Débuts malchanceux pour ART Grand Prix à Hockenheim

Pour son baptême du feu, l’équipe ART Grand Prix, qui défend les couleurs de Mercedes en DTM à partir de cette année, n’a guère été vernie. Après des qualifications gâchée par une erreur de procédure sur la voiture de Gary Paffett, la structure de Frédéric Vasseur a vu ses deux voitures éliminées sur le même accident, provoqué par la BMW de Martin Tomczyk en perdition.

Vendredi, Lucas Auer n'avait pu prendre part à la première séance d'essais libres en raison d'un problème de transmission. Samedi matin, les deux Mercedes ART Grand Prix prenaient la piste ensemble pour la première fois de la saison. Si Gary Paffett limitait la casse en signant le 15e temps, Lucas Auer avait du mal à rattraper son retard de roulage et se classait 24e et bon dernier.

Pire encore pour l'équipe de Frédéric Vasseur : les mécaniciens de la formation bourguignonne changeaient un capteur de DRS sur la voiture de Paffett en Parc Fermé, une infraction au réglement due au manque d'expérience. Gary Paffett était ainsi rétrogradé au 24e et dernier rang à son tour, alors que Auer gagnait une place supplémentaire après la pénalité de Augusto Farfus.

En course cependant, la chance semblait tourner pour ART Grand Prix, Paffett entamant une remontée d'enfer, emmenant dans son sillage le jeune Lucas Auer qui s'accrochait au wagon. Mais les deux hommes virent leur course stopper nette lorsque Martin Tomczyk (BMW) se ratait totalement au freinage de l'épingle, emmenant avec lui les deux Mercedes, qui étaient contraintes à l'abandon.

Pour Frédéric Vasseur, le directeur de ART Grand Prix, la déception était profonde après une journée déjà bien intense pour ses débuts en DTM. "Honnêtement, le programme est bien chargé", a-t-il confié à Motorsport.com. "Huit roulages en trois jours, ça saute un peu à la figure. En plus on prend Tomczyk dans la course qui nous satellise les deux voitures, le bilan est difficile. Le côté positif est que le rythme de course était bon, ce matin en qualifications, il y avait le rythme pour être devant, tout ça bout à bout c’est encourageant. De notre côté, il faut que l’on assimile le règlement, l’ambiance, le rythme de travail, l’organisation car tout cela ce sont des choses nouvelles".

Pour autant, ce double abandon ne doit pas cacher le bon niveau de performance entrevu sur les deux Mercedes C63 gérée par la structure bourguignonne, Lucas Auer ayant su prendre le rythme de son expérimenté équipier dans la première partie de l'épreuve. "C’était plutôt pas mal en course", poursuit Frédéric Vasseur. "En qualif Lucas avait fait une petite erreur dans son premier relais, pour sa confiance, ce n’était pas top mais en course il s’est bien mis dans le rythme, ça remontait plutôt pas mal, il suivait bien Gary. Gary lui était remonté de 24e à 12e en dix tours, donc ça nous laissait entrevoir une belle fin de course, mais bon voilà c'est la course".

Nous sommes plus que convaincus qu’ils sont l’équipe que nous voulions avoir.

Ulrich Fritz, chef du programme DTM de Mercedes.

De son côté, Ulrich Fritz, le directeur du programme DTM de Mercedes, regrettait le manque de réussite rencontré par ses nouveaux collaborateurs français, tout en se montrant positif pour la suite des événements. "Le DTM est une compétition incroyablement difficile et serrée", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Malheureusement, l’équipe ART Grand Prix a joué de malchance hier, avec un ennui technique, mais aussi aujourd’hui, où Gary a été contraint de partir du fond de la grille. Le rythme des deux pilote en début de course, d’après ce que j’ai vu, n’était pas si mal, mais à la fin ils été simplement pris dans un incident, c’était juste des débuts malchanceux dans la série je dirais".

"Mais d’un point de vue général, nous sommes plus que convaincus qu’ils sont l’équipe que nous voulions avoir", soutient Ulrich Fritz. "Ils ont tellement d’expérience et tellement de succès à leur actif dans différentes séries, je suis sûr qu’ils réussiront aussi en DTM. Nous devons leur donner un petit peu de temps".

Frédéric Vasseur, Gary Paffett, Lucas Auer et l'ensemble de l'écurie ART Grand Prix entend bien prendre sa revanche lors de la seconde course du week-end à Hockenheim.  

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Événement Hockenheim
Circuit Hockenheim
Pilotes Gary Paffett , Lucas Auer
Type d'article Interview