Une "coupe du monde" entre le DTM et le Super GT à l'étude pour 2017

Les dirigeants des équipes Mercedes, BMW et Audi se sont rencontrés lundi au Nürburgring pour avancer la discussion au sujet de la réglementation "Class 1" qui entera en vigueur à partir de 2017.

Il a déjà été annoncé que le DTM passera au moteur quatre cylindre turbo en 2017, un nouveau bloc qui délivrera pas moins de 600 cv. Cela signifiera ainsi la fin de l'époque de l'actuel moteur V8 de quatre litres, qui propose aujourd'hui une puissance avoisinant les 500 cv.

D'après le directeur de BMW motorsport, Jens Marquardt, la réunion de lundi devait permettre de régler plusieurs détails techniques, la nouvelle réglementation technique étant définie "à 95 %", toujours d'après Marquardt.

"Nous sommes sur la bonne voie pour que, avec la réglementation Class 1 en 2017, nous devrions avoir des performances très très proches entre les voitures", a déclaré le responsable allemand.

"Plus tôt la réglementation sera définie, moins les coûts seront élevés, c'est une opinion que nous partageons tous. Le budget dont nous disposons, nous voulons le dépenser de la bonne façon".

Pas d'hybride pour l'Allemagne

Alors que la réglementation Class 1 sera partagée entre les équipes du DTM, mais aussi les équipes japonaises du championnat Super GT, dans lequel Honda utilise un système de motorisation hybride, Marquardt ne pense pas que le système hybride sera utilisé en Allemagne dans un avenir proche.

"Ce n'est pas prévu à l'heure actuelle", poursuit-il.

"Je sais qu'il y a une voiture hybride qui court au Japon, mais cela a toujours été considéré par Honda comme un intérêt local uniquement".

Premier match Allemagne/Japon en 2017

Malgré tout, Marquardt estime que l'idée d'une "coupe du monde" entre le DTM et le Super GT demeurait tout à fait envisageable. 

"L'idée a toujours été présente", ajoute-t-il. "Je pense que pour cela, 2017 sera la première vraie occasion que nous aurons de le faire, tout le monde travaille dans ce sens, c'est clairement possible".

A l'issue de la réunion, il a été établi que les voitures du DTM et du Super GT japonais disputeront des épreuves communes en 2017. Une première épreuve DTM/Super GT devrait se dérouler au Japon à la fin 2017, et une "revanche" devrait se tenir début 2018 en Allemagne. Ainsi, Audi, BMW, Mercedes, Honda, Nissan et Lexus se retrouveront pour deux épreuves que l'on attend déjà avec impatience. Initialement impliqués dans le projet, les directeurs de l'IMSA, qui gèrent le championnat Tudor United Sports Car Championship, espèrent rallier des constructeurs américains à ce projet dans le futur. Pour l'instant, ces derniers attendant de voir.

Hans Werner Aufrecht, le directeur de l'ITR (promoteur du DTM), se réjouit de l'avancée du projet : "Nous avons finalisé des accords dans de nombreux domaines et effectué un vrai pas en avant vers notre objectif commun. J'ai hâte de voir le jour où les voitures de la Class 1 de différents continents s'affronteront pour la première fois".

"Je pense que ces accords vont nous permettre de nous développer encore davantage, nous, le Super GT, mais également le DTM et l'IMSA", s'enthousiasme de son côté Masaaki Brandoh, le promoteur du Super GT japonais. "Ayant déjà avancé sur des discussions concrètes au sujet de la "Final Race Event", je suis très excité à l'idée que nous nous rapprochons encore un peu plus de l'une des raisons majeures qui nous ont poussés à établir cette coopération entre le DTM et l'IMSA".

 

 

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Type d'article Actualités