WEC - Trois continents en deux mois : un défi logistique

Après trois manches en Europe au printemps – Silverstone, Spa et Le Mans – le WEC va reprendre en septembre pour une deuxième partie de saison qui se disputera bien loin du vieux continent

Après trois manches en Europe au printemps – Silverstone, Spa et Le Mans – le WEC va reprendre en septembre pour une deuxième partie de saison qui se disputera bien loin du vieux continent. En deux mois et demi, équipes et pilotes vont se rendre sur cinq courses et trois zones géographiques différentes : L’Amérique du Nord (Austin), l’Asie (Fuji, Shanghaï et Bahreïn) et l’Amérique du Sud (Interlagos). Autant dire qu’il s’agit également d’un gros défi logistique pour les teams ainsi que pour les organisateurs du WEC.

Organisateur et promoteur du WEC, la FIA et l’ACO ne laissent rien au hasard quant à cet aspect primordial, en essayant de faciliter la tâche des acteurs du Championnat du Monde d’Endurance. Responsable de la Logistique et des Opérations, Benjamin Marchal est l’une des personnes-clé dans le domaine.

« Nous indiquons aux responsables des écuries où se trouvent leur chargement, dans quel garage ils doivent s’installer, à quel endroit se situe leur espace de réception et répondons à toutes les questions qu’ils peuvent se poser au sujet de leurs déplacements et de leur matériel », explique le Français sur le site officiel du WEC, quant à l’arrivée des équipes sur un circuit. « Nous arrivons sur les circuits quelques jours avant les teams, de façon à pouvoir préparer leur arrivée, mais il est vrai que ces journées sont très longues… Il y a énormément de travail, et on dirait qu’il n’y a jamais assez de temps pour tout faire. »

Pour la prochaine manche aux Etats-Unis, sur le Circuit des Amériques, les voitures et tout le matériel des équipes ont été expédiés par bateau, dans des immenses containers. Il en va de même pour les manufacturiers de pneus et pour le matériel de l’organisation. La catégorie LMP1 affiche néanmoins une particularité concernant les prototypes hybrides. En effet, les batteries de ces systèmes ultra-complexes sont transportées à part, sous la responsabilité propre d’Audi, Porsche et Toyota, compte tenu de leurs particularités.

Sur place, les responsables logistiques du WEC guident les équipes mais anticipent surtout le plus possible. « Nous préparons toujours un maximum de points à l’avance pour aider les teams, mais en compétition, il faut toujours savoir où trouver des solutions de dernière minute, car il peut se passer beaucoup de choses, et on ne sait jamais comment se terminera la course de chaque team », précise Benjamin Marchal. « Je pense que nous avons une bonne relation avec les teams, et nous travaillons dur pour que cela persiste et qu’ils soient satisfaits. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Type d'article Actualités