Fässler: "Evaluations erronées, mais nous ne méritions pas la victoire!"

Glissé de la première à la troisième place, le quartet de Nico Müller et Marcel a souffert des pneus slick. "Nous ne croyions pas qu'il se mettait à pleuvoir si rapidement", a admis le trois fois roi des 24 Heures du Mans.

Fässler: "Evaluations erronées, mais nous ne méritions pas la victoire!"
#5 Belgian Audi Club Team WRT Audi R8 LMS: Marcel Fässler, Dries Vanthoor
#5 Belgian Audi Club Team WRT, Audi R8 LMS: Marcel Fässler, Dries Vanthoor, Will Stevens
#5 Belgian Audi Club Team WRT, Audi R8 LMS: Marcel Fässler, Dries Vanthoor, Will Stevens
#9 Audi Sport Team WRT, Audi R8 LMS: Nico Müller, Marcel Fässler, Robin Frijns, René Rast
#9 Audi Sport Team WRT, Audi R8 LMS: Nico Müller, Marcel Fässler, Robin Frijns, René Rast
Jean-Denis Deletraz and Marcel Fässler, Belgian Audi Club WRT
Helmet of Marcel Fässler, Belgian Audi Club WRT
Marcel Fässler
Marcel Fässler
Marcel Fässler
Ambiance de nuit

Au lendemain du 41ème anniversaire, l'humeur de Marcel Fässler n'est certainement pas des meilleures. Et l'expert pilote helvétique a une bonne raison, car il a vu s'évanouir la possibilité de vaincre pour la première fois sur le circuit allemand à seulement une heure de la fin.

En effet le duo suisse, couplé à Robin Frijns et René Rast, a payé cher le choix de monter les pneus slick dans le pit-stop final, en devant rentrer à nouveau suite à la pluie qui s'abattait dans l'Enfer Vert.

 

 C'a été une course folle, mais on doit l'accepter telle qu'elle a été. Dans ma carrière j'ai digéré beaucoup de déceptions, et je le ferai encore. En tout cas, vaincre aurait été vraiment difficile. Si nous sommes arrivés en tête c'est grâce aux problèmes que l'Audi du team Land Motorsport (ensuite triomphant en remontée, ndr) a rencontré. Il faut être sportifs et reconnaître qu'ils ont vaincu à juste titre" a admis Marcel, visiblement abattu.

Naturellement, le résultat des 24 Heures du Nürburgring laisse le goût amer dans la bouche au trois fois vainqueur des 24 Heures du Mans. "Il manquait vraiment peu à la fin. Ça doit nous enseigner que les courses d'endurance finissent lorsqu'on agite le drapeau quadrillé. L'année passée, au Mans, la Toyota avait fait la même chose".

 

Le pilote, qui vient juste d'avoir 41 ans, a continué : "Nous savions que nous avions un seul pit-stop avant la fin. Nous ne nous attendions pas que la pluie s'abattait si rapidement. Nous croyions pouvoir porter à terme la course avec les pneus pour le sol sec".


Marcel, la tête froide, trace la ligne que le team Audi Sport WRT aurait dû suivre pour s'assurer le succès dans la célèbre course d'endurance. "Fondamentalement, nous aurions dû monter les intermédiaires. Ainsi nous aurions été en sécurité, car nous avions plus d'une demi minute d'avantage".

L'Helvétique a participé plusieurs fois aux 24h teutoniques, sans jamais s'approcher à tel point au succès. Tentera-t-il l'année prochaine ?

"Je pense que oui. Le rapport avec Müller ? Il est excellent, Nico et moi, nous nous sommes beaucoup amusés, malgré la plaisanterie finale. Tôt ou tard j'aurai moi aussi un peu de chance au Nürburgring", a dit sarcastiquement Fässler au microphone de Motorsport.com Suisse.

partages
commentaires
24h Nürburgring : aucune chance pour la rapide Toyota de la Suisse

Article précédent

24h Nürburgring : aucune chance pour la rapide Toyota de la Suisse

Article suivant

Le Ring, "une bonne préparation" avant le Mans, selon Patrick Pilet

Le Ring, "une bonne préparation" avant le Mans, selon Patrick Pilet
Charger les commentaires