DTM - Chronique Prémat : Un point c'est mieux que rien

Malheureux à Zandvoort, Alexandre Prémat a renoué avec le top 8 à Brands Hatch

Malheureux à Zandvoort, Alexandre Prémat a renoué avec le top 8 à Brands Hatch. Comme à son habitude, le Français a pris un bon départ, ce qui lui a permis de remonter dans la hiérarchie et de marquer le point de la huitième place au terme d'une course difficile.

Dans sa chronique exclusive sur ToileF1.com, le pilote Audi revient sur son week-end noir de Zandvoort et sur celui en Angleterre, qui lui a mieux souri. Parti en 11ème position, Alexandre Prémat s'est rapidement retrouvé dans les points et a bataillé ferme avec ses collègues du team Abt.

Il nous donne également son avis sur la lutte Audi/Mercedes qui tourne court en cette saison 2010, sur l'exploitation des pneumatiques et annonce son objectif pour la prochaine course, qui se disputera à Oschersleben, dans deux semaines à présent.

Alexandre, vous avez vécu un triste week-end à Zandvoort. Que s'est-il passé ?

C'était dommage. J'en prend l'entière responsabilité. En qualifications, on était super bien, que ce soit en Q1 ou en Q2, et dans mon meilleur tour j'avais fait un bon premier secteur, un bon deuxième secteur et dans l'avant-dernier virage, je suis passé comme au tour d'avant mais j'ai raté mon point de corde de dix centimètres. J'ai ramassé de la poussière et me suis retrouvé avec du sous-virage, ce qui m'a emmené dans le bac à gravier.

On a fait un deuxième essai avec un train de pneus neufs mais on a été gêné par Winkelhock et plusieurs autres pilotes. Suite à ça, je n'ai pas pu améliorer. En course, je n'anticipe pas le départ, au contraire, je cale. Je reçois un drive through pour départ anticipé mais j'ai regardé plusieurs fois les images et honnêtement, je n'ai même pas bougé. C'est comme ça, parfois ça arrive. J'ai fait une belle course quand même, en remontant jusqu'à la onzième place. En terme de vitesse pure, j'étais aussi vite que les quatre ou cinq premiers.

En revanche, à Brands Hatch, vous terminez le week-end avec un point supplémentaire au compteur. Êtes-vous satisfait ?

Oui, ça fait toujours plaisir de rentrer dans les points à nouveau, même si c'est le point de la huitième place. Ça a été un week-end difficile du début à la fin. Marquer un point c'était quelque chose d'inespéré et j'en suis très content. Je partais onzième et après un bon départ je me suis retrouvé huitième. Comme on a pu voir, Molina marchait très fort avec l'ancienne voiture et il a pu me passer.

Ensuite, je me suis battu pour conserver ma huitième place jusqu'au bout. C'était un week-end compliqué, on a eu beaucoup de mal avec Rocky (Mike Rockenfeller) pour trouver un bon set-up pour la voiture. On avait beaucoup de sous-virage et du mal à faire chauffer les pneus avants. En course, il s'est avéré qu'on a un peu changé le set-up sur le train avant et c'est grâce à ça qu'on a été un peu plus compétitifs. C'est pas trop mal de marquer un point.

Depuis deux-trois courses, Audi semble un peu mieux. Peut-on dire que les problèmes de pneumatiques que vous aviez rencontré sont réglés ?

Je ne sais pas s'il sont réglés ou non. C'est sur qu'on est un petit peu mieux qu'avant mais sur cette course, Mercedes aurait gagné de toute façon. Ils en ont gagné six, nous on a gagné qu'à Valencia... Les nouveaux pneumatiques vont mieux sur leurs set-up et sur leur châssis. Après, on est revenu mais il faut être réaliste, ce qu'a fait Di Resta aujourd'hui n'était pas de notre ressort. Ça va vraiment être dur de les battre.

Prochaine course dans à peine deux semaines, à Oschersleben. Qu'espérez-vous pour cette course ?

L'objectif est de marquer des points. Il faut surtout qu'on fasse une bonne qualification, qu'on travaille avec tous les outils que l'on a pour se qualifier le mieux possible. C'est comme ça qu'on peut espérer faire une bonne course. Dans le team Phoenix, on a vraiment l'impression qu'on est pas au top en qualifications mais qu'en revanche on a un bon rythme en course.

Les qualifications, c'est quelque chose qui nous désavantage et nous pénalise. A chaque fois qu'on part dix ou douze, on termine sept ou huit. Si on pouvait faire une bonne qualification, essayer de se placer mieux que ça sur la grille pour ensuite décrocher un podium. Ce serait vraiment super. Ça ne va pas être facile mais on va tout faire pour en tout cas.



N'oubliez pas que vous pouvez retrouver ses précédentes chroniques sur la page prévue à cet effet et rendez-vous dans deux semaines pour ses réactions d'après course à Oscherlseben, en Allemagne, pour la huitième manche DTM de l'année.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Alexandre Prémat , Mike Rockenfeller
Type d'article Actualités