24 Heures du Mans - Pour Porsche, ça n'est pas passé loin

J

J.M Le Roy, Le Mans - Pour retour ce fut un retour. Porsche, jadis reine du Mans, a bien failli réaliser un fantastique exploit.

Toujours dans l'allure, le jeune Brendon Hartley s'est même offert une séquence en tête en fin d'après-midi samedi au gré des ravitaillements. Avant de se louper au freinage du virage d'Arnage, sans trop de dommage pour la suite de l'aventure.

Même si les Toyota semblaient un peu mieux armées que les deux 919 Hybrid, jamais les voitures de Stuttgart ne perdirent complètement pied niveau performance. Les applaudissements de respect du garage Audi, en fin de course, témoignent du respect entre les garages.

Ce furent « juste » des petits pépins sans trop de gravité qui, au fil des tours, vinrent juste contrarier un peu les évolutions des deux voitures allemandes. Avant que des choses bien plus dommageables ne les contraignent à l'abandon en fin de course.

Celle de Jani-Dumas-Lieb connut pourtant d'entrée de course une alerte puisque Jani rentrait au ralenti... ''Problème d'alimentation'' avaient diagnostiqué les ingénieurs. Rapidement remise en forme, la numéro 14 avait dans l'aventure perdu le contact et jamais elle ne put se remettre complètement de cette petite déconvenue. L'autre 919 elle semblait bien mieux lotie puisque après la petite excursion de son jeune pilote néo zélandais tout semble de nouveau aller de nouveau. Tant et si bien que lorsque la Toyota de Nazkajima lâcha prise, elle se trouvait à portée des Audi et, profitant des ennuis des cousines germaines, Porsche repointa en tête.

La matinée fut haletante. Un peu moins fringante que la veille, la 919 coinçait sous la barre des 3'30'', cinq secondes voir plus que l'Audi de Lotterer. Pourtant vaillamment Timo Berhard résistait en tentant de conserver ses pneumatiques. Wolfgang Harz, le patron de Porsche le décida en plein accord avec ses deux pilotes, Webber, ce serait Mark qui finirait la course et le travail face à des Audi bien revigorées.

Et puis petit vent de panique, Timo avait alerté son stand, pas possible d'aller au bout des quatre relais avec le même train, il lui fallait rentrer prématurément. A son tour; l'ex pilote de F1 se colla donc à la tâche mais que c'était difficile. Longtemps il résista et puis, on vit la 919 se mettre au ralenti.... Visiblement il y avait gros souci. ''Pompe à huile'' lâchèrent, un peu après 13 heures, laconiquement les responsables techniques de Porsche. Rien à faire, l'abandon était inéluctable. Un peu plus tard, l'autre Porsche LMP1 rentra elle aussi dans son stand. On attendit la fin de course pour la relancer et lui faire franchir le damier juste derrière les deux Audi victorieuses. Pour la photo de famille.

Après avoir rudement bataillé, il fallait se rendre à l'évidence, pour son retour au Mans, les hommes de Weissach avaient marqué les esprits. Désormais c'est chose acquise, l'an prochain....

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Brendon Hartley
Type d'article Actualités