Sainz et le projet Audi : "Sommes-nous un peu fous ? Peut-être"

Passionné par le nouveau projet d'Audi en rallye-raid, Carlos Sainz ne refait pas sa nature : c'est la victoire qu'il vise dès janvier prochain sur le Dakar, tout en admettant une part de folie dans cette ambition.

Sainz et le projet Audi : "Sommes-nous un peu fous ? Peut-être"

Carlos Sainz et son copilote Lucas Cruz forment l'un des trois équipages du nouveau projet d'Audi en rallye-raid. Malgré d'énormes nouveautés et une complexité technique liée au choix de la technologie hybride par le constructeur allemand, l'ambition est bel et bien de jouer la victoire dès la première participation au Dakar, en janvier 2022.

Le projet d'Audi continue d'avancer étape par étape, avec notamment des sessions d'essais qui se multiplient. Après des tests menés dans le désert marocain, Carlos Sainz a fait le point sur cette nouvelle aventure à bord du RS Q e-tron de la marque aux anneaux. À 59 ans, le double Champion du monde des Rallyes et triple vainqueur du Dakar estime faire face à l'un des plus grands défis de sa longue carrière.

"Le projet Mini avait une date d'expiration, à mon âge j'avais besoin d'un projet suffisamment séduisant pour savoir que j'allais y mettre toute l'énergie et la motivation, et cette aventure a tous les ingrédients pour ça", explique-t-il. "Nos aspirations aujourd'hui sont d'essayer de gagner le Dakar pour la première année avec cette voiture. Sommes-nous un peu fous ? Peut-être oui, mais nous sommes ambitieux et ça doit être l'objectif. Peut-être que dans trois mois ça changera et que nous devrons faire marche arrière, mais je sais que l'objectif de simplement terminer ne sera pas suffisant pour moi après toutes ces années."

Nous sommes très investis, extrêmement motivés, mais aussi un peu inquiets quant à la responsabilité de porter ce projet.

Carlos Sainz

Réputé pour avoir su développer bien des machines par le passé, Carlos Sainz est particulièrement enthousiaste à l'idée de courir le Dakar avec une Audi dotée d'un groupe propulseur électrique, qui rechargera ses batteries à l'aide d'un moteur quatre cylindres. Les choix techniques sont audacieux et complexes, et la marque aux anneaux l'a déjà constaté à l'occasion de ses premiers essais, le tout dans un timing de plus en plus serré.

"Être le premier à faire quelque chose est toujours attrayant, surtout pour un vétéran comme moi", confie Carlos Sainz. "Nous sommes très investis, extrêmement motivés, mais aussi un peu inquiets quant à la responsabilité de porter ce projet. La première sensation quand on monte dans cette voiture, c'est qu'elle roule dès qu'on accélère : pas besoin de relâcher l'embrayage, d'engager un rapport ou de changer de vitesse au bon régime comme je le faisais sur le Dakar jusqu'à présent. Là, on accélère et ça part."

"Par exemple, je n'avais jamais travaillé avec le frein moteur auparavant, et c'est super efficace sur cette voiture, spectaculaire. Le couple et la puissance sont immédiats. Passer les dunes est beaucoup plus facile, on ne pense pas aux rapports de boîte, les mains ne quittent pas le volant, on est concentré sans avoir à penser au passage de vitesse et à la capacité de grimper la dune ou non."

"C'est vraiment impressionnant sur le plan technologique et de la quantité de paramètres avec lesquels on peut jouer, avec aussi le différentiel virtuel. Quand on accélère ou freine, il y a un pourcentage de blocage de ce différentiel. C'est complexe, difficile, mais passionnant. Pour moi c'est quelque chose de nouveau et que j'apprends, il n'est jamais trop tard et j'ai pris le train en marche, c'est très nouveau. Quand je compare toutes les voitures que j'ai pilotées, vous pouvez imaginer que l'évolution est brutale."

Audi doit retourner au Maroc pour des essais au début du mois de novembre, afin d'y tester les modifications apportées après le dernier roulage de deux semaines dans le désert. Le constructeur allemand pourrait participer au Ha'Il International Rally au mois de décembre en fonction de son niveau de préparation, avant de rejoindre l'Arabie saoudite pour le Dakar.

Lire aussi :

partages
commentaires
Nasser Al-Attiyah et Giniel de Villiers restent chez Toyota
Article précédent

Nasser Al-Attiyah et Giniel de Villiers restent chez Toyota

Article suivant

Danilo Petrucci entame la préparation du Dakar

Danilo Petrucci entame la préparation du Dakar
Charger les commentaires