Le Mans, H+3 : Nouvel orage, Porsche se mêle à la lutte

B

B.D., Le Mans – Après les rebondissements de la deuxième heure, la voiture de sécurité s’est effacée à 17h13. Mais l’éclaircie aura été de courte durée, et un deuxième orage encore plus violent que le précédent s’est abattu sur Le Mans. Sans hésiter, la direction de course a de nouveau placé la course sous régime de Safety Car. Une neutralisation qui n’a pas empêché un accrochage en LMP2 entre Karun Chandhok et la Zytek-Nissan n°42. Les deux protos sont repartis malgré quelques dégâts apparents.

Cette neutralisation aura permis à la Toyota n°8 de limiter quelque peu les dégâts. Après la sortie de piste de Lapierre, les mécaniciens ont fait des miracles pour finalement relancer le proto japonais en 49e position, à neuf tours de la tête. La hiérarchie n’a pas évolué en tête de course.

« C’est l’éternel problème du circuit des 24 Heures du Mans : quand il y a une averse sur une partie du circuit, le pilote et l’équipe doivent décider entre mettre des pneus pluie et de les détruire sur les parties sèches du circuit, ou d’aborder la piste avec les slicks avec les risques que ça comporte », expliquait Henri Pescarolo au sujet de l’accident impliquant l’Audi et la Toyota en deuxième heure. « C’est là que le choix peut faire toute la différence, et quand l’Audi et la Toyota sont passées devant les stands, c’est à ce moment que la pluie s’est intensifiée. »

Dans ces conditions, le pneu mixte de Michelin rend de nombreux services, même si Audi chausse la n°2 avec les pneus pluie, alors que Tréluyer s’installe au volant. La course reprend finalement ses droits à 17h50 sur une piste détrempée, mais sous le soleil. La Porsche n°20 profite de l’arrêt de la Toyota n°7 pour s’emparer de la tête.

Une Toyota n°7 où Stéphane Sarrazin a pris le relais d’Alexander Wurz. « Ça a bien commencé ; sous la pluie, je suis arrivé à la première chicane, et j’ai eu 600 mètres d’aquaplaning ! », raconte l’Autrichien. « Il n’y a juste plus rien en termes d’adhérence dans ces conditions, c’est incroyable ! C’était de la survie, la voiture allait dans tous les sens, j’ai eu de la chance de garder le contrôle. » Le proto japonais est virtuellement leader avec un arrêt de plus effectué par rapport à la Porsche, moins gourmande avec son carburant.

WEC - 24 Heures du Mans 2014 - Course
Equipe Cat. Pilotes Temps
01   Porsche Team LMP1 Bernhard-Webber-Hartley 38 tours
02   Toyota Racing LMP1 Wurz-Sarrazin-Nakajima +9.439
03   Audi Sport LMP1 Tréluyer-Fassler-Lotterer +1:03.483
04   Audi Sport LMP1 Di Grassi-Gene-Kristensen
05   Rebellion Racing LMP1-L Heidfeld-Prost-Beche
06   Race Performance LMP2 Mailleux-Frey-Lancaster
...
17   Dempsey Racing LMGTE Am Dempsey-Foster-Long
18   Porsche Team Manthey LMGTE Pro Holzer-Makowiecki-Lietz
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Henri Pescarolo , Alexander Wurz , Stéphane Sarrazin , Karun Chandhok
Équipes Toyota Racing , Porsche Team
Type d'article Actualités