24 Heures du Mans - La rude épopée de Toyota

Décidément, Toyota n'est pas verni au Mans

Décidément, Toyota n'est pas verni au Mans. Alors que les deux TS040 paraissaient un ton au-dessus des allemandes en performance et en consommation, le sort en course a été cruel pour les voiture du Soleil Levant.

Le premier à prendre en pleine poire un rude coup du sort fut le pauvre Nicolas Lapierre.

Il s'est fait piéger par cette maudite averse, juste un peu après le départ

.

---

Voir la vidéo de l'accident

---

En slicks, tout comme Bonanomi sur l'Audi N°3, il est allé au contact avec une Ferrari. Nicolas a pu ramener la voiture pour réparation mais dans l'affaire, la TS040 perdait définitivement toute chance de l'emporter. Pourtant âprement et sûrement, l'équipage de la 8 revint vers le haut du classement et Buemi-Davidson-Lapierre surent profiter de la défaillance des Porsche. Ce podium vient mettre un tout petit peu de baume au coeur de l'équipe Toyota.

Sur la seconde voiture plus grande encore fut la déception. Une course impeccable d'autorité et de justesse avait installé Wurz-Sarrazin-Nakajima quasiment hors de portée des Porsche et des Audi au bout de la nuit mancelle. Rien ne semblait pouvoir venir perturber la probante démonstration de la voiture du Soleil Levant. Rien sauf un système électrique capricieux qui contraignait Nakjima à l'immobilité sur le circuit Les Japonais étaient KO, la montagne mancelle encore une fois s'était effondrée sur leurs espérances de devenir les seconds nippons à l'emporter au Mans.

Désormais l'objectif est la conquête du titre mondial d'endurance, la troisième place de la voiture numéro 8 permet d'y croire encore mais décidément que la marque Toyota semble maudite au Mans.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Nicolas Lapierre
Type d'article Actualités