La chronique de Tatiana - C'était incroyable de mener à Spa!

Tatiana Calderón raconte ses deux derniers meetings de F3 Europe, à Spa et au Norisring, dans sa première chronique pour Motorsport.com, y compris ses quelques tours en tête de la course en Belgique.

Bienvenue dans ma première chronique pour Motorsport.com! J'ai vécu deux sacrées semaines, j'ai couru en F3 Europe non seulement le weekend dernier au Norisring mais aussi le weekend avant, à Spa, où j'ai passé un bon moment en tête de la troisième course.

Bien sûr, j'étais en pneus pluie, mais j'ai le sentiment d'avoir prouvé mes compétences en course, et le retour des fans a été incroyable. Je ne pense pas mériter une attention particulière juste parce que je suis une fille, mais les gens n'ont pas l'habitude de voir des filles mener des courses très souvent, donc je vois pourquoi les gens ont été si enthousiasmés à ce sujet.

C'était une super fin à un weekend difficile, qui a commencé avec les qualifications. Dans le premier secteur à Spa, on veut de l'aspiration, ça vaut environ une demi-seconde, puis on veut de l'air propre dans le deuxième secteur, mais j'ai eu du mal à avoir les deux dans le même tour. Donc je me suis retrouvée 23e en Q1, ce qui était décevant car mon meilleur temps théorique était sept dixièmes plus rapide que mon vrai chrono.

Puis, malheureusement, nous ne sommes pas parvenus à démarrer ma monoplace en Q2, donc je n'ai pu faire qu'un tour avant le drapeau rouge. C'était très frustrant de devoir partir dernière des deux courses, d'autant que les qualifications étaient dans des conditions changeantes que j'apprécie énormément en temps normal.

Les deux premières courses, qui ont toutes deux été sur le sec, le rythme n'était pas trop mauvais mais j'ai été prise dans les incidents provoqués par les autres - certains gens à l'arrière sont un peu désespérés et ils tentent des manœuvres stupides, donc je n'y pouvais pas grand-chose.

Dans la troisième course, au tour de mise en grille, cela restait assez humide, et il ne faisait pas soleil, donc ça ne séchait pas rapidement. J'étais sur la grille et j'ai vu tout le monde en slicks, et comme je partais de très loin, j'ai dit à l'équipe "Tant pis, on met les pneus pluie! Essayons quelque chose de différent".

Je n'avais rien à perdre, donc c'était la bonne décision. J'ai dépassé 22 voitures en deux tours, mais ensuite, malheureusement, la voiture de sécurité est entrée en action, ce qui a permis à la piste de sécher davantage. C'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que mon pari n'allait pas payer, mais au lieu de rentrer au stand, je me suis dit "Allons-y et voyons voir ce qui se passe".

C'était un sentiment incroyable de mener, et c'était fun de se battre avec les pilotes de pointe. Il y avait des secteurs où la piste était un peu plus humide et d'autres où elle était un peu plus sèche, et je n'arrêtais pas d'échanger la tête avec Jake Dennis, mais mes pneus ont fini par s'user et j'ai dû rentrer aux stands. Je me suis retrouvée seulement 18e à l'arrivée, mais je ne regrette vraiment pas d'avoir essayé quelque chose de différent.

Au Norisring, les temps au tour sont toujours très proches en qualifications, et j'étais un peu frutrstrée parce qu'avec deux dixièmes de mieux, j'aurais été 5e de mon groupe au lieu de 10e. J'ai manqué un changement de vitesse dans mon tour le plus rapide, ce qui m'a coûté au moins un dixième, donc j'étais plus dans le rythme que ce que les résultats laissaient penser.

Le problème, c'est que quand on n'est qu'un ou deux dixièmes au tour plus rapide que la voiture de devant, c'est presque impossible de dépasser parce qu'on a énormément d'appui aérodynamique au Norisring. Les premiers tours sont cruciaux pour gagner des places, parce qu'après, on est coincés par le rythme de la voiture de devant.

J'ai montré que j'avais un bon rythme sous la pluie en passant de la 20e place sur la grille à la 14e dans la première course, même si la majeure partie de la course était derrière la voiture de sécurité. Dans la suivante, j'ai pris un bon départ, et je me suis simplement tenue à l'écart des problèmes pour voir l'arrivée à la 12e place, mon meilleur résultat de l'année, et ça a été plus ou moins pareil dans la dernière course où j'étais 14e.

Dans l'ensemble, c'était un weekend positif, mon plus régulier, mais j'ai encore besoin de travailler sur mes qualifications pour commencer à être régulièrement présente dans le top 10, ce qui est mon objectif. La prochaine étape est Zandvoort, un circuit à fort appui aérodynamique avec une forte dégradation pneumatique, ce qui me convient bien.

J'aime aussi vraiment le Red Bull Ring, qui sera la manche suivante, donc je pense que j'ai de bonnes chances d'y marquer des points aussi. J'attends avec impatience de partager mon expérience avec vous après cela!

À la prochaine,

Tatiana

A propos de cet article
Séries F3 Europe
Pilotes Tatiana Calderon
Équipes Carlin
Type d'article Contenu spécial
Tags chronique