Un Dakar "trop dur" pour les amateurs selon Sainz

Le pilote Peugeot estime que les premières étapes péruviennes du Dakar 2018 sont "trop dures" pour les équipages amateurs, alors que la liste des abandons est déjà très longue.

Un Dakar "trop dur" pour les amateurs selon Sainz

Au départ de la cinquième étape mercredi matin, au lendemain d'une nouvelle journée difficile dans les dunes, Carlos Sainz était troisième du classement général, derrière ses équipiers Stéphane Peterhansel et Sébastien Loeb. L'étape de mardi avait probablement été un tournant majeur dans le déroulement de l'épreuve, les Toyota de Nasser Al-Attiyah et Giniel de Villiers prenant beaucoup de retard après que les Mini avaient déjà disparu des premières places les jours précédents.

Mais si les équipages d'usine ont souffert cette semaine, Sébastien Loeb et Daniel Elena en étant l'exemple le plus marquant, c'est aux amateurs, qui constituent la majeure partie du plateau, que Sainz pensait mardi soir au bivouac alors que beaucoup d'entre eux étaient encore dans la spéciale.

"La spéciale a été extrêmement difficile, la plus dure pour le moment", expliquait le double Champion du monde des Rallyes, qui n'avait pas encore parcouru celle du lendemain... "C'était un mélange très compliqué de dunes molles, très cassées, et avec des chutes. Et des secteurs avec des pierres aussi. Le début était extrêmement dur. Je pense que pour les amateurs, c'est trop, car aujourd'hui [mardi, ndlr], je ne sais pas combien de voitures finiront la spéciale."

Stéphane Peterhansel, troisième de celle-ci derrière Loeb et Sainz et qui prenait ce jour-là la tête du général, avait alors fait écho aux propos de son équipier espagnol.

"Pour nous, ça va, car nous sommes les voitures d'usine, nous avons les meilleurs copilotes et nous sommes des pilotes aguerris", avait-il réagi. "Mais pour des amateurs, avec des voitures moins performantes, ça peut vraiment être très compliqué. Ce Dakar est très compliqué pour les autres compétiteurs, plus que l'année dernière."

Despres est reparti

Au moment où s'exprimaient les deux pilotes, 43 abandons étaient déjà à déplorer, toutes catégories confondues, et seulement 49 des 73 voitures engagées étaient encore en course après les trois premières journées.

Mais les difficultés n'étaient décidément pas réservées aux amateurs puisqu'en plus des Toyota, Cyril Despres avait lui aussi rencontré un gros problème en arrachant une partie de l'arrière de la quatrième 3008 DKR Maxi et devant attendre plusieurs heures son assistance. Grâce à une grosse séance de travail de toute l'équipe Peugeot dans la nuit, le vainqueur de la deuxième étape et ancien leader a pu repartir mercredi matin, ce qui n'aurait pas été possible pour un "petit" concurrent...

Propos recueillis par Sergio Lillo

partages
commentaires
Premiers kilomètres du jour annulés pour les motos et les quads

Article précédent

Premiers kilomètres du jour annulés pour les motos et les quads

Article suivant

Étonnante escapade océanique pour Al-Rajhi

Étonnante escapade océanique pour Al-Rajhi
Charger les commentaires