Le Mans 2012, fin difficile pour Pescarolo (2/2)

Suite et fin aujourd’hui de notre rétrospective consacrée à Henri Pescarolo qui, parallèlement à la 03, engage aux 24 Heures du Mans 2012 une Dome S102

Suite et fin aujourd’hui de notre rétrospective consacrée à Henri Pescarolo qui, parallèlement à la 03, engage aux 24 Heures du Mans 2012 une Dome S102.5 équipée elle aussi d’un bloc V8 Judd. C’est cette mécanique qui pose beaucoup de problèmes à l’équipe française du fait des détériorations de l’environnement moteur causées par ses vibrations excessives. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que ces deux voitures sont saisies la semaine précédant le départ suite à une procédure judiciaire intentée par le pilote français Julien Jousse, mécontent que le Britannique Stuart Hall lui soit préféré en dernière minute.

Une procédure qui n’aboutira finalement pas mais qui contribuera à l’ambiance peu sereine régnant chez Pescarolo à l’approche de la course. Un climat soucieux renforcé lors des essais qualificatifs durant lesquels les deux voitures quittent la piste et subissent de lourds dégâts. Lors du warm-up du samedi matin, la Pescarolo 03, à peine remise de ses égratignures, connaît même une nouvelle casse moteur qui remet en cause sa participation, au point qu’elle est retirée de la liste des engagés à trente minutes du départ. Mais coûte que coûte, les mécaniciens travaillent d’arrache-pied pour remplacer le moteur Judd et, alors que les autres concurrents entament leur troisième tour de piste, la Pescarolo 03 peut enfin les rejoindre sous les hourras des spectateurs français bien entendu, mais aussi anglais, allemands ou danois, tous émus par ce retour de nulle part.

Il n’empêche que le calvaire de cette machine manquant cruellement de temps de mise au point continue jusqu’à la cinquième heure de course qui voit son retrait définitif à la suite d’un énième ennui de moteur. Quant à la Dome S102.5, elle passe régulièrement de longs moments à son stand malgré des temps au tour compétitifs, accumulant ainsi un retard conséquent. Le dimanche, peu avant quinze heures, elle est renvoyée en piste pour l’honneur, là encore sous les applaudissements de la foule. Non classée après avoir parcouru seulement 203 boucles contre 378 pour l’Audi R18 e-tron quattro des vainqueurs, elle marque la fin de l’Histoire d’Henri Pescarolo aux 24 Heures du Mans, une histoire entamée quarante-six années plus tôt et riche de nombreux succès.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Henri Pescarolo , Stuart Hall , Julien Jousse
Type d'article Actualités