Rosberg : Pourquoi je crois à l'impact positif du sport automobile

Le Champion du monde 2016 de Formule 1 a fondé sa propre équipe en Extreme E, qu'il perçoit comme le sommet de l'iceberg en évoquant la capacité du sport automobile à impulser un changement positif et à répondre aux plus grands défis de la planète.

Rosberg : Pourquoi je crois à l'impact positif du sport automobile

Quand j'ai quitté la Formule 1 à la fin de l'année 2016, j'ai décidé de consacrer la suite de ma carrière à un projet plus universel. Les sports mécaniques, la F1 en particulier, mettent vraiment en avant les ego et je ressentais donc le besoin d'aider les autres.

Ayant toujours été fasciné par la force de l'innovation, j'ai développé un intérêt pour le développement durable et les technologies vertes, et j'ai fini par m'impliquer dans la lutte pour l'urgence climatique. J'ai toujours pensé que les sports mécaniques et l'industrie automobile étaient des cibles faciles quand il s'agit d'évoquer le changement climatique mais je suis sincèrement convaincu qu'ils peuvent être des plateformes pour un changement positif.

L'avenir passera par des actions positives initiées par des championnats, l'industrie et le monde politique, et c'est pour cette raison que j'ai cofondé le Greentech Festival – le plus gros festival européen consacré au développement durable – en 2019, une plateforme dédiée aux précurseurs et aux responsables politiques, permettant d'associer des start-up et des multinationales pour contribuer au changement.

L'édition 2021 verra Audi, Rimac, Volvo, BMW et d'autres constructeurs rejoints par des start-up impliquées dans les industries de la mobilité, de l'alimentation, de l'énergie ou de la finance. Ils se sont associés pour échanger et contribuer à des idées qui aideront à façonner un avenir plus sain et meilleur.

Lire aussi :

L'utilisation du sport comme plateforme pour le changement m'a également poussé à investir dans la Formule E et à franchir une étape supplémentaire en créant ma propre équipe, Rosberg X Racing, en Extreme E cette année.

Depuis mon premier contact avec Alejandro Agag, cofondateur de la Formule E, au sujet d'un investissement, la croissance d'une start-up devenue Championnat du monde de la FIA en moins de sept ans a été exceptionnelle, en associant le monde du divertissement à un banc d'essai pour les technologies électriques. Il suffit d'interroger les neuf constructeurs qui se sont déjà impliqués et ont bénéficié d'un transfert de technologie vers leurs modèles de série...

Le concept fort de l'Extreme E a facilité ma décision de m'impliquer dans le championnat. Comment dire non à une catégorie qui allie mes deux plus grandes passions, le sport automobile et le développement durable ? Nous avons déjà vu des technologies émerger et se développer, comme les cellules sans émissions d'AFC Energy qui permettent de recharger les Odyssey 21, les composites en fibre naturelle de Bcomp et la batterie 54 Wh de Williams Advanced Engineering, conçue pour fonctionner dans toutes les conditions et sur tous les terrains.

Nico Rosberg, founder and CEO, Rosberg X Racing

Ces innovations vont faciliter et généraliser l'accès à la mobilité durable au cours des prochaines années, tandis que la capacité du championnat à mettre en avant les régions les plus fragiles du globe et à agir sur les effets du changement climatique trouvera un écho dans les cœurs et les esprits, et permettra d'inspirer des actions.

C'est également pour cette raison que Rosberg X Racing existe : triompher dans une compétition qui contribue à une prise de conscience et inspire un changement positif. Pour le moment, nous avons fait la première partie, avec deux victoires dans les deux premiers meetings, mais la deuxième partie revêt la même importance. C'est pour cette raison que nous avons lancé la campagne #DrivenByPurpose, qui soutient des projets dans chaque lieu de compétition, en lien avec les communautés locales et des initiatives de développement durable, afin de mener à un changement positif.

C'est un privilège d'avoir une implication dans le premier championnat au monde conçu avec une ambition sociale, mais je suis encouragé par les étapes franchies par les autres catégories qui essaient aussi d'avoir un effet positif.

Nico Rosberg

Nous avons déjà planté des arbres indigènes au Motorland Aragón en Espagne, à la suite des tests de présaison fin 2020 ; nous avons fait un don d'équipement photo et vidéo à des femmes qui travaillent dans l'artisanat en Arabie saoudite, afin de soutenir l'égalité des sexes et l'artisanat local ; et nous avons fait des dons de lampes de lecture à énergie solaire à des enfants au Sénégal, afin de favoriser l'éducation et de répondre à l'injustice climatique. Il est réconfortant de voir l'effet que notre équipe et notre championnat peuvent avoir, et c'est un élément qui rend la victoire encore plus douce.

C'est un privilège d'avoir une implication dans le premier championnat au monde conçu avec une ambition sociale, mais je suis encouragé par les étapes franchies par les autres catégories qui essaient aussi d'avoir un effet positif. La F1 a toujours été le pinacle de notre sport, il est donc fantastique de la voir annoncer ses projets pour être neutre en carbone avant 2030, avec d'autres solutions durables prévues sur les monoplaces et dans la logistique de la F1.

Je suis également heureux de voir le Championnat du monde des Rallyes adopter des carburants durables  – une technologie qui a un immense potentiel pour réduire les émissions des moteurs thermiques et les nouvelles unités de puissance – à partir de 2022, et d'autres catégories électriques, telles que le Pure ETCR ou le championnat de GT électrique de la FIA.

Je vois le sport automobile et l'industrie de la mobilité dans son ensemble comme un écosystème où chaque acteur peut aider à impulser un changement positif, des solutions durables développées jusqu'au rôle qu'il est possible de jouer pour éduquer les gens sur le changement climatique et les façons d'y répondre. Nous pouvons faire la différence en associant innovation, compétition et éducation.

Lire aussi :

Nico Rosberg, founder and CEO, Rosberg X Racing Molly Taylor, Johan Kristoffersson, Rosberg X Racing celebrate with trophy

partages
commentaires

Related video

Le partenariat entre Motorsport Images et l’Extreme E connaît un démarrage fulgurant
Article précédent

Le partenariat entre Motorsport Images et l’Extreme E connaît un démarrage fulgurant

Article suivant

Vergne propose des équipages mixtes en Endurance

Vergne propose des équipages mixtes en Endurance
Charger les commentaires