Berger : Le DTM peut survivre sans Mercedes

partages
commentaires
Berger : Le DTM peut survivre sans Mercedes
Par :
3 août 2017 à 13:34

Le président du DTM Gerhard Berger estime que le DTM peut continuer à vivre avec deux constructeurs, après l'annonce choc du départ de Mercedes de la série.

Départ : Robert Wickens, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM en tête
Gerhard Berger, président de l'ITR, et René Rast, Audi Sport Team Rosberg, Audi RS 5 DTM
Le début du tour de formation
Lucas Auer, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Gary Paffett, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Bruno Spengler, BMW Team RBM, BMW M4 DTM
#90 Akka ASP Mercedes-AMG GT3: Michael Meadows, Raffaele Marciello, Edoardo Mortara
Robert Wickens, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Robert Wickens, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Lucas Auer, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM

Le pilote autrichien, qui a repris les rênes de la série début 2017, a expliqué qu'il existait un précédent pour prouver que le DTM peut survivre après le départ de Mercedes fin 2018, et a ajouté que cela donne du temps pour attirer un nouveau constructeur pour l'horizon 2019.

"Pour tout le monde, [l'annonce de Mercedes] fut une très grosse surprise", a expliqué Berger à Motorsport.com. "Aujourd'hui, tout le monde a la sensation qu'il nous faudra trois ou quatre semaines pour voir ce que nous ressentons, pour nous calmer et voir quelles sont les bonnes étapes à suivre – et bien entendu nous sommes dans cette fameuse période de vacances pour le moment !"

"Mais, durant plusieurs années [de 2006 à 2011, ndlr], le DTM s'est disputé avec deux constructeurs, Mercedes et Audi, et je ne vois pas pourquoi cela ne pourrait pas se reproduire. De plus, nous avons un an et demi pour espérer attirer un nouveau constructeur."

La clé de cette nouvelle venue pourrait être l'adoption du nouveau moteur deux litres turbo pour 2019, un bloc déjà utilisé en Super GT japonais, et qui faciliterait l'arrivée d'un des trois constructeurs impliqués dans le championnat nippon : Lexus, Nissan et Honda.

Lexus, Nissan ou Honda à la rescousse ?

"Nous étions juste dans des discussions finales au sujet du bon concept de motorisation", continue Berger. "Et je dirais que le moteur deux litres, quatre cylindres turbo était en pole position."

"Mais aujourd'hui, avec cette annonce, tout est stoppé pour le moment. Je pense que nous saurons d'ici la fin du mois d'août quelle direction nous allons prendre."

Berger a également réfuté les spéculations évoquant un passage du DTM à la réglementation GT3, avec peut-être une levée des limitations des performances sur les voitures.

"Je pense que ce que nous devons faire maintenant c'est composer avec cette situation", a-t-il poursuivi. "J'avais une vision très claire de la bonne direction à prendre jusqu'il y a une semaine, lorsque Mercedes était encore dans le bateau."

"Il y a beaucoup d'idées différentes, et je dois dire que le concept actuel du DTM est très bon, mais nous allons voir ce que nous devons faire."

Article suivant
Audi et BMW doivent "reconsidérer" leur futur en DTM

Article précédent

Audi et BMW doivent "reconsidérer" leur futur en DTM

Article suivant

Audi - Les débuts de Duval en DTM contrariés par son impatience

Audi - Les débuts de Duval en DTM contrariés par son impatience
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries DTM
Auteur Marcus Simmons
Soyez le premier à recevoir toute l'actu