DTM - Chronique Prémat : Première Q4 de l'année !

Généralement malchanceux en qualifications, Alexandre Prémat a tiré le meilleur des conditions météorologiques difficiles à Hockenheim lors des qualifications de samedi après-midi

Généralement malchanceux en qualifications, Alexandre Prémat a tiré le meilleur des conditions météorologiques difficiles à Hockenheim lors des qualifications de samedi après-midi.

En haut de classement lors de chaque séance, le Français a atteint la Q4 pour la première fois de la saison. Il aurait d'ailleurs pu viser la pole sans une légère erreur dans le premier virage lors de son ultime tour lancé.

Finalement, l'ancien pilote de GP2 et d'A1GP s'élancera depuis la quatrième position. Un résultat qui ravi le pilote français, qui s'est entretenu à chaud dans les paddocks quelques minutes à peine après la super-pole, en exclusivité pour ToileF1.com.

Alexandre, parlez-nous de ce tracé modifié d'Hockenheim. Sentez-vous une différence, vous qui étiez plutôt sceptique il y a quelques jours ?

C'est un nouveau circuit qui est très sympa. On emprunte plus l'épingle, ce qui nous change un peu. Honnêtement, ça fait des années que je roule sur ce circuit et c'était toujours le même virage. c'était un peu frustrant de revenir tout le temps sur les mêmes circuits. Disons que ça rajoute un peu de piment et de challenge pour tous les pilotes. On arrive à environ 245km/h, en sixième, avant de rétrograder en deuxième et de passer ce double droite très serré.

Pour le DTM, le tracé est vraiment bien, surtout qu'il n'y avait jamais de spectateurs au niveau de l'épingle et que là on est plus près du public. Je pense qu'il y a plusieurs pilotes qui apprécient ce changement. Sur les trois ou quatre premiers tours, ça surprend parce que le virage est serré mais à force de tourner ça vient et ça devient facile. Sur l'épingle, on pouvait rapidement perdre une seconde pleine alors que maintenant, dans le pire des cas c'est cinq dixièmes qui s'envolent. Ça change et j'apprécie.

Vous aviez un programme bien chargé ces dernières semaines. Qu'avez-vous fait durant cette coupure ?

Après Oschersleben, je suis parti faire deux jours de test avec Audi. Je suis parti en avion pour aller en France, sur le circuit Bugatti, où j'ai effectué des test avec la F1 électrique. Je me suis rendu à une course de karting, étant donné que je m'occupe d'un jeune pilote. J'ai enchainé avec le 16km Paris-Versailles puis j'ai regardé le Grand Prix de Singapour vite fait avant de reprendre l'avion pour Berlin. Deux autres jours de test avec Audi puis je suis allé à Clermont-Ferrand et au salon de l'automobile de Paris. Après ça, j'ai eu une semaine un peu plus cool !

Quelles ont été vos impressions après votre test en Formule 1 électrique ?

C'est une toute nouvelle voiture et ça s'est vraiment bien passé. C'est un concept de voiture 100% électrique qui développe 350ch et qui fait 800V. C'est très particulier à piloter étant donné qu'il n'y a que deux vitesses. En fait, la première remplace les petits rapports et la seconde fait office de 4ème-5ème-6ème. Il n'y a plus besoin de palier donc c'est bizarre comme sensation. Au fur et à mesure des tests on a corrigé pas mal de problèmes mais il reste beaucoup de travail.

En ce qui concerne l'autonomie, on arrive à 20min. C'est assez court mais on va insérer un système de récupération d'énergie. J'ai vraiment eu de bonnes sensations parce que ça pousse fort du début à la fin, avec un 0-100km/h en tout juste trois secondes. Dans la voiture, je n'entend que le sifflement du vent mais les gens autour entendent tous les bruits de transmission et de roulements. C'est vraiment très particulier et c'est un drôle de feeling.

Vous accédez pour la première fois de la saison à la super-pole. Êtes-vous satisfait ?

C'est vrai que c'est super surtout que mon objectif de la fin de saison c'est de marquer des gros points sur les trois dernières courses. Pour cette fois, il y a déjà un gros travail de fait. En Q1 on était tout de suite dans le rythme et ça allait bien, pareil en Q2 et Q3. Je vais pas dire qu'on était facilement dans les premiers mais la voiture nous correspondait pas mal quand la piste était encore mouillée. En Q4, elle a commencé à sécher et je pense qu'on avait un peu trop de pression dans les pneus.

On a qu'un tour en Q4 et ma voiture a eu un peu de sous-virage dans le premier virage et je n'ai pas pu tourner. J'ai perdu cinq dixième d'entrée et ensuite j'ai poussé fort pour essayer de les récupérer mais il n'y avait pas grand chose à faire. Rattraper une erreur de cinq dixièmes c'est très compliqué et on sait que c'est fini quand ça se produit dans le premier virage. Maintenant, je suis content et demain j'essayerais de prendre un bon départ et d'accrocher un podium. Un deuxième cette année ce serait pas mal.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Alexandre Prémat
Type d'article Actualités