DTM : Ce qui change en 2012

La réglementation DTM 2012 fait parler d'elle depuis près de trois ans, et se veut résolument tournée vers la réduction des coûts et vers une sécurité accrue pour les pilotes

La réglementation DTM 2012 fait parler d'elle depuis près de trois ans, et se veut résolument tournée vers la réduction des coûts et vers une sécurité accrue pour les pilotes. Projet de longue date, les choses s'étaient mises à bouger au courant de l'été 2009. Il avait alors été décidé conjointement avec Audi et Mercedes-Benz que le développement des voitures serait gelé et que les équipes ne disposeront plus que de trois journées officielles d'essais au cours d'une saison.

Tout s'est ensuite accéléré lorsqu'il a été question de rapprochement avec le Super GT, championnat japonais de voiture de tourisme, et le Grand AM, l'équivalent américain du DTM. Le pari fou de l'ITR (Internationale Tourenwagen Rennen, détentrice du championnat DTM) et de la DMSB (comprenez la Fédération Allemande de Sport Automobile) était de créer une réglementation unique pour tous afin de permettre aux différents constructeurs de pouvoir s'engager dans plusieurs compétitions à moindre coût. Aujourd'hui encore il ne s'agit que d'un rêve mais qui sait ce que l'avenir nous réserve...

Quoi qu'il en soit, une réelle réglementation 2012 a été mise en place en fin d'année dernière. Et elle a su attirer dans ses filets un premier constructeur, non des moindres, BMW. Alors quelles sont les nouveautés apportées par cette réglementation ? Que va-t-elle changer pour nous, spectateurs, mais également pour les pilotes et les écuries ? Voici quelques éléments de réponse :

Le retour des coupés


C'est la première chose qui saute aux yeux, les voitures engagés en DTM perdent deux de leur portes. Les coupés avaient déjà été utilisés par le passé mais depuis 2004 il était devenu obligatoire d'utiliser des berlines à cinq portes. Conséquence directe de cette décision, Audi se voit forcé de remplacer son A4 par une A5. Mercedes exploitera toujours une Classe-C, mais coupé cette fois. Et BMW, dont c'est le grand retour, arrive avec six M3 coupés.

Une aérodynamique épurée


Visuellement, c'est le second point qui choque le plus. Les caisses sont désormais plus longues, plus larges, et réellement épurées. Fini les petits ailerons au niveau des roues arrières sur l'Audi A4, le DTM nouveau se veut concurrentiel avec des voitures "très peu" modifiées. L'aileron arrière perd en inclinaison, réduisant ainsi fortement l'appui arrière sur les voitures, mais favorisant les dépassements.

Des roues plus lourdes


10%, c'est l'augmentation du poids d'une roue de DTM entre 2011 et 2012. Des pneus plus larges et plus grands seront utilisés afin de compenser les pertes en tenue de route que causent les aérodynamiques épurées. Un vrai challenge pour les équipes et leur mécaniciens, qui devraient toujours prendre un peu moins de trois secondes pour changer les quatres roues durant une course.

Passage à la boîte séquentielle


Autre nouveauté, l'introduction des boîtes de vitesse séquentielles. Fini le semi-automatique avec une grande poignée à côté du pilote, c'est désormais via des palettes au volant que les acteurs de cette saison pourront changer de rapport, comme c'est le cas en Formule 1 par exemple.

On ne lésine pas avec la sécurité


Enfin, la DMSB et la société DEKRA ont mis au point une nouvelle série de crash test pour le DTM. Les voitures sont désormais équipées d'une nouvelle cellule de survie, plus légère et robuste que par le passé. C'est sur les chocs latéraux que de gros progrès ont été fait. En plus de cette coque quasi-indestructible, les voitures seront équipées d'éléments de renfort à l'avant, à l'arrière et sur les côtés. Il se murmure même que les voitures de DTM sont devenues les voitures de tourisme les plus sûres au monde...

Bien évidement, d'innombrables autres nouveautés ont été instaurées mais s'il ne fallait en retenir que quelques unes, retenez celles-ci. Le règlement sportif reste quant à lui inchangé, bien qu'avec 21 voitures sur les grilles au lieu de 18 il faudra revoir le système d'élimination en qualifications. Pour rappel, ces dernières se déroulent en quatre phases, de Q1 à Q4. Seuls les quatre pilotes les plus rapides de la Q3 accèdent à la dernière séance, aussi appelée Super-pole. Lors de cette ultime Q4, les pilotes n'ont qu'un seul tour pour faire parler leur talent et décrocher la pole.

Du côté de la course, rien ne devrait changer non plus : il y aura toujours deux changements de pneumatiques obligatoires dans une fenêtre prédéfinie et seuls les huit premiers remporteront des points selon le barème suivant : 10-8-6-5-4-3-2-1. Abandonné en 2009, le lest ne devrait pas faire son retour. Et cette fois, il ne sera plus question de handicap de poids puisque chaque constructeur n'engagera qu'une seule spécification de voitures (jusqu'en 2011, deux types de voitures s'affrontaient : les spec-2008 dont le poids était de 1025kg et les spec-2009 dont le poids était de 1050kg).

Via DTMLive

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Type d'article Actualités