2009 - Luca Badoer avec Ferrari, pour bons et loyaux sévices!

partages
commentaires
2009 - Luca Badoer avec Ferrari, pour bons et loyaux sévices!
Par :
18 août 2016 à 17:05

[4/6] Même si Ferrari savait que la condition de Schumacher pouvait amener à un changement de plan de dernière minute, le team au Cheval Cabré ne disposait pas de beaucoup d’options en dépit du fait de représenter le rêve de presque tout pilote de F1.

F1 exhibition: Luca Badoer, Felipe Massa, Marc Gene et les mécaniciens Ferrari
Luca Badoer, Scuderia Ferrari, Jarno Trulli, Toyota F1 Team
Luca Badoer, et Michael Schumacher, Scuderia Ferrari
Michael Schumache, Scuderia Ferrari, teste une superbike
Luca Badoer, pilote d'essai de la Scuderia Ferrari est sorti de piste en qualifications
Luca Badoer, pilote d'essai, Scuderia Ferrari
Luca Badoer, pilote d'essai de la Scuderia Ferrari est sorti de piste en qualifications

C’est ainsi Luca Badoer qui fut officiellement appelé, presque à reculons par la Direction de Maranello. Le vétéran italien faisait certes partie de la maison depuis des lustres mais était loin d’être le candidat tout désigné pour prendre un volant de titulaire de la prestigieuse équipe Ferrari au pied levé, après être resté près de 10 ans hors de toute compétition. Pourtant, personne ne connaissait mieux le team et ses procédures que lui : Badoer avait en effet accumulé des dizaines de milliers de kilomètres de tests avec la Scuderia dans toutes les configurations possibles et imaginables. Le rythme se trouverait bien, non?

Ainsi, même si le discours d’usage se voulait optimiste dès l’intronisation de ce second choix, Ferrari savait qu’il n’était pas approprié de se montrer aussi vindicatif que dans le cas d’un retour de Michael Schumacher. Le team tempérait ainsi les choses dès l’annonce en clarifiant le fait qu’il s’agissait là d’une solution à très court terme et que Ferrari s’autorisait à réaliser un autre changement avant la fin de la saison. Charge à Badoer de surprendre agréablement ses chefs, qui de manière réaliste attendaient peu de sa part, mais pensaient tout de même pouvoir le faire rempiler de course en course jusqu’au terme de la saison.

L'autre comeback en "bad" solution de repli

Le deal concernait ainsi pour commencer uniquement la course de Valencia en tant que "récompense " pour les bons et loyaux services de l’Italien dans les coulisses des tests privés pendant de longues années. La pression médiatique était immense, après la difficile digestion par la planète F1 de la mauvaise nouvelle concernant le retour avorté de Schumacher.

"Je suis extrêmement déçu qu’un problème ait empêché le retour de Michael en course", gémissait un Luca di Montezemolo incapable de dissimuler son désarroi. "Ces derniers jours, j’ai pu apprécier ses superbes efforts et l’extraordinaire motivation qu’il a diffusée dans le team et auprès des fans du monde entier. Il ne fait aucun doute que son retour aurait été bon pour la F1 et je suis sûr que nous l’aurions de nouveau vu se battre pour des victoires".

Des victoires, et même des points, l’Italien se gardait en revanche bien d’en promettre avec Badoer.

"En accord avec Stefano Domenicali, nous avons du coup décidé de donner sa chance à Luca Badoer après tant d’années de dur labeur en tant que pilote de test". Agé de 38 ans, Badoer n’avait plus couru en Grand Prix depuis dix ans, au cours de la saison 1999 disputée avec Minardi...

 

4/6, à suivre...

Article suivant
Pilote Ferrari - Le rêve de certains, le cauchemar pour d'autres

Article précédent

Pilote Ferrari - Le rêve de certains, le cauchemar pour d'autres

Article suivant

Ricciardo - Etre premier derrière Mercedes est une victoire

Ricciardo - Etre premier derrière Mercedes est une victoire
Charger les commentaires
Be first to get
breaking news