Les équipes de DTM confirment la possibilité d'aligner six voitures en 2017

Audi et Mercedes ont confirmé que la réduction à six voitures par constructeur l'an prochain en DTM est envisagée pour l'an prochain.

Les équipes de DTM confirment la possibilité d'aligner six voitures en 2017
Timo Scheider, Audi Sport Team Phoenix, Audi RS 5 DTM
Gary Paffett, Mercedes-AMG Team ART, Mercedes-AMG C63 DTM
Dieter Gass, responsabile du DTM Audi Sport et Jens Marquardt, directeur BMW Motorsport
Gary Paffett, Mercedes-AMG Team ART, Mercedes-AMG C63 DTM
Qualifications : Le poleman Gary Paffett, Mercedes-AMG Team ART, Mercedes-AMG C63 DTM; le troisième Paul Di Resta, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM; le deuxième Robert Wickens, Mercedes-AMG Team HWA, Mercedes-AMG C63 DTM
Martin Tomczyk, BMW Team Schnitzer, BMW M4 DTM

Le DTM a présenté un peloton de 24 voitures lors des deux dernières saisons, avec Mercedes, Audi et BMW alignant chacun huit voitures par le biais de quatre équipes chacune.

Mais des rumeurs nées au cours de cette saison 2016 évoquent que la possibilité que chaque marque n'aligne plus que six voitures est en cours de négociation pour l'an prochain, et Audi et Mercedes ont effectivement confirmé que cette orientation était bel et bien une option.

Dieter Gass, le directeur du DTM chez Audi Sport, a ainsi confié à Motorsport.com : "Eh bien oui, il y a des discussions. C'est vraiment une possibilité. Mais je pense qu'il y aura davantage de communication une fois que le package complet sera plus clair".

"Depuis que les constructeurs et l'organisation font l'objet d'intenses discussions au sujet du futur du DTM depuis août de l'année dernière, beaucoup de choses se sont passées, beaucoup de plans ont été faits, et des idées ont été discutées, et ceci est l'une de ces idées".

"Mais je pense qu'il est d'abord préférable d'avoir une meilleure vue de la situation avant de faire une quelconque communication".

Interrogé au sujet de cette possibilité, Ulrich Fritz, le directeur du DTM chez Mercedes, s'est lui aussi exprimé auprès de Motorsport.com. "Il est difficile de parler de possibilité ou de pourcentage de chances d'aboutir, mais nous essayons d'améliorer le produit et, d'un côté, nous avons besoin d'augmenter le roulage, et d'un autre il est également important de contrôler les coûts".

"Et, il est certain que moins vous avez de voitures dans le peloton, moins les coûts sont élevés, et c'est ce dont nous discutons actuellement".

"De manière générale, avec tous les programmes que vous développez, vous devez évaluer les coûts face aux bénéfices, et c'est pourquoi vous essayez toujours d'optimiser cette partie".

"Réduire les coûts, c'est une grosse étape, et c'est pourquoi nous avons débuté cette discussion car, au final, si vous pouvez réduire le nombre de voitures, vous pouvez vraiment réduire les coûts sans altérer le produit et la performance".

Jens Marquardt, le directeur de la compétition chez BMW, ne s'est en revanche pas montré aussi spécifique que ses homologues, mais a confirmé qu'une série de mesures était en discussion, comme il l'a expliqué à Motorsport.com.

"Nous avons discuté de beaucoup de choses, bien sûr, le fait d'être très prudents au niveau des coûts, depuis l'an passé. Tout a été discuté et nous sommes toujours en phase de finalisation du package pour l'an prochain".

"Et je pense que c'est quelque chose où l'on doit se dire, vous ne regardez pas le cas de chacun, vous regardez le package global. Nous élaborons un ensemble de nouvelles règles pour l'an prochain au niveau technique, sur la base dont nous disposons aujourd'hui. Il y aura un nouveau package aéro, une nouvelle suspension, des changements au niveau du moteur, beaucoup de choses".

"Et une fois que le package complet sera clair, il sera communiqué. Et il est certain que les coûts et l'efficacité joueront un grand rôle, en-dehors du fait de disposer d'une série spectaculaire et aussi bonne que possible pour nos fans".

Paffett : attirer davantage de constructeurs

Gary Paffett, pensionnaire de l'équipe Mercedes, qui représente la marque depuis 2003, a expliqué de son côté que le DTM avait besoin de "davantage de constructeurs qui viennent compléter la grille".

Au sujet de la proposition de six voitures, Paffett a commenté : "Ce n'est évidemment pas génial, pour nous plus il y a de voitures, mieux c'est, mais les coûts d'exploitation pour huit voitures, sont énormes".

"L'idéal serait que davantage de constructeurs viennent compléter la grille. C'est ce que nous voulons, que des gens viennent et amènent des voitures, c'est l'objectif".

"Je comprends, pour Mercedes il est très coûteux d'aligner huit voitures, et je comprends les raisons. Bien sûr, nous ne voulons pas que ça arrive [réduire le nombre de voitures]. Mais vous savez, ce sont toujours 18 voitures, 18 voitures vraiment compétitives, et je ne pense pas que ce soit un gros problème".

Le sentiment de Paffett était repris par son chef d'équipe, Ulrich Fritz : "De manière générale, nous accueillerons avec plaisir un constructeur de plus, mais cela n'est pas le souci ici. Mais 18 voitures peuvent aussi produire des courses spectaculaires, c'est certain. Et à partir de là, je pense, tout est possible. C'est une manière de réduire les coûts, c'est certain".

partages
commentaires
Mercedes critique Tomczyk et BMW après l'incident avec Wickens
Article précédent

Mercedes critique Tomczyk et BMW après l'incident avec Wickens

Article suivant

Rosenqvist poursuit en DTM mais stoppe l'Indy Lights

Rosenqvist poursuit en DTM mais stoppe l'Indy Lights
Charger les commentaires