ELMS
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé

À Monza, le LMP2 entre dans une nouvelle ère à grande vitesse

partages
commentaires
À Monza, le LMP2 entre dans une nouvelle ère à grande vitesse
Par :
29 mars 2017 à 15:44

Mardi et mercredi se sont déroulés les essais officiels de l'European Le Mans Series, en prélude du plateau FIA WEC qui a rendez-vous sur le circuit italien en fin de semaine.

#23 Panis Barthez Competition, Ligier JSP217 - Gibson: Fabien Barthez, Timothe Buret, Nathanaël Berthon
#23 Panis-Barthez Competition, Ligier JSP217 - Gibson: Fabien Barthez, Timothe Buret, Nathanaël Berthon
#23 Panis-Barthez Competition, Ligier JSP217 - Gibson: Fabien Barthez, Timothe Buret, Nathanaël Berthon
#23 Panis-Barthez Competition, Ligier JSP217 - Gibson: Fabien Barthez, Timothe Buret, Nathanaël Berthon
#28 IDEC Sport Racing, Ligier JSP217 - Gibson: Patrice Lafargue, Paul Lafargue, Olivier Pla, David Zollinger
#29 Racing Team Nederland, Dallara P217 - Gibson: Jan Lammers, Frits Van Eerd
#28 IDEC Sport Racing, Ligier JSP217 - Gibson: Patrice Lafargue, Paul Lafargue, Olivier Pla, David Zollinger
#17 Ultimate, Ligier JS P3 - Nissan: Mathieu Lahaye, Jean-Baptiste Lahaye, François Heriau
#15 RLR Msport, Ligier JS P3 - Nissan: John Farano, Morten Dons, Alex Kapadia
#49 High Class Racing, Dallara P217 - Gibson: Dennis Andersen, Anders Fjordbach
#23 Panis Barthez Competition, Ligier JSP217 - Gibson: Fabien Barthez, Timothe Buret, Nathanaël Berthon
#16 Panis-Barthez Competition, Ligier JS P3 - Nissan: Eric Debard, Simon Gachet, Théo Bean

B.D., Monza - À peine plus de deux semaines avant le coup d'envoi de la saison, ce sont 41 voitures qui ont pris la piste en ce début de semaine sur l'Autodromo di Monza, dans le nord de l'Italie. Comme c'est le cas depuis plusieurs saisons, le Prologue fait office de répétition générale en accueillant d'abord les concurrents de l'European Le Mans Series, puis ceux du WEC. Ces derniers seront au rendez-vous le week-end prochain, mais étaient précédés mardi et mercredi par les LMP2, LMP3 et LMGTE du championnat continental. 

Pour la première fois depuis l'existence du Prologue, celui-ci ne se déroule pas sur le circuit Paul Ricard mais sur l'emblématique tracé de Monza. Quoi de mieux que le temple de la vitesse pour assister à la première sortie officielle des nouveaux prototypes LMP2 ? Répondant à la nouvelle réglementation, ces autos se sont fait remarquer sur les lignes droites italiennes, où l'on a pu découvrir toute la puissance du V8 Gibson de 600 chevaux, moteur unique fournit à l'ensemble du plateau.

Dans la catégorie, pour laquelle on annonce des temps au tour jusqu'à neuf secondes plus rapides au Mans en juin prochain, trois des quatre constructeurs retenus pour cette nouvelle ère – ORECA, Ligier et Dallara – étaient représentés par un total de 12 équipes. Lors de la première journée, l'ORECA 07 du G-Drive Racing, aux mains de Ryo Hirakawa, a atteint les 311 km/h en vitesse de pointe. Il s'agit d'un chiffre significatif, quand on sait que seule l'Audi R10 LMP1 avait fait mieux en 2008, année de la dernière apparition des prototypes LMP à Monza.

"Clairement, c'est un gros pas en avant", confie à Motorsport.com Nicolas Lapierre, pilote multicartes engagé avec DragonSpeed en ELMS. "On gagne quatre à cinq secondes de plus qu'auparavant. On est plus sereins dans le trafic. On a plus de moteurs, plus d'appuis. La voiture est plus franche. C'est un bon galop d'essai avant le LMP1 ce week-end. On est très proche en termes de rythme de ces voitures."

"Tout le temps à fond"

Du côté des temps au tour, ils sont tombés jusque dans la zone des 1'36 pour les pilotes les plus rapides du LMP2. À titre de comparaison, ces chronos se situent entre trois et cinq secondes plus lents que ceux des LMP1 Peugeot et Audi en qualifications il y a neuf ans.  Sur l'ensemble des quatre séances, le meilleur chrono général a été réalisé mercredi matin par la Ligier d'IDEC Sport Racing en 1'36"461.

"Clairement, ici, avec cette voiture, on peut être à fond tout le temps", souligne Nathanaël Berthon, qui roule sur la Ligier JS P217 du Panis-Barthez Compétition. "Cela faisait très longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de faire ainsi. En termes d'appuis, je retrouve quelques sensations de la monoplace. On prend des g, je ne sais pas combien, mais on en prend. Surtout, dans le trafic, on a plus à se jeter comme avant."

Concernant les vitesses de pointe élevées, le Français ajoute : "Pour la sécurité, paradoxalement, c'est un pas en avant d'aller plus vite. Pour les pilotes de GT, comme pour les P3. On peut dépasser les autres bien plus en avant."

Ces deux journées de tests, qui comprenaient également une séance nocturne mardi soir, ont permis à l'ensemble du plateau 2017 de fourbir ses armes, avant le grand saut dans la nouvelle saison qui aura lieu à Silverstone le samedi 15 avril, à la veille de la première manche du WEC sur le même circuit britannique. À Monza, on dénombrait 21 prototypes LMP3 (19 Ligier et deux Norma) et sept GTE (trois Ferrari, deux Porsche et deux Aston Martin).

Propos recueillis par Guillaume Nédélec

Article suivant
L'ELMS fait le plein pour les essais de Monza

Article précédent

L'ELMS fait le plein pour les essais de Monza

Article suivant

Yvan Muller : "Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier"

Yvan Muller : "Ne pas mettre tous les œufs dans le même panier"
Charger les commentaires