DTM : Les premières impressions d'Adrien Tambay

Audi avait dévoilé fin février sept pilotes pour la saison 2012

Audi avait dévoilé fin février sept pilotes pour la saison 2012. Mais la firme d’Ingolstadt a décidé d’aligner une huitième A5 sur les grilles de départ et c’est à Adrien Tambay qu’elle en confiera le volant. Le Français de 21 ans, qui est notamment passé par la F3 Euro Series et l’Auto GP, fera donc cette année ses premiers pas en DTM.

L’arrivée dans le championnat de tourisme allemand d’un pilote défendant les couleurs tricolores a été pour l’équipe de DTMlive.com l’occasion rêvée de vous offrir en exclusivité sa toute première interview.

Le fils de l’ancien pilote de Formule 1 Patrick Tambay a ainsi eu l’extrême gentillesse de nous accorder quelques minutes de son temps pour répondre à nos questions.

Comment s’est passé le rapprochement avec le DTM ?

"J’étais en formule BMW allemande en 2007 puis en Formule 3 Euro Series en 2009. Sur ces deux championnats, je roulais en même temps que le DTM donc j’avais rencontré à plusieurs reprises des gens qui bossaient en DTM. Et puis, avant la fin de l’année 2011, je pensais déjà à réfléchir à mes possibilités en monoplace parce que ça commence à être très fermé à partir du moment où l'on n’a pas de budget et ce que j’aime, c’est courir et il était hors de question que ça s’arrête."

"J'ai donc balayé toutes les possibilités et le DTM était pour moi le choix numéro un, c'est là qu'il pouvait y avoir une opportunité et notamment chez Audi parce que c’est la marque que je préfère."

Audi occupe une place importante dans le sport automobile, notamment avec son histoire au Mans. Ce pourrait donc être la porte ouverte à d’autres disciplines dans l’avenir.

"Oui, Audi occupe une très bonne place puis le groupe Volkswagen est aujourd’hui le plus grand groupe automobile et c’est vraiment un privilège pour un pilote de représenter une marque et avec Audi, c’est encore mieux."

Vous avez participé à une séance d’essais la semaine dernière au volant d’une Audi A4 DTM. Comment cela s'est-il passé ?

"J'ai en effet fait des essais à Monteblanco, c’était la dernière sélection. On était pas mal de pilotes, au final ça s’est très bien déroulé et ils ont fait leur choix à l’issue de ces essais."

"J’ai appris la nouvelle [de mon engagement] assez rapidement et c’était vraiment une grande joie. Ils ont apprécié mon travail, ça a payé et c’est juste génial. Maintenant, c’est le début d’une nouvelle aventure, je vais avoir beaucoup de boulot, de responsabilités par rapport à une marque et je lance ma carrière de pilote professionnel donc c’est génial."

Quelles ont été vos premières impressions à bord de ces voitures, qui sont tout de même puissantes et rapides ?

"J’ai été habitué à des voitures quand même assez puissantes. Une Auto GP, c'est un V8 qui fait 550ch et c'est une monoplace donc ce n’est pas vraiment la puissance qui m’a choquée mais surtout le grip qu’on a en DTM, c’est impressionnant pour une voiture fermée."

"Ça va vraiment vite dans les virages rapides et il y a beaucoup d’appui aérodynamique donc ça se rapproche énormément d’une monoplace et ça ne dépayse pas trop. La position de conduite est différente, l’environnement est différent mais après on s’y habitue assez vite. Je suis très impatient de pouvoir faire plus de tours parce que j’ai encore plein de choses à découvrir."

Quel est votre programme à venir, d’autres essais prévus avant le début de la saison ?

"Oui, je pars à Valence lundi pour les prochains essais où je vais essayer pour la première fois l’A5 (voiture avec laquelle il va disputer la saison, ndlr). Le programme n’est pas tout à fait fixé mais ça durera plusieurs jours."

Alexandre Prémat n’étant plus là, vous êtes désormais l’unique représentant français en DTM...

"Oui, c’est une grande chance pour moi car je suis content de ramener les Français dans cette discipline parce que depuis le départ d’Alex, ça manquait un peu. Mais il y a quand même des francophones comme Eduardo Mortara, puis je pense que le DTM va s’internationaliser de plus en plus."

"Mais je crois que c’est le bon endroit aujourd’hui pour un jeune pilote ne pouvant pas accéder à la Formule 1. De toutes façons, ce n’est pas un choix par défaut, je n’échangerais ma place pour rien au monde."

Via DTMLive

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Patrick Tambay , Alexandre Prémat , Adrien Tambay
Type d'article Actualités