Un nouveau challenge pour Gary Paffett avec les Français de ART Grand Prix

Après avoir passé les six dernières années au sein de l'écurie Mercedes officielle HWA, et à l'issue d'une saison très difficile, Gary Paffett demeure dans le giron de la marque à l'Etoile mais apportera son expérience à l'écurie française ART, débutante dans la discipline cette année.

En onze années de présence dans la discipline (avec une seule pause en 2006, en raison de son implication en tant que pilote essayeur McLaren en F1), Gary Paffett n'avait jamais connu une saison aussi catastrophique. Incidents de course, ennuis techniques, ou tout simplement manque de performance :le champion 2005, qui avait raté d'un rien le titre en 2012, a enregistré pour meilleur résultat qu'une maigre 8e place à Oschersleben en 2014. De manière étonnante, il s'agit de l'un de ses deux seuls résultats dans le top 10 de la saison, avec encore sa 10e place à Hockenheim en fin d'année. Paffett a ainsi conclu l'année à une improbable... 22e place au championnat, devançant seulement Vitaly Petrov, seul pilote du plateau à n'avoir marqué aucun point l'an passé.

Pourtant, Gary Paffett n'a pas perdu sa motivation alors qu'il s'apprête à entamer un nouvel exercice ce week-end à Hockenheim. Surtout, Mercedes lui a renouvelé sa confiance, lui confiant la tâche de mener les débuts en DTM de l'écurie française ART Grand Prix dirigée par Frédéric Vasseur. Rappelons que, après deux saisons chez HWA qui l'avait mené au titre en 2005, Paffett avait effectué son retour dans la discipline en 2007 avec l'écurie Persson Motorsport, avant de retrouver HWA en 2009, jusqu'à l'an passé.

Tout le monde a besoin d'un nouveau départ à un moment donné.

Gary Paffett

"Cette année, ce sera différent", explique Gary Paffet. "Je change pour l’écurie ART, une équipe complètement nouvelle en DTM. Mais c’est une équipe que je respecte et en laquelle je crois. C’est un nouveau chapitre, et un grand changement pour moi, chose que je n’ai pas connu depuis longtemps. C’est un risque. Je ne dirais pas que c’est un gros risque, mais cela reste un risque".

S'il passe du giron de l'écurie officielle à celui d'une écurie semi-privée, Gary Paffett ne change pas d'objectif. La victoire est dans son viseur, mais le pilote anglais est conscient de la difficulté de sa mission cette saison.

"Nous devrons faire face à de nombreux challenges", poursuit-il. "J’aimerais gagner des courses cette année, mais la vie n’est pas aussi simple. Tout le monde a besoin d’un nouveau départ à un moment donné. Mon rôle, et la raison pour laquelle je suis ici, c’est de gagner des courses, et en tant que pilote de course c’est ce que je veux faire. Mais je suis là aussi pour aider l’équipe et les autres pilotes".

"Le DTM est tellement compétitif", conclut le pilote Mercedes. "D’après moi, le niveau de l’ensemble du peloton est l’un des plus élevés au monde, et chaque concurrent est un pilote de haute qualité.  Et c’est pourquoi il est si difficile de réussir en DTM de manière régulière. Vous devez être parfait en permanence, si vous ne l’êtes pas, vous vous retrouvez en queue de peloton et c’est ce qui rend ce championnat très difficile".

A propos de cet article
Séries DTM
Événement Hockenheim
Circuit Hockenheim
Pilotes Gary Paffett
Type d'article Preview
Tags art, dtm, paffett