WEC - Wurz : "Ce sport est vraiment fait pour moi !"

Connu pour avoir pris le départ de 69 Grand Prix de Formule 1 entre 1997 et 2007, Alexander Wurz est avant tout resté un grand amoureux de l'Endurance

Connu pour avoir pris le départ de 69 Grand Prix de Formule 1 entre 1997 et 2007, Alexander Wurz est avant tout resté un grand amoureux de l'Endurance. Un univers dans lequel il avait brillé bien avant son passage en F1, en réalisant l'exploit de s'imposer aux 24 Heures du Mans dès sa première participation en 1996 avec Porsche.

En 2008, quelques mois après son retrait de la F1, le grand Autrichien - par la taille comme par le talent ! - a saisi la balle au bond pour retrouver les sports prototypes. Membre de l'aventure Peugeot, il signera ainsi son deuxième succès au Mans en 2009 à bord de la 908 HDi FAP du constructeur français.

Depuis 2012 et le retrait de Peugeot, Wurz pilote pour Toyota, avec toujours en tête le désir de s'imposer une troisième fois au Mans. Avec le constructeur nippon, c'est son rêve d'enfant qui se poursuit.

"C’est un rêve d’enfant, et j’ai eu la chance d’en faire ma carrière", reconnait Wurz à bientôt 40 ans. "Je dois bien avouer que durant mon enfance, mes voitures préférées avaient un cockpit fermé. Je suis vraiment chanceux de faire partie de cette histoire."

"Le rôle que je joue au sein de Toyota correspond aussi à ma nature. Comme je suis un pilote « âgé », j’ai un rôle à jouer au-delà des courses elles-mêmes et tout au long de ma carrière, cela s’est révélé comme une seconde nature de soutenir une équipe sur le développement technique. J’aime le faire et ils m’ont encouragé aussi à le faire. C’est dans ma nature d’encourager le travail d’équipe et la dynamique qui construit cela mais aussi de me tourner vers le long terme et d’encourager la stratégie. Ce sport est vraiment fait pour moi !"

Ce travail auquel Wurz fait référence, il l'aura aussi bien mené lors de son passage en Formule 1, occupant pendant pas moins de cinq saisons le rôle de pilote d'essais chez McLaren Mercedes. Mais cet amour pour les prototypes LMP1, d'où a-t-il pu lui venir ?

"Quand j’étais jeune, je suis allé au motorshow de Vienne où était exposée la Porsche 962 de Walter Lechner. Je courais en kart à l’époque et il y avait un kart garé à côté de la Porsche. C’était une voiture que j’avais toujours voulu voir, elle me fascinait", raconte Wurz. "Je pense que les gars sur le stand ont vu que j’étais vraiment amoureux de cette voiture et ils m’ont proposé d’entrer puis de m’asseoir à l’intérieur de la voiture ! Je me suis assis, j’ai fermé la portière et pour la première fois, j’étais dans cet autre monde. J’ai pensé tout de suite : c’est incroyablement cool !"

"Plus tard, j’ai vu des tests sur ​​l’ancienne piste de Zeltweg. Au moment où les protos étaient plus rapides que les F1. Ces voitures étaient incroyablement rapides et tellement belles ! Quand j’étais jeune, il y avait aussi l’équipe Mercedes Junior avec des pilotes comme Wendlinger, Frentzen et Schumacher et, bien sûr, je les admirais et j’espérais faire pareil. Quelle chance pour eux de piloter des voitures aussi sexy. Ils ont fait partie des étapes qui ont construit mon amour pour les voitures de sport à cockpit fermé."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Alexander Wurz
Type d'article Actualités