WEC - Toyota champion du monde, une première japonaise !

L'ultime manche du WEC aura donc échappé à Toyota, au terme d'un final dramatique à Interlagos

L'ultime manche du WEC aura donc échappé à Toyota, au terme d'un final dramatique à Interlagos. Mais l'essentiel était ailleurs pour le constructeur japonais. Bien que la victoire brésilienne soit revenue au clan Porsche, les TS040 Hybrid ont assuré le résultat d'ensemble nécessaire pour conquérir le titre de champion du monde.

Deux semaines après le sacre de Sébastien Buemi et Anthony Davidson, la joie pouvait ainsi être totalement collective à Sao Paulo dans les rangs du team nippon, fortement soutenu par les moyens techniques d'Oreca depuis son retour en Endurance en 2012.

Le titre de Toyota a une réelle valeur historique, puisque c'est la première fois qu'un constructeur japonais remporte un championnat du monde d'Endurance, peu importe la forme prise par celui-ci au fil des années et depuis sa première création en 1953.

"Après seulement trois ans passés dans le Championnat du Monde d’Endurance FIA, je suis ravi que Toyota Racing ait réussi à remporter cette saison les Championnats du Monde Pilotes et Constructeurs avec la TS040 HYBRID", se réjouit Akio Toyoda, président de Toyota. "Je dois exprimer ma sincère gratitude à nos fans pour leurs encouragements et à nos partenaires pour leur soutien. Je tiens également à dire bravo et merci à tous les pilotes et au personnel de l’équipe qui ont travaillé si dur et de façon étroite tout au long de la saison. Toyota va utiliser l’expérience du Championnat du Monde d’Endurance FIA pour aider à révolutionner la technologie hybride et pour rendre les voitures toujours meilleures pour satisfaire les gens à travers le monde."

A Interlagos, la TS040 Hybrid n°7 de Buemi-Davidson a pris la deuxième place, non sans avoir entrevu la victoire avant le crash de la Porsche de Webber, mettant fin à la course sous régime de voiture de sécurité et empêchant la lutte finale. L'autre proto nippon de Wurz-Sarrazin-Conway a terminé la course au pied du podium, après avoir écopé d'une pénalité de passage par les stands suite à une passe d'armes jugée irrégulière avec la Porsche n°20.

"Je suis vraiment heureux car ensemble, avec Anthony, nous avons fait une belle course. Nous avons commis quelques erreurs, mais nous avons été poussés à la limite absolue par les gars de chez Porsche et je pense qu’ils méritaient la victoire", confie un Buemi fair-play. "Nous sommes un peu déçus car nous pensions que nous aurions pu nous battre au restart. Mais nous sommes vraiment heureux de la performance globale et de gagner les deux titres. Ce fut une grande année pour nous. Nous sommes champions du monde pilotes et des constructeurs et maintenant nous attendons avec impatience l’année prochaine."

Titré en 2014, Toyota n'oubliera pas pour autant la douleur de son échec aux 24 Heures du Mans en juin dernier. Plus que jamais, le double-tour d'horloge sarthois constituera un objectif prioritaire la saison prochaine.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Anthony Davidson , Sébastien Buemi , Akio Toyoda
Équipes Toyota Racing
Type d'article Actualités