Le Mans : Course mythique, tracé unique

Longueur : 13,629 km Record distance : 397 tours / 5 410,713 km, soit 225,228 km/h par l’Audi R15 TDI de T

Longueur : 13,629 km
Record distance : 397 tours / 5 410,713 km, soit 225,228 km/h par l’Audi R15 TDI de T. Bernhard, R. Dumas et M. Rockenfeller en 2010.
Record du tour : 3'18''513, soit 247,160 km/h par S. Sarrazin sur Peugeot 908 HDi-FAP en 2008.

A partir de mercredi prochain, les prototypes et les GT vont de nouveau se mesurer au mythique circuit des 24 Heures du Mans, avec les premiers essais libres, les qualifications, puis la course les 14 et 15 juin.

Tout au long de ses 91 ans d'existence, le tracé sarthois a connu bien des évolutions et des modifications depuis 1923. Ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce sont ses caractéristiques actuelles, alors qu'il s'agit toujours d'un circuit temporaire puisque seule une partie du circuit permanent Bugatti est empruntée, avant d'utiliser des routes fermées autour du Mans. Cela implique d'ailleurs une logistique impressionnante par son envergure et sa mise en œuvre, afin de bloquer la route puis de la rendre à ses usagers par la suite.

Au Mans, les noms de virages sont mythiques : Dunlop, Tertre-Rouge, Mulsanne, Arnage, Indianapolis, Porsche... Et que dire de la ligne droite des Hunaudières, haut-lieu de la vitesse malgré ses deux ralentisseurs implantés depuis 1990 ? Les protos LMP1 les plus rapides y flirtent allègrement avec les 330 km/h.

Sur un tel tracé, et compte tenu des nombreuses catégorie, chaque pilote y a ses préférences. "J’aime beaucoup le Tertre-Rouge, c’est un virage où il y a pas mal de grip et je trouve que tu peux vraiment attaquer", explique ainsi Nicolas Prost. "Après tu rentres dans la ligne droite des Hunaudières. La première fois que tu arrives dans cette ligne droite, c’est là que tu te rends compte que tu es vraiment au Mans sur le grand circuit."

Pour Bruno Senna, c'est dans les esses Porsche en fin de tour que le plaisir est au rendez-vous. "Les virages Porsche sont intéressants, en prototype ils ne semblent pas compliqués et on peut bien pousser dedans, mais dès qu’on fait une erreur, on la paye cash", rappelle-t-il. "C’est mon endroit préféré sur ce circuit."

Quant à Mark Webber, il a retrouvé l'enchaînement d'Indianapolis avec beaucoup de bonheur lors de la Journée Test. "C'est un virage à droite rapide, suivi d'un gauche très relevé. Je pense que beaucoup de pilotes aiment les virages assez relevés, on peut vraiment y utiliser le grip de la voiture et des pneus", souligne l'Australien.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Mark Webber , Bruno Senna , Nicolas Prost
Type d'article Actualités