’est amplifié dès que nous avons commencé à attaquer un peu. Je me suis dit que je consommais bien plus qu’il y a un an au Pérou. On comprend pourquoi après coup."

Alors que l’Optimus n’avait jamais trahi Vauthier en Amérique du Sud, l’aventure s’est arrêtée prématurément cette fois. Une énorme déception pour le pilote suisse, son navigateur et son équipe.

"On a les jambes coupées", concédait Vauthier à son retour à Djeddah, avant de reprendre la direction de Genève. "Le rallye-raid procure les plus belles joies, mais les déceptions peuvent être également très élevées."

"Mais on essaie de relativiser. Notre voiture n’a pas brûlé comme celle de Romain Dumas [lors de la première journée], nous ne sommes pas blessés. Et puis nous n’avons pas fait de faute de pilotage, nous n’avons pas mis une roue hors de la trajectoire, et l’équipe n’a pas fait d’erreur car il s’agit vraiment d’un défaut de fabrication de cet élément. Il y a donc de la déception, mais il n’y a pas de colère."

"C’est dommage, car nous avions une carte à jouer cette année avec les nouvelles règles qui ont resserré les écarts entre les professionnels et les amateurs. Mais c’est comme ça. Ce sont de longs mois de préparation qui s’envolent après une journée. Nous remercions l’équipe et nos partenaires, Bertolit, et Macullo Toiture, que nous aurions aimé mieux remercier pour leur soutien."

 
Article suivant
Pénalisé, Sunderland perd sa victoire d'étape

Article précédent

Pénalisé, Sunderland perd sa victoire d'étape

Article suivant

Motos, étape 5 - Price dans un grand jour, Sunderland à terre

Motos, étape 5 - Price dans un grand jour, Sunderland à terre
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Rémy Vauthier
Auteur Emmanuel Rolland