Adrien Tambay - "Un nouveau départ"

partages
commentaires
Adrien Tambay -
Par : Emmanuel Rolland
12 déc. 2016 à 15:30

Non retenu dans l'équipe DTM d'Audi pour 2017 après cinq ans de collaboration avec le constructeur allemand, le pilote tricolore évoque un mélange de "déception et de soulagement", et les nouveaux horizons qui s'ouvrent à lui.

Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Casque d'Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg
Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Timo Scheider, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM; Gary Paffett, Mercedes-AMG Team ART, Mercedes-AMG C63 DTM; Adrien Tambay, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Simon Pagenaud, Team Penske Chevrolet
Départ
Le départ
Départ
Départ de la course

Adrien Tambay, qui avait débuté en DTM en 2012 chez Audi, a ainsi disputé cette année sa dernière campagne dans le championnat allemand de supertourisme.

Alors que les trois constructeurs impliqués en DTM aligneront deux voitures de moins en 2017 (six contre huit jusqu'ici), le Parisien pouvait espérer conserver son volant pour 2017 en raison du départ d'Edoardo Mortara chez Mercedes, et la mise à l'écart déjà annoncée de Timo Scheider. Mais l'arrêt du programme LMP1, et la nécessité de caser les pilotes de l'Audi R18, et notamment Loïc Duval récemment en test sur l'Audi RS 5 DTM, ont compliqué la situation du pilote français, qui ne fera plus partie de l'équipe DTM d'Ingolstadt l'an prochain, tout comme l'Espagnol Miguel Molina.

"Comme dans toute rupture, il y a une part de déception et de tristesse, mais également une part de soulagement", confie Adrien Tambay à Motorsport.com. "J'ai connu de très bons moments en DTM et chez Audi, et des moments plus difficiles aussi. Mais, dans une relation, lorsqu'il y a un manque d'amour, il vaut mieux s'arrêter, et je n'étais moi-même pas forcément heureux de ma situation au sein de l'équipe."

"C'est un nouveau départ dans ma carrière, et dans ma vie en général, je le prends plutôt de manière positive."

En cinq saisons, Adrien Tambay a décroché trois podiums, mais aussi une pole position. 2015 fut une année noire pour le pilote Audi, qui n'a marqué des points qu'à deux reprises seulement. En 2016, il passait dans le giron de l'équipe Rosberg, menant son Audi RS 5 sur la deuxième marche du podium à Budapest. Il quitte ainsi une discipline qui s'éloigne trop de ses valeurs sportives à son goût.

J'aime la compétition, et j'ai l'impression que le sport passe parfois au second plan en DTM.

Adrien Tambay.

"Le DTM est un championnat très difficile d'un point de vue politique", poursuit Tambay. "Je suis un sportif dans l'âme, j'aime la compétition, et j'ai l'impression que le sport passe parfois au second plan en DTM, et c'est la seule raison qui ne me fera pas regretter mon départ."

À 25 ans, Adrien Tambay tourne ainsi la page de ce chapitre dans sa jeune carrière, et lorgne déjà sur de nouvelles perspectives sportives.

Un œil sur les États-Unis, le Supercars, le WEC et la Formule E

"D'un point de vue personnel, j'ai besoin de retrouver le plaisir de piloter, et plusieurs disciplines peuvent m'apporter ce plaisir à mes yeux", poursuit-il. "Les États-Unis m'attirent notamment, que ce soit en IndyCar ou en IMSA. Je suis tout de même conscient que nous sommes déjà à un stade avancé de l'intersaison pour finaliser un programme, mais si une opportunité se présente, je suis prêt à la saisir, car j'aime l'esprit de la course en Amérique du Nord."

"De la même façon, je suis également attiré par l'Australie, et son championnat Supercars, une discipline qui fait la part belle au sport, sans doute autrement qu'en Europe."

"Le WEC est également une belle option en LMP2 car j'aime beaucoup l'esprit d'équipe en sport automobile, et c'est quelque chose que je suis prêt à envisager. La Formule E enfin, qui est une discipline en plein développement, avec des monoplaces certes pas aussi compétitives que certains championnats monoplaces, mais qui est quelque chose forcément appelé à prendre de l'ampleur d'un point de vue global".

Une phase de reconstruction

Adrien Tambay est ainsi prêt à prendre le temps nécessaire pour rebondir au mieux. "Je suis dans une phase de reconstruction", conclut Adrien Tambay. "Je suis libre de tout engagement, et à l'écoute de toute proposition à partir de 2017."

En attendant, Adrien Tambay s'aère les idées en course sur glace dans le cadre du Trophée Andros, où il évolue durant cet hiver au volant d'une Mazda 3, et n'exclut pas de prendre du plaisir de temps à autres en rallycross ou en rallye.

Article suivant
Loïc Duval confirmé chez Audi en DTM pour 2017

Article précédent

Loïc Duval confirmé chez Audi en DTM pour 2017

Article suivant

Loïc Duval, en DTM avec "beaucoup d'ambitions"

Loïc Duval, en DTM avec "beaucoup d'ambitions"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries DTM
Pilotes Adrien Tambay
Auteur Emmanuel Rolland