La F3 Europe va survivre face à la FIA F3

partages
commentaires
La F3 Europe va survivre face à la FIA F3
Par : Benjamin Vinel
Co-auteur: Marcus Simmons
28 sept. 2018 à 10:03

La F3 Europe va survivre à sa "fusion" avec le GP3 Series en maintenant son propre championnat en 2019.

En 2019, la FIA apportera son soutien au championnat de FIA F3 qui remplacera le GP3 Series en week-end de Grand Prix avec un format similaire. Formel 3 Vermarktung, qui organise la F3 Europe au nom de la fédération, va maintenir sa propre compétition sur les meetings de DTM. Celle-ci pourrait être rebaptisée F3 Euro Series (comme de 2003 à 2012) ou F3 European Masters.

Lire aussi :

La génération actuelle des monoplaces de F3 Europe est homologuée jusqu'à fin 2019, et ce sont neuf à dix meetings qui seront tenus la saison prochaine, tandis que certaines règles sportives imposées par la FIA ne seront pas conservées. Les pilotes de plus de 25 ans pourront à nouveau courir dans le championnat, la présence des concurrents ne sera plus limitée à quatre campagnes, et les Champions auront désormais le droit de revenir.

Selon les informations de Motorsport.com, Stefano Domenicali, président de la Commission Monoplace de la FIA, n'a pas présenté d'objection au plan des organisateurs de la F3 Europe, et de nombreux pilotes souhaiteraient rejoindre le championnat. Ce dernier pourrait toutefois perdre quelque peu en attractivité en raison de ses points de Super Licence, puisque son allocation actuelle – 30 points pour le Champion – va être transférée au GP3 et devrait être remplacée par un barème moindre.

Jüri Vips, Motopark Dallara F317 - Volkswagen, Jonathan Aberdein, Motopark Dallara F317 - Volkswagen
Sophia Flörsch, Van Amersfoort Racing Dallara F317 - Mercedes-Benz

L'Euroformula Open se développe

Pendant ce temps, l'Euroformula Open fait part de ses plans pour l'avenir. On y retrouve le châssis actuel de F3 Europe avec la réglementation aéro pré-2017, mais avec des moteurs Toyota développant moins de couple que les Volkswagen et Mercedes employés en F3 Europe... qui pourraient rejoindre la compétition l'an prochain.

"J'ai rencontré Spiess et HWA [qui construisent les moteurs VW et Mercedes en F3 Europe] et ils ont accepté de nous aider à concevoir une Balance de Performance pour les moteurs", déclare Jesus Pareja, directeur de GT Sport – promoteur de l'Euroformula Open –, pour Motorsport.com. "La puissance des moteurs est la même [que celle du Toyota], mais la grande différence est le couple, et c'est là que la voiture [de F3 Europe] va deux secondes plus vite."

"Nous avons pensé que la solution serait d'avoir la même courbe de puissance sur les trois moteurs, ce sur quoi les préparateurs travaillent déjà pour avoir la même spécification technique sur toutes les voitures. Si les moteurs sont prêts, le premier test de BoP sera au meeting de Jerez [en octobre], et l'équilibre sera établi d'ici fin novembre."

"Nous serons le seul championnat monoplace en Europe, sous la F1, avec trois moteurs différents. C'est un grand défi, mais c'est bien, car cela ouvre de nouveaux horizons."

Felipe Drugovich a remporté le titre 2018 à quatre courses du terme de la saison, ayant signé huit pole positions, dix victoires, dix meilleurs tours et un total de douze podiums en autant de manches. Aucun des anciens Champions n'a réellement brillé par la suite, le plus notable étant Ed Jones, sacré en 2013, qui a fini troisième des 500 Miles d'Indianapolis 2017.

Le départ
 Felipe Drugovich, RP Motorsport

Renault en pole position pour la F3 Régionale

Enfin, la FIA doit prendre une décision quant à l'identité du championnat qui représentera son concept de F3 Régionale en Europe. Sont candidats Renault Sport, qui souhaite remplacer la Formule Renault Eurocup, et WSK, promoteur de la F4 Italie, qui comptait initialement s'allier aux instances dirigeantes d'Allemagne, mais ces dernières soutiennent désormais la survie de la F3 Europe actuelle.

Lire aussi :

 

Selon nos sources, c'est Renault Sport qui tient la corde pour organiser cette compétition. Le Losange jouit notamment du soutien de Bruno Michel, PDG de la FIA F2 et du GP3, qui fait partie de la Commission Monoplace.

Max Fewtrell, R-Ace GP, Yifei Ye, Josef Kaufmann Racing, Victor Martins, R-Ace GP
Prochain article F3 Europe
Ticktum s'interroge sur la domination de Schumacher en F3

Article précédent

Ticktum s'interroge sur la domination de Schumacher en F3

Article suivant

Red Bull : Ticktum est encore loin du niveau F1

Red Bull : Ticktum est encore loin du niveau F1
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries F3 Europe , Formule 3 , GP3
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités