DTM - Coulthard n'est pas prêt à frôler les murs

Véritable cimetière à rétroviseurs, la chicane Schöller-S du Norisring a quelque peu effrayé David Coulthard le week-end dernier

Véritable cimetière à rétroviseurs, la chicane Schöller-S du Norisring a quelque peu effrayé David Coulthard le week-end dernier.

Généralement, les pilotes frôlent le mur à la sortie de cette chicane et les plus agressifs y perdent parfois leur rétroviseur droit, comme c'était par exemple le cas de Tom Kristensen en 2009, qui y avait laissé cinq ou six rétroviseurs en trois jours. Coulthard, lui, a joué la prudence.

"Je me demandais sans arrêt quelle était la largeur de la voiture et j'avais peur de toucher", explique l'Ecossais sur Motorsport-Total. "Il est très difficile d'estimer la largueur de la voiture. En monoplace, tu sais où sont tes roues. Il suffit de faire en sorte que le pneu ne touche pas le mur. Là, c'est beaucoup plus difficile de juger."

"Mon ingénieur m'a dit qu'il fallait absolument toucher le mur une ou deux fois dans le week-end", poursuit l'ancien pilote Red Bull Racing, aujourd'hui consultant pour l'écurie autrichienne. "J'ai essayé de me rapprocher du mur en course mais dans ma tête, à plusieurs reprises je pensais déjà que j'étais dedans !"

Coulthard avait terminé 13ème de cette quatrième manche DTM de la saison, roulant pendant une bonne partie de la course sans portière côté conducteur. Prochain rendez-vous au Nürburgring, un circuit qu'il connait parfaitement bien et où, peut-être, il aura l'opportunité de marquer ses premiers points en DTM.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes David Coulthard , Tom Kristensen
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités