Zandvoort, une autre histoire pour Mercedes?

Après avoir signé son retour au sommet en dominant  les deux courses du Norisring il y a quinze jours, le clan Mercedes évite de pavoiser et s’attend à rentrer dans le rang à Zandvoort, à l’occasion de la quatrième étape du championnat DTM.

Dominée par Audi lors des deux premiers rendez-vous de la saison, à Hockenheim puis sur le Lausitzring, l’équipe Mercedes a refait surface sur son circuit fétiche, le Norisring, où elle demeure invaincue depuis… 2003! En décrochant les deux victoires lors du meeting de Nuremberg, avec Pascal Wherlein dans la course 1, puis Robert Wickens dans la course 2 (sans oublier la pole position de Christian Vietoris le samedi), la marque à l’Etoile a pris sa revanche.

Pour autant, les dirigeants de la marque de Stuttgart préfèrent rester prudents avant d’aborder la prochaine étape, ce week-end à Zandvoort.

"Avec cinq pilotes sur le podium et deux victoires, nous avons eu un week-end parfait sur le Norisring", se réjouit Ulrich Fritz, le directeur du programme DTM chez Mercedes. "Toutefois, en raison de ses caractéristiques très spécifiques, le Norisring ne peut pas être significatif. A Zandvoort, la hiérarchie risque encore d’être bousculée, en partie en raison de l’ajustement des lests à bord des voitures".  

"Malgré tout, nous nous rendons aux Pays-Bas avec l’objectif de marquer des points et de nous battre pour des podiums", poursuit Ulrich Fritz. "Il sera sûrement intéressant de voir comment les pneus vont s’user sur cette piste. Zandvoort est la piste la plus difficile en termes de gommes. Dans le passé, toutes nos équipes ont souffert d’une dégradation rapide des pneumatiques. Nous devons prendre cela en compte dans notre stratégie de course".

Il faut rester réalistes et comprendre que le Norisring et Zandvoort sont des pistes totalement différentes.

Pascal Wehrlein.

Vainqueur de la course 1 sur le Norisring, son deuxième succès en DTM, Pascal Wehrlein, 3e du championnat, est le mieux placé des pilotes Mercedes, ayant même réduit l’écart sur les deux premiers du classement, les pilotes Audi Jamie Green et Mattias Ekström. Mais, du haut de ses 20 ans, le jeune Allemand préfère lui aussi ne pas se montrer trop optimiste avant Zandvoort.

"Après un week-end plein de succès sur le Norisring, dont une victoire pour moi le samedi, je me sens bien évidemment en confiance actuellement", commente Wehrlein. "Mais il faut rester réalistes et comprendre que le Norisring et Zandvoort sont des pistes totalement différentes. Nous allons donner tout notre possible pour réaliser une belle performance face à nos rivaux aux Pays-Bas, mais cela risque d’être plus difficile". 

"Je suis actuellement troisième du championnat, et nous avons pour l’instant atteint nos objectifs", poursuit le pilote Mercedes. "C’est pourquoi il est important de ne pas perdre le contact avec nos rivaux. Une chose me rend toutefois assez optimiste, c’est le fait d’avoir signé le meilleur tour en course l’an passé à Zandvoort. C’est donc une piste qui me réussit plutôt bien".

A propos de cet article
Séries DTM
Événement Zandvoort
Circuit Zandvoort
Pilotes Pascal Wehrlein
Type d'article Preview
Tags dtm, mercedes, zandvoort