Un premier podium en DTM, "un soulagement" pour Duval

Après des débuts en DTM quelques peu contrariés, Loïc Duval (Audi) a signé ses premiers points, et même son premier podium dans la discipline, avec une deuxième place lors de la Course 2 à Zandvoort.

Un premier podium en DTM, "un soulagement" pour Duval
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Podium: Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM, Mike Rockenfeller, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Mike Rockenfeller, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM, Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM, Gary Paffett Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Podium: Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM, Marco Wittmann, BMW Team RMG, BMW M4 DTM, Stefan Reinhold, Team principal BMW Team RMG
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Loic Duval, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM

Contraint de stopper son aventure en WEC avec Audi suite à l'arrêt du programme LMP du constructeur allemand à l'issue de la saison 2016, Loïc Duval a été "recasé" par son employeur en DTM en 2017.

Mêlé aux spécialistes de la discipline, évoluant dans la série depuis plusieurs années, le pilote français, qui court dans le giron de l'équipe Audi Sport Team Phoenix, a été contraint de passer par une délicate, mais logique, phase d'adaptation.

Depuis la manche d'ouverture à Hockenheim cependant, le natif de Chartres n'avait pu inscrire le moindre point, son meilleur résultat demeurant une 11e place lors de la Course 1 à Moscou.

Ainsi, avant la sixième étape du calendrier, le week-end dernier à Zandvoort, Loïc Duval était le seul des 18 pilotes du plateau du DTM à n'avoir pas encore inscrit le moindre point.

"Je m'attendais à ce que ce soit difficile, mais pas autant, c'est vrai", a expliqué Duval à Motorsport.com. "L'objectif n'était pas d'être compétitif dès le début, je savais qu'il fallait que je passe par une phase d'adaptation. Il a fallu que je prenne mes marques, cela a pris du temps, il y a eu parfois un certain manque de réussite aussi. Au fur et à mesure les résultats sont venus, mais la période d'adaptation était un peu trop longue à mon goût."

Une prise de marques plus compliquée que prévu, lié aux différences profondes entre le LMP et le DTM.

"Le DTM est un championnat très serré, et très spécifique", continue le pilote français. "De mon côté, j'étais habitué au pilotage d'une LMP, avec des voitures plus puissantes, avec plus d'aéro et plus de grip. Pareil avec le Super GT que j'ai connu également, qui peut paraître proche du DTM mais qui est finalement assez différent."

"J'ai donc eu un peu de mal au début à tout mettre dans l'ordre, notamment à sentir la limite. Ce n'était pas naturel. Je devais m'adapter à la voiture, et cela me paraît plus évident aujourd'hui. Et l'on voit que, depuis Moscou, je suis régulièrement devant lors des séances, et de plus en plus proche de mes équipiers."

Tout le monde dans l'équipe sait que je viens d'un environnement différent, et que c'était la raison pour laquelle les résultats ne pouvaient pas être là dès le début.

Loïc Duval

Lorsqu'on lui demande si la pression s'était intensifiée au fil des week-ends de course, alors que son compteur demeurait bloqué à zéro, Duval répond : "Je me mets toujours moi-même la pression. Je suis un compétiteur et je veux toujours le meilleur résultat. Chez Audi en revanche, on ne m'a jamais mis la pression."

"Tout le monde dans l'équipe sait que je viens d'un environnement différent, et que c'était la raison pour laquelle les résultats ne pouvaient pas être là dès le début. Ils m'ont toujours soutenu à 100%, et je dois dire que j'ai été touché par tous les messages des membres de l'équipe pour me féliciter après mon podium à Zandvoort. Tout le monde était très content pour moi."

Dès le début du meeting de Zandvoort en effet, le pilote Audi se portait aux avant-postes, se classant deuxième des EL2 avant de décrocher la sixième place sur la grille pour la Course 1, son meilleur résultat en qualifications en DTM.

Un travail qui porte ses fruits

Duval ne pouvait concrétiser lors de cette première manche (13e), et connaissait une qualification plus difficile pour le lendemain (15e) mais un bon rythme en course et une gestion optimale de l'équipe Phoenix lui permettaient, après une stratégie décalée qui l'a vu observer son arrêt dans les derniers tours, de franchir la ligne au troisième rang. Un premier podium déjà satisfaisant, et qui se transformait même en deuxième place après la disqualification du vainqueur Marco Wittmann (BMW), la victoire revenant à Mike Rockenfeller, son équipier du Phoenix Racing.

"Depuis Moscou, la performance était là", continue Loïc Duval. "En Hongrie aussi, cela fonctionnait plutôt pas mal. À Zandvoort, cela a tout de suite bien fonctionné. C'est également lié en partie à la nouvelle surface de la piste, qui procure plus de grip, et cela m'a permis de me sentir à l'aise avec mon style de pilotage, à mes habitudes. J'ai réussi également à aller chercher la limite sans la dépasser, et c'est tout un travail qui a porté ses fruits, j'espère que cela va continuer comme ça."

Un résultat connu après l'arrivée seulement

"Je me m'attendais pas vraiment à être sur le podium, à vrai dire. En raison de la limitation des échanges radio, mon équipe ne m'a informé de ma position qu'après l'arrivée. C'était une grande joie, un beau soulagement. Et un bon résultat pour l'équipe, avec également la victoire de "Rocky" [Mike Rockenfeller]."

"Le Phoenix Racing a fait un super travail ce week-end, avec des changements de pneus très courts, et nous étions tous les deux les plus rapides", conclut Duval. "C'est génial, cela rapporte en plus de gros points à Audi, c'est également très important. Au final, je sais que mon championnat ne sera pas fantastique, mais je suis là surtout pour aider Audi à remporter le titre à la fin de l'année."

partages
commentaires
Berger veut faire disparaître le lest de performance en DTM
Article précédent

Berger veut faire disparaître le lest de performance en DTM

Article suivant

BMW : Le DTM doit rester "ouvert à tout" pour assurer sa survie

BMW : Le DTM doit rester "ouvert à tout" pour assurer sa survie
Charger les commentaires